Top News

Les rendements des cultures en France seront « très faibles » en raison d’une sécheresse sans précédent

émis en :

Un temps extrêmement sec a causé de graves dégâts aux cultures céréalières dans certaines régions de France, et de fortes pluies seront nécessaires d’ici début juin pour permettre le passage des habitants des grandes zones de production, a annoncé jeudi un institut agricole.

La France, le plus grand producteur de céréales de l’Union européenne, a connu peu de pluie au cours des derniers mois et connaît des températures record pour mai, un mois crucial pour le développement des cultures d’hiver, faisant grimper les prix du blé ces dernières semaines alors que les craintes d’un approvisionnement mondial tendu s’exacerbent.

« Il y aura deux conditions qui coexisteront en France. Premièrement, les sols superficiels à moyens où il est très clair que les cultures sont déjà endommagées et ne s’en remettront pas et le rendement sera très faible », Jean-Charles Deswarts, ingénieur agronome à l’Arvalis Crop Institute, a déclaré à Reuters.

« Et puis vous avez des situations irriguées ou dans des sols très profonds où nous pensons encore pour l’instant que finalement ça peut très bien se passer parce que le temps sec, s’il n’est pas excessif, entraîne moins de maladies et un rayonnement bénéfique », a-t-il ajouté.

>> Une sécheresse sans précédent en France montre que le changement climatique « devient incontrôlable »

Les zones aux sols profonds sont majoritairement situées dans le nord de la France et représentent environ la moitié de la production du pays.

Cependant, Deswarts a noté que des pluies « significatives » de 30 à 50 mm (1,2 à 2,0 po) d’ici début juin seraient nécessaires dans ces zones et que les restrictions d’eau limitant l’irrigation augmentent en France.

READ  La carte des déversements d'hydrocarbures dans l'océan révèle suffisamment de nappes pour couvrir la France - deux fois

Il a dit que la pluie tombe généralement autour de 200 mm entre mars et juin, mais qu’il n’y a eu que 50 à 60 mm jusqu’à présent.

« Il faut être franc, aujourd’hui avec les prévisions hydrologiques produites par Météo France pour fin mai et début juin, il y aura toute une partie des parcelles de terre en France qui seront de toute façon durablement affectées par ce temps-là », a déclaré Deswarts. mentionné.

Dans les zones avec une couche arable à des sols de niveau moyen, près d’un tiers du potentiel de récolte a déjà été perdu, a déclaré Deswart, les dégâts sur certaines parcelles atteignant 50%. Il a ajouté qu’il était trop tôt pour donner une prévision à l’échelle nationale.

Pour les cultures de printemps, qui sont à un stade précoce de développement, a-t-il dit, l’utilisation de l’eau sera critique.

« Que ce soit pour le maïs, le tournesol ou le sorgho, quand il n’y a pas d’eau, il n’y a pas de plantes », a-t-il dit, notant que de nombreux agriculteurs utilisent des rations d’irrigation pour « sauver leurs récoltes de blé ».

Jeudi, le ministère français de l’Environnement a mis en garde contre de nouvelles restrictions sur l’eau en cas de pénurie d’eau prévue.

(Reuters)

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer