World

Les policiers ayant des orientations sexuelles différentes ont peur

Petromir Genchev a 34 ans, originaire de Vratsa et travaille depuis dix ans comme officier de police de patrouille au sein de la police régionale locale. En 2021, il s’est inscrit auprès de l’agence d’enregistrement d’un syndicat, rapidement identifié comme une organisation d’homosexuels au sein de la police. Le policier de Vratsa est marié, père de deux jeunes enfants et s'identifie comme bisexuel sur un site Internet.

« Qui fait quoi pendant son temps libre au travail et dans sa vie personnelle est une affaire personnelle et ne devrait intéresser personne », est catégorique Genchev. « Notre syndicat ne s'adresse pas seulement aux personnes de nationalité différente, mais à tous ceux qui se sentent discrimination pour quelque motif que ce soit. » .

L'organisation est enregistrée sous le nom de Syndicat des employés du ministère de l'Intérieur pour l'égalité et l'intégration. Toute personne qui se sent discriminée en raison d'un signe – race, religion, orientation sexuelle ou autre – peut demander une aide juridique auprès de nous, même si elle n'est pas membre du syndicat, explique le patrouilleur.

« Même s'ils rencontrent de tels problèmes, les collègues de notre système n'osent pas porter plainte, même lorsque nous leur offrons une bonne protection juridique et une bonne assistance », explique Genchev. – Nous n'avons pas de droits syndicaux, mais si nécessaire et s'il y en a En cas de plainte, nous désignons un avocat. Pour aider à la défense, nous avons de bons avocats qui traitent les cas de discrimination.

De nombreux collègues de Genchev à Vratsa estiment qu'il a des motivations égoïstes et ont enregistré ce syndicat parce que, en tant que dirigeant, il est protégé contre le licenciement. Cependant, aucun d'entre eux n'a voulu être cité et partager publiquement ses opinions, se cachant commodément derrière sa position officielle et nous renvoyant vers le centre de presse du ministère de l'Intérieur.

READ  Coronavirus Covid 19: Cas aujourd'hui, les responsables de la santé néo-zélandais verrouillent New Melbourne

Il a refusé de commenter le nouveau syndicat et le chef de la section syndicale, le policier Tsvetlin Petrov, expliquant qu'il ne se soucie pas du tout de ce que Genchev, qui est pour lui un bon policier responsable, fait pendant son temps libre et pour tout. sinon il faudrait demander aux « grands patrons » du ministère de l’Intérieur. Petromir lui-même dit avoir entendu cette accusation à plusieurs reprises et, après avoir enregistré le syndicat, ses collègues lui ont demandé combien d'argent ils lui avaient donné « pour faire cette chose, ou quelle ONG était derrière cela ».

« Je n'ai pas la permission de mes collègues de mentionner leurs noms et leur lieu de travail, mais d'eux je connais de nombreux cas dans les bureaux régionaux de Francesco de harcèlement à leur encontre parce qu'ils sont roms ou musulmans ou qu'il y a des soupçons sur leur orientation sexuelle. Nous avons aidé certains à défendre leurs droits, mais la plupart d'entre eux ont peur d'en attirer davantage si les Blancs se plaignent et exigent l'égalité sur le lieu de travail.»

Lors de son enregistrement, l'Union pour l'égalité et l'intégration comptait douze membres, mais la moitié d'entre eux sont toujours présents, tous issus de la police de Vratsa. D’autres ont paniqué et se sont inquiétés après que plusieurs médias ont annoncé que le syndicat était réservé aux policiers ayant des orientations sexuelles non traditionnelles et sont partis.

La seule femme de ce groupe a renoncé à son affiliation syndicale parce qu'elle a été soumise aux pressions et au harcèlement de ses collègues au point qu'elle a failli quitter son emploi au ministère de l'Intérieur. Cependant, les cinq autres se sont identifiés comme hétérosexuels, mais se sentaient menacés d'une manière ou d'une autre sur leur lieu de travail et étaient prêts à défendre leurs droits et ceux de leurs collègues.

READ  EN DIRECT - Présidentielle américaine: Suivez le seul et unique débat des vice-présidents entre Kamala Harris et Mike Pence

Petromir Genchev insiste sur le fait que ce noyau ne s’efforce pas nécessairement d’augmenter le nombre de ses membres ni de collecter des cotisations. Mais il tente depuis longtemps d'obtenir un rendez-vous avec l'un des nouveaux ministres de l'Intérieur ou n'importe quel président du système, afin de présenter formellement le syndicat et ainsi de le légitimer. Il espère que ses collègues du pays avec lesquels il s'est entretenu lors de divers séminaires et formations pour la police adhéreront au syndicat.

« Il est vrai que les policiers ont déjà sept syndicats différents, mais leur activité professionnelle est principalement sociale, ils luttent pour de meilleurs salaires, pour une régulation moderne des conditions de travail, dit Genchev. Les collègues là-bas font très bien leur travail et nous les soutenons. .» « Hmm, parce que nous sommes dans le même cube comme on dit. Mais nous avons un autre endroit précis, et je suis convaincu que notre union en a grand besoin, même si elle ne s'est pas encore fait sentir. »

Mais nombreux sont les policiers qui mélangent les choses et se sentent négligés si l'aide qu'ils recherchent n'est pas disponible. « J'ai dû expliquer à plusieurs reprises exactement ce que dit la loi anti-discrimination. Maltraiter un collègue parce qu'il ne vous aime pas pour une raison quelconque, par exemple, n'est pas une discrimination », explique Genchev.

Le policier syndical cherche donc tous les moyens possibles pour atteindre la direction du ministère de l'Intérieur. Il a déclaré qu'il plaiderait principalement en faveur de l'introduction de bonnes pratiques européennes en matière de maintien de l'ordre et soutiendrait les changements dans le droit pénal. Parce qu’il manquait, par exemple, un crime de haine homophobe. Par conséquent, de nombreux collègues ne savent pas comment agir dans de telles situations et définissent cela comme une émeute, mais cela n’a pas du tout clarifié les choses.

READ  Obama critique la Russie et la Chine pour leur "manque d'urgence" sur le climat

« De tels crimes représentent un plus grand danger public et les sanctions devraient donc être plus sévères. De nombreuses victimes de tels crimes haineux n'osent pas porter plainte auprès de la police, car elles n'y voient aucun avantage, car la loi ne peut pas Protégez les. »

Selon Genchev, son désir de porter les problèmes de discrimination devant le public et les dirigeants du ministère de l'Intérieur équivaut à lancer un débat. Une fois la discussion engagée, une solution à ce problème sera éventuellement trouvée, a-t-il exprimé son optimisme.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer