science

Les mammographies 3D fournissent moins de faux positifs

Les chercheurs ont découvert que le dépistage du cancer du sein à l’aide de la tomographie mammaire numérique (DBT), ou « mammographie 3D », était associé à une probabilité plus faible de résultats faussement positifs par rapport à la mammographie numérique standard.

Leur étude d’efficacité comparative a montré que 7,6 % des examens DBT ont entraîné un rappel de faux positifs contre 9,0 % des examens numériques, tandis que 1,8 % et 2,1 %, respectivement, ont entraîné une courte recommandation de suivi faux positif, et 1,1 % et 1,2 %, respectivement, ont entraîné une recommandation de biopsie faussement positive.

En fin de compte, avec un dépistage annuel, la probabilité cumulée sur 10 ans de recevoir au moins un rappel de faux positifs était de 6,7 % inférieure pour un scanner par rapport à une mammographie standard, selon la biostatisticienne de l’UCLA Diana Milioriti, M.D., Ph.D., Davis, et collègues.

Bien que ces réductions en pourcentage soient « modestes », Miglioretti et ses collègues écrivent dans Le réseau JAMA est ouvertcette proportion « équivaut à plusieurs milliers d’individus en chiffres absolus, surtout pour l’examen annuel, qui est la pratique courante aux États-Unis ».

Cependant, malgré la probabilité réduite de faux positifs avec la TCD, « la disponibilité accrue de la TCD ne change pas de manière significative la probabilité que les femmes aient des faux positifs au fil des années de mammographies régulières : avec un dépistage annuel, près de la moitié des femmes subissent un dépistage. au moins un rappel de faux positifs », selon Lydia Pace, MD, MPH, du Brigham and Women’s Hospital de Boston.

READ  Des physiciens observent pour la première fois le fluide de spin quantique

à Commentaire accompagnant l’étudePace a déclaré que si les faux positifs sont associés à l’anxiété ainsi qu’au temps, aux inconvénients et aux dépenses, « plus d’informations sont nécessaires pour comprendre l’association du DBT avec le surdiagnostic, le préjudice le plus cliniquement significatif du dépistage ».

Pendant ce temps, a-t-elle écrit, l’étude rappelle que même dans les pratiques qui proposent régulièrement la TCD, les cliniciens doivent avertir les patients que les résultats faussement positifs ne sont pas inattendus.

Le groupe de Miglioretti a analysé les données recueillies de manière prospective à partir d’examens de dépistage menés de janvier 2005 à décembre 2018 dans 126 installations de radiologie du Consortium de surveillance du cancer du sein. L’analyse a porté sur 903 495 femmes (âgées de 40 à 79 ans, âge moyen 57,6 ans) qui avaient subi près de 3 millions d’examens de dépistage au cours de cette période.

Parmi les examens analysés dans cette étude, 71,8 % étaient des mammographies annuelles, 16,8 % étaient des mammographies bisannuelles et 11,4 % étaient suivis d’un dépistage tous les trois ans ou plus. Total 15% des examens DBT d’occasion.

Pour le dépistage annuel, la probabilité cumulée sur 10 ans d’au moins un résultat faussement positif était plus faible avec la DBT qu’avec la mammographie numérique pour tous les résultats : 49,6 % contre 56,3 % pour le rappel, 16,6 % contre 17,8 % pour la recommandation de suivi à intervalle court , et 11,2 % contre 11,7 % pour la recommandation de biopsie.

Avec un dépistage tous les deux ans, les enquêteurs ont constaté que le risque d’au moins un rappel de faux positif sur 10 ans était significativement plus faible, quelle que soit la méthode de dépistage.

READ  Des vidéos surréalistes de la NASA révèlent à quoi ressemble une éclipse solaire sur Mars : ScienceAlert

Pour le dépistage tous les 2 ans, le taux de rappel cumulé pour la TCD était de 35,7 % contre 38,1 % pour la mammographie numérique. Les probabilités cumulées ne différaient pas significativement pour la recommandation de suivi à court intervalle (10,3 % contre 10,5 %) ou la recommandation de biopsie (6,6 % contre 6,7 %).

Les cotes de récupération cumulées faussement positives ont diminué avec augmenter l’âgeavec des taux cumulés plus élevés chez les femmes âgées de 40 à 49 ans ayant un dépistage annuel (68,0 % avec mammographie numérique et 60,8 % avec mammographie annuelle) que chez les femmes âgées de 70 à 79 ans (47,0 % avec mammographie numérique et 39,8 % avec mammographie annuelle) ).

Les chances de se souvenir d’un faux positif diminuaient également avec une densité mammaire plus faible, avec une probabilité estimée de se souvenir d’un faux positif 10 ans après l’examen annuel de 67,3 % pour les femmes aux seins à haute densité et de 31,0 % pour les femmes aux seins entièrement gras.

Les rappels cumulés de faux positifs étaient plus fréquents chez les femmes aux seins extrêmement denses, mais ne différaient pas significativement entre la mammographie et la mammographie numérique. Par exemple, les probabilités de rappel étaient de 67,3 % contre 65,0 %, respectivement, pour les femmes âgées de 40 à 49 ans avec un dépistage annuel, et de 51,2 % contre 46,1 % avec un dépistage tous les 2 ans dans le même groupe d’âge.

  • Mike Bassett Rédacteur spécialisé dans l’oncologie et l’hématologie. Il réside dans le Massachusetts.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer