Economy

Les rapatriés du COVID-19 donnent à la Bulgarie l’espoir d’arrêter l’exode massif

Sofia (AFP)

Niko Ventislav fait partie d’un phénomène sans précédent : l’un des six Bulgares qui ont choisi de rentrer chez eux l’année dernière pour chaque personne qui est partie.

L’homme de 29 ans rejoint les immigrés de retour qui ont été en partie poussés par le ralentissement économique causé par le coronavirus et les pertes d’emplois dans les pays d’adoption, et en partie repoussés par des coûts plus bas et un meilleur mode de vie dans leur pays de naissance.

À la recherche du bon côté de la pandémie, cela a conduit certains en Bulgarie à espérer que l’afflux de migrants de retour pourrait aider à endiguer la population en déclin chronique du pays.

La population bulgare a commencé à décliner en 1989, l’année où son régime communiste s’est effondré. Il a culminé à environ neuf millions et a depuis diminué chaque année à sept millions en 2019, selon les estimations de la Banque mondiale.

Ventislav faisait partie de cette attrition, quittant l’ancien pays du bloc soviétique et maintenant membre de l’Union européenne depuis près d’une décennie.

Mais après avoir perdu son emploi à l’aéroport de Nice dans le sud-est de la France au début de la pandémie, l’attention de Ventislav est revenue sur son pays natal.

“Au 70e jour du confinement de la France, j’ai commencé à parcourir les offres d’emploi” chez moi, a-t-il déclaré à l’AFP.

Il a été sollicité par une offre de Telus International Bulgarie, une société d’externalisation des processus métier ciblant les rapatriés potentiels.

Ils ont payé son billet d’avion et lui ont offert 5 000 leva (2 550 €, 3 040 $) pour l’aider à déménager.

READ  AMD acquiert la société Xilinx pour environ 35 milliards de dollars

– Pandémie « grand coup de pouce » –

Depuis 2017, Telus a ramené environ 150 jeunes Bulgares, a déclaré la directrice générale Kristina Ivanova, ajoutant que la pandémie avait considérablement stimulé leurs efforts.

Bien que la vie revienne à la normale dans toute l’Europe, Ventislav dit qu’il envisage de “rester à la maison”.

“J’ai un CDI, et je trouve que l’appartement, les loisirs, les animations sont moins chers ici, donc à la fin du mois il me reste plus d’argent que j’en aurais fait en France”, dit-il.

#photo 1

Deslava Nikolova, 38 ans, chef de projet chez le détaillant français d’articles de sport Decathlon, travaille à distance depuis le printemps dernier et passe la plupart de son temps en Bulgarie.

“Je reçois un salaire européen (occidental) à dépenser en Bulgarie où… les prix sont bien inférieurs à ceux d’Europe. C’est la combinaison parfaite”, dit-elle, alors qu’elle fait des courses sur son ordinateur portable dans un café du centre-ville de Sofia. .

Elle dit qu’elle a décidé de revenir pour passer plus de temps avec sa famille et ses amis, car la Bulgarie n’a jamais été soumise à une interdiction stricte.

“En France, on ne pouvait même pas aller chez le coiffeur, mais ici les choses ne se sont pas arrêtées du tout”, dit-elle.

– ‘Vivre dans une bulle’ –

Même si elle ne retourne pas définitivement en Bulgarie, elle dit qu’elle aimerait pouvoir passer au moins la moitié de l’année dans le pays.

“Nous vivons dans une bulle en Bulgarie – un accès facile à la mer et aux montagnes, un bon équilibre entre travail et loisirs”, explique Hristo Boyadzhiev, président du groupe à but non lucratif Tuk-Tam (“Ici-là”) qui aide les rapatriés. réintégrer en Bulgarie.

READ  Suez: Amber Fund demande à Engie de saisir l'offre de Veolia

Cependant, tout n’est pas facile à naviguer. Plusieurs personnes envisageant de retourner à l’AFP se sont plaintes de formalités administratives, de corruption, de mauvaise gestion et d’éthique au travail. D’autres se sont habitués à des modes de vie cosmopolites.

Après un an de télétravail depuis Sofia, Maria Bykova, 32 ans, envisage de reprendre bientôt son travail financier à Paris.

« La ville me manque avec ses pistes cyclables dédiées, sa beauté et son caractère cosmopolite », dit-elle.

#photo 2

Pour Pascal Jelezow, il a été difficile de se réadapter à la mentalité qu’il a retrouvée à son retour après 14 ans aux States.

Zhelezov se dit « abasourdi par le pessimisme, voire le nihilisme » qu’il a trouvé chez ses compatriotes, sans parler de la croyance dominante dans les théories du complot.

De nombreux rapatriés ont pris part aux manifestations anti-corruption qui ont balayé la Bulgarie l’année dernière, dénonçant ce qui est considéré comme l’arrogance et la corruption de l’élite politique.

Un récent rapport de l’UNFPA a noté l’opportunité pour les pays de la région de « conserver au moins une partie des rapatriés » à la suite de la pandémie, notant la valeur qu’ils apportent en termes « d’expérience et de liens avec les réseaux et marchés mondiaux ».

Mais Tomcho Tomov de la Chambre de commerce bulgare estime que la plupart des rapatriés pandémiques sont déjà repartis.

– La Bulgarie te veut –

« La majorité des entreprises n’ont pas profité de cette opportunité malgré le manque de main-d’œuvre en raison des salaires non compétitifs », dit-il.

READ  Euro 2020 : la France, championne du monde, est éliminée du tournoi après avoir perdu contre la Suisse

Dans un effort pour maintenir l’élan des rapatriés en Bulgarie, deux chaînes de télévision racontent les réussites de ceux qui sont rentrés chez eux dans l’espoir d’inspirer d’autres à emboîter le pas.

“La vie à l’étranger vous pèse : vous gagnez de l’argent, mais vous n’avez pas le temps de le dépenser”, explique Petya Kirtikova, qui a vécu aux États-Unis avant de revenir animer l’émission télévisée Returning.

Un site Web créé par deux autres présentateurs de télévision, Bulgaria Wants You, se vante des « impôts les plus bas du pays et du congé de maternité le plus long d’Europe ».

Et malgré ses réserves, Zhelezov dit qu’il “n’a même pas hésité à revenir pour toujours”. Il est maintenant employé partout en Grande-Bretagne, une entreprise qui embauche des personnes pour travailler à distance.

« En Bulgarie, les gens travaillent pour vivre », dit-il. « Ils ne vivent pas pour travailler.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer