Home France Les députés français débattent de réformes des retraites très controversées

Les députés français débattent de réformes des retraites très controversées

63
0
Les députés français débattent de réformes des retraites très controversées

Délivré le: changé:

La lutte pour les réformes des retraites du gouvernement français est allée au Parlement lundi, l'opposition promettant de torpiller une refonte qui a provoqué des semaines de grèves et de protestations.

Les syndicats de gauche sont en hausse Le président Emmanuel Macron fusionner les 42 régimes de retraite différents en France en un système de points.

Employés des transports publics éloigné du travail mois et demi en décembre et janvier, ce qui signifie que des millions de voyageurs voyagent, notamment en région parisienne.

Le gouvernement soutient que les changements sont nécessaires pour rendre le système plus équitable pour tout le monde, mais les critiques disent qu'ils forceront la plupart des Français à travailler plus longtemps pour des paiements plus modestes.

Les dirigeants syndicaux appelés grève renouvelée coïncidant avec le début de deux semaines de débats parlementaires lundi.

Mais il n'y a eu que de légères perturbations dans le métro parisien et les trains régionaux circulaient normalement.

Le débat commence lorsque le parti centriste de Macron sort d'un scandale sexuel qui a renversé son maire de Paris lors des élections municipales du mois prochain, Benjamin Griveaux.

Griveaux, un bon allié de Macron et un ancien porte-parole du gouvernement, s'est retiré d'une vidéo avec une vidéo divulguée qui présentait un homme comme l'homme politique de 42 ans se masturbant.

Pour le remplacer, le gouvernement a choisi Ministre de la Santé Agnès Buzyn, l'un des défenseurs les plus éminents de la réforme des retraites, actuellement dirigé par le parlement par son successeur Olivier Véran.

41 000 amendements

Avec le gouvernement qui refuse de se rabattre sur l'un des Macron réformes de signature, les députés de l'opposition sont entrés dans la lutte dans l'espoir de faire dérailler le projet de loi en soumettant un record de 41 000 amendements.

«Ce plan n'a pas été bien pensé. Elle ne protège pas l'avenir de notre système de retraite … et de plus cette réforme est injuste ", a déclaré à France Inter Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste.

Le parti central de la République Macron en mouvement (LREM) souhaite que la loi soit adoptée par le Parlement avant les élections municipales du mois prochain.

Bien que le parti dispose d'une majorité confortable au Parlement, certains législateurs du LREM ont suggéré que la législation pourrait devoir être appliquée par une décision d'application si l'opposition tentait de la maintenir indéfiniment.

Mais si cela se produisait, le gouvernement serait accusé de limiter le débat démocratique sur l'une des questions les plus controversées de la présidence Macron.

Les réformes élimineraient les régimes de retraite individuels, certains remontant à des centaines d'années, offrant une retraite anticipée et d'autres avantages aux employés du secteur public, ainsi qu'aux avocats, aux physiothérapeutes et même aux employés de l'Opéra de Paris.

Des dizaines de milliers de personnes, dont un grand nombre d'enseignants et de médecins, ont participé à sept jours distincts de manifestations nationales en décembre et en janvier.

Le gouvernement déclare que les Français, qui prennent leur retraite plus tôt que la plupart des Européens, doivent travailler plus longtemps pour maintenir le système de retraite à un moment où les gens vivent plus longtemps.

Les opposants affirment que le plan obligera les gens à investir dans des régimes de retraite privés à l'américaine et Macron, un ancien banquier d'investissement, a été accusé d'avoir déployé un tapis rouge pour les gestionnaires d'actifs étrangers tels que le géant américain de l'investissement BlackRock.

La semaine dernière, des dizaines de militants ont pris d'assaut les bureaux de BlackRock à Paris et aspergé les murs et les tapis de slogans anticapitalistes et écologiques – le deuxième incident sur le site depuis le début de la retraite.

BlackRock a nié avoir tenté d'influencer les réformes.

(FRANCE 24 avec AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here