Top News

Les responsables français expriment leur colère face à la fuite en Australie du message texte de Macron | La France

Les responsables de l’Elysée ont exprimé leur indignation face à la décision du Premier ministre australien Scott Morrison de divulguer un message texte privé du président français Emmanuel Macron, alors que la querelle diplomatique entre les deux pays s’aggravait.

« La confiance est complètement brisée », a déclaré un proche conseiller de Macron Dans des déclarations aux médias français, Mardi. « Démasquer l’échange de SMS entre chefs d’État ou de gouvernement est une tactique plutôt brutale et peu orthodoxe. »

Le conseiller a déclaré au journal Le Parisien qu’il « n’entrerait pas dans la tête » du président français pour révéler des contacts de ce genre. « Ce n’est pas de ceux qui sont susceptibles d’améliorer les relations entre la France et l’Australie », ont-ils déclaré.

Dans la transcription, deux jours avant l’annonce du partenariat de sécurité d’Aukus et l’annulation d’un important contrat français de fourniture de sous-marins à l’Australie, Macron a demandé à Morrison s’il s’attendait à de bonnes ou de mauvaises nouvelles pour les sous-marins.

Sa publication est intervenue après que Macron a déclaré aux journalistes qu’il « savait » que Morrison lui avait menti au sujet des plans avec les États-Unis et le Royaume-Uni pour acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire. Morrison a rejeté la demande et a déclaré qu’il « ne pratiquerait pas le snowboard en Australie ».

Les médias français ont qualifié la fuite du SMS d' »étonnante et extrêmement rare », affirmant qu’elle semblait viser à prouver que Macron avait déjà été informé que le contrat pourrait ne pas aboutir avant même sa rupture.

Mais le responsable de l’Elysée a insisté sur le fait que le texte montrait plutôt que Macron « ne savait pas à quel stade les discussions étaient arrivées » deux jours seulement avant que l’Australie n’annule un accord de 90 milliards de dollars australiens (49 milliards de livres sterling) pour 12 sous-marins à propulsion conventionnelle.

Une deuxième source gouvernementale française a déclaré à l’AFP que s’il y avait eu un message montrant clairement que Macron était déjà au courant, « ils l’auraient plutôt signalé ». La source a ajouté: « Nous avons appris que les Australiens ont des problèmes, mais il ne s’agit que des aspects techniques et du calendrier, comme c’est le cas pour tous les grands contrats. »

Ce sont précisément ces problèmes qui ont été évoqués dans le message texte, a déclaré la source, avant une discussion avec le constructeur de sous-marins Naval Group prévue pour le lendemain. On ne sait pas quelle sera la réponse de Morrison à la lettre.

L’Elysée a également rejeté le récit de Canberra selon lequel il avait tenté à plusieurs reprises de contacter Paris pour avertir de l’annonce imminente. Le responsable a déclaré au journal Le Parisien qu’un seul appel téléphonique était parvenu au palais mercredi à 11 heures – lors de la réunion hebdomadaire du cabinet de Macron.

« Il est difficile de croire que le Premier ministre australien n’a pas été informé de cette restriction », a déclaré le responsable. Il savait très bien que le patron n’était pas là.

Plus tard dans la journée, a précisé la chancelière, Paris a appris que le contrat avait été annulé et qu’une conférence de presse était prévue dans l’après-midi. « C’est une manière intrigante d’aborder les choses », confie au Parisien la source de l’Elysée.

« La France n’a pas eu la possibilité de répondre ou de faire une contre-proposition, ce que nous avions les moyens de faire. Encore une fois, ce n’est pas l’option que nous refusons – c’est une décision souveraine. C’est la façon dont les choses se font. « 

L’Elysée a également déclaré que Morrison aurait pu rechercher une rencontre conciliante avec Macron ces derniers jours, lors de la réunion du G20 à Rome ou du sommet sur le climat COP26 à Glasgow. « Le président attendait une proposition du Premier ministre qui n’est pas venue », a déclaré la source.

Morrison s’est entretenu avec Macron par téléphone la semaine dernière, et le président français a profité de cet appel pour exhorter le gouvernement australien à suggérer des mesures concrètes pour réparer la relation.

Morrison insiste sur le fait qu’il « a fait très clairement comprendre » à Macron lors d’un dîner à Paris à la mi-juin qu' »un sous-marin diesel conventionnel ne répondrait pas aux exigences stratégiques de l’Australie ».

Mais le Premier ministre australien a également déclaré qu’il n’était pas libre à ce moment-là de révéler à Macron que l’Australie travaillerait avec les États-Unis et le Royaume-Uni pour obtenir des sous-marins à propulsion nucléaire, car ces plans n’avaient pas encore été finalisés et étaient tenus « confidentiels ». « .

READ  Foot OM - OM: Rongier, Strootman, L'Equipe fait hurler les Marseillais

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer