Top News

Les électeurs suisses pourraient avoir le dernier mot sur l’écriture “inclusive”

Genève (AFP)

Assurer la neutralité du genre par écrit est une affaire délicate, pas plus que la Suisse qui utilise quatre langues et pourrait bientôt soumettre la question à un vote populaire.

En colère contre l’écriture de couverture qui fait son chemin dans les instances officielles, les médias et les écoles, la branche suisse de l’Association pour la défense de la langue française espère recueillir suffisamment de signatures pour tenir un vote, comme cela est possible dans le cadre du système de démocratie directe du pays.

La lutte avec la langue fait partie de l’identité nationale de la Suisse, où l’allemand, le français et l’italien sont utilisés – ainsi qu’une quatrième langue officielle : le romanche.

Les noms français et italiens ont un genre masculin ou féminin, tandis que les noms allemands ont un genre masculin, féminin ou neutre.

Dans la grammaire française, italienne et allemande, le masculin prend le pas sur le féminin dans les situations qui décrivent les hommes et les femmes – une règle qui, selon les féministes, inculque l’idée que les hommes sont supérieurs aux femmes.

En conséquence, il y a eu une tendance rapide à remplir les mots de points et d’étoiles pour inclure à la fois des formes masculines, féminines et parfois non binaires.

Mais les critiques disent que cela va trop loin, tuant le langage écrit et créant un fouillis illisible.

Depuis les années 1990, le gouvernement suisse a tenté d’éviter le problème en privilégiant des termes neutres, dans la mesure du possible, dans les trois principales langues.

READ  Changement climatique: une superficie de forêts de la taille de la France est de nouveau en croissance dans le monde depuis 2000 | Nouvelles du climat

Par exemple, les contacts en français faisant référence aux électeurs contournent le problème en faisant référence aux électeurs, « l’électorat », plutôt que « les électeurs et les électrices », les formes masculine et féminine du mot « électeurs ».

Mais des formats comme “les électeur.rice.s” commencent maintenant à apparaître.

Le ministère français de l’Éducation nationale a récemment interdit l’utilisation de telles formules, et en Suisse voisine, une série d’hommes politiques, majoritairement de droite, font campagne pour qu’elles soient effacées de la page.

Benjamin Rodoet du Parti du centre a présenté au parlement en mars une motion – encore à discuter – exigeant que l’administration fédérale suisse respecte les règles établies pour la langue française.

– Comment aimeriez-vous votre « buerger » ? –

En juin, la Chancellerie fédérale suisse a interdit l’utilisation d’astérisques et d’autres signes qui incluent le masculin, le féminin et le non binaire pour les mots en allemand, estimant qu’ils n’avaient pas atteint leur objectif – et au lieu de cela “causaient toute une série de problèmes de langue”.

Elle a donné à titre d’exemple cette phrase : « Le responsable nomme un membre du personnel compétent pour le représenter en son absence », ce qui signifie « Le responsable nomme un membre du personnel compétent pour le remplacer en son absence ».

Pour les « citoyens » au pluriel — « Buerger » pour les hommes et « Buergerinnen » pour les femmes, qui se transforme en « Buerger » si les hommes et les femmes participent à la fois — l’administration fédérale utilisera désormais les deux respectivement.

READ  Kevin Reda: Rien n'a changé dans la réponse du cyclisme au racisme depuis le Tour de France

En français, cependant, certains utilisent la forme “citoyen ne x s” pour les citoyens, où “ne” fait référence aux femmes et “x” pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec l’orthographe masculine ou féminine.

Ces derniers mois, la télévision publique suisse RTS a également attisé les flammes en remplaçant “Bonsoir à tous” (“Bonsoir à tous, au masculin “tous”) par “Bonsoir et bienvenue” – neutre “Bonsoir et bienvenue”. .

La branche suisse de Defend the French Language a écrit une lettre ouverte demandant à RTS d’annuler le changement.

La présidente de la branche, Aurèle Chalet, essaie également de recueillir suffisamment de signatures pour un vote public sur la question.

L’initiative “vise à interdire les écritures dites de couverture dans toute la Suisse”.

– “Plus d’égalité” –

“La langue française ne peut tolérer d’être déconstruite par des utopistes qui créent des bêtises”, a déclaré Chalet, un ancien journaliste sportif.

Mettre des points entre les lettres, a-t-il dit, est “incohérent, inefficace, laid et n’apportera rien au combat légitime – que je soutiens – pour la place des femmes dans la société”.

Il était peintre de formation, il regrette d’avoir introduit ce style d’écriture dans l’officiel et bientôt dans les écoles.

Profitant de la rénovation prochaine des manuels scolaires romands, les autorités suisses entendent introduire dès 2023 certains éléments de langage non sexiste.

Pascal Gijax, psycholinguiste à l’Université de Fribourg et auteur de Does the Brain Think Male ? , sur la « re-féminisation » de l’écriture, y compris en classe.

“On voit qu’il y a maintenant des courants plus égalitaires – on l’a vu avec le hashtag ‘MeToo'”, a-t-il déclaré à l’AFP.

READ  Après sept jours d'isolement, Emmanuel Macron quitte la Lanterne

« La question de la langue s’inscrit dans un mouvement pour plus d’égalité.

Pour Jana Krause, de Transgender Network Switzerland, être “contre un langage juste ne devrait donner à personne le droit d’interdire son utilisation par d’autres”.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer