World

Les restes d’une femme qui pourrait être morte depuis 2009 ont été retrouvés dans le mur de Brisbane

Les restes d’une femme retrouvée cachée dans un mur d’un immeuble à Brisbane un mois plus tard n’ont pas été identifiés.

Les restes squelettiques, étroitement enveloppés et partiellement enterrés, ont été découverts par des nettoyeurs dans une zone fermée derrière un mur du bâtiment d’Alderley le 7 décembre.

La police a d’abord émis l’hypothèse que les restes y étaient cachés depuis un certain temps, les résidents ne remarquant aucune odeur. Ils pensent maintenant que la femme est décédée depuis au moins 2015, mais qu’elle est peut-être décédée dès 2009.

Le médecin légiste a procédé à un examen approfondi des restes pour s’assurer qu’ils appartenaient à une femme de race blanche mesurant entre 155 et 165 cm.

Son âge a été réduit entre 30 et 55 ans. Elle avait les cheveux brun foncé et portait des lunettes.

La police est toujours certaine que la mort de la femme est suspecte, car des signes de traumatisme ont été trouvés sur son corps.

L’inspecteur-détective Andrew Massingham a lancé jeudi un nouvel appel pour aider à identifier la victime mystérieuse.

« Il est important que nous donnions une voix à cette femme et que nous apprenions à la connaître », a-t-il déclaré aux journalistes.

Massingham a déclaré que les enquêtes et l’examen des rapports de personnes disparues, dans le Queensland et dans tout le pays, n’avaient pas fourni de preuves de son identité.

« À ce stade, c’est un mystère complet », a-t-il admis.

« La pièce importante de ce puzzle… pour donner à l’enquête la bouée de sauvetage dont elle a besoin, c’est d’établir qui est cette personne.

READ  Un recruteur limogé après une « leçon » de négociation « cruelle » de 67 000 $ devient viral

« Les gens sont fortement encouragés à fournir toute information qu’ils jugent pertinente. »

La police sait que le complexe d’unités a été construit en 2006. Les enquêteurs ont parlé avec les locataires et les propriétaires actuels et recherchent également ceux qui ont emménagé depuis.

La famille ou les amis qui ont perdu le contact avec un être cher correspondant à la description de la femme ont été invités à contacter la police.

« Toute petite quantité d’informations peut être essentielle pour que les enquêteurs puissent percer », a déclaré Massingham.

« Nous nous engageons à découvrir qui est cette femme : qui elle est, pourquoi elle est morte et qui est responsable. Elle ne mérite rien de moins et sa famille non plus. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer