science

Le télescope spatial Webb de la NASA révèle d’horribles piliers de la création

La vue dans l’infrarouge moyen du télescope spatial James Webb des piliers de la création suscite un ton effrayant. Des milliers d’étoiles dans cette région disparaissent – et des couches infinies de gaz et de poussière semblent devenir leur centre d’intérêt. Crédit : Science : NASA, ESA, CSA, STScI Traitement d’image : Joseph DePasquale (STScI), Alyssa Pagan (STScI)

Webb met en évidence la doublure de poussière semblable à du velours dans toute cette région de formation d’étoiles, y compris les coquilles autour des étoiles en formation active.

Comme on le voit ici, les Piliers de la Création apparaissent dans un autre monde en lumière infrarouge moyenne.[{ » attribute= » »>NASA’S James Webb Space Telescope has captured an incredible scene that is large and lofty – and appears lit by flickering lanterns. A “ghost” haunts the crag in the lower left, a gargoyle-like shape snarls toward the middle of the frame, and a dark horse’s head charges out of the edge of the second pillar. The creepiest of all? Newly formed stars take on the appearance of protruding, bloodshot eyes. And in the background, dust dances like heavy, ancient curtains being pulled shut. Here, there is no raven to whisper, “Nevermore,” to harken to the classic Edgar Allan Poe poem.

Instead, dust in Webb’s image is like the dawn. It is an essential ingredient for star formation. Though cloaked, these pillars are bursting with activity. Newly forming stars hide within these dark gray chambers, and others, like red rubies, have jumped into view. Over time, Webb’s mid-infrared image will allow researchers to deeply explore the gas and dust in this region, and more precisely model how stars form over millions of years.


Comparez l’image de la lumière infrarouge moyen du télescope James Webb du télescope Pillars of Creation avec l’image de la lumière infrarouge proche dans cette courte visite vidéo. Des milliers d’étoiles se sont formées dans cette région, mais la poussière interstellaire obscurcit la vue dans la lumière infrarouge moyenne, c’est pourquoi la plupart des étoiles semblent manquer. La désintégration rapide de l’image proche infrarouge prouve qu’elle existe toujours, bien sûr. Alors que la lumière infrarouge moyenne est spécialisée dans la localisation de la poussière – et que ces panaches sont engloutis dans la poussière et le gaz – de nombreuses étoiles de cette région ne sont pas suffisamment poussiéreuses pour apparaître à ces longueurs d’onde. Au lieu de cela, la lumière infrarouge moyenne révèle de jeunes étoiles qui ont encore des « manteaux » poussiéreux. Ce sont les orbes cramoisis vers les pointes des piliers. En revanche, les étoiles bleues qui parsèment le paysage vieillissent, ce qui signifie qu’elles se sont déjà débarrassées de la plupart de leurs couches de gaz et de poussière. Quelle est l’étendue de ce paysage ? Cette étoile rouge vif et son linceul poussiéreux sont plus grands que la taille de tout notre système solaire.

Image obsédante : le Web de la NASA révèle la poussière et la structure des piliers de la création

Cette photo ne représente pas des doigts souillés de suie qui s’étirent. Ce n’est pas non plus un spectacle éthéré de tombes oubliées par le temps. Remplis de gaz et de poussière, ces panaches obscurcissent les étoiles qui se forment lentement pendant des milliers d’années. Le télescope spatial James Webb a capturé cette vue effrayante et poussiéreuse des piliers de la création en lumière infrarouge moyenne. Il révèle une nouvelle vue effrayante d’un paysage familier.

Pourquoi la lumière infrarouge moyen crée-t-elle une ambiance aussi sombre et effrayante dans l’image de l’instrument infrarouge moyen (MIRI) de Webb ? La poussière interstellaire recouvre la scène. Et tandis que la lumière infrarouge moyenne est spécialisée dans la localisation de la poussière, les étoiles ne sont pas assez brillantes à ces longueurs d’onde pour apparaître. Au lieu de cela, ces panaches imminents de gaz et de poussière scintillent sur leurs bords, ne faisant que suggérer une activité en leur sein.

Dans cette région, des milliers et des milliers d’étoiles se sont formées. Cela a été clairement démontré lorsque Webb a vérifié récemment Image de la caméra proche infrarouge (NIRCam) (Voir l’image ci-dessous). Cependant, du point de vue de MIRI, la majorité des étoiles semblent manquer. Pourquoi? De nombreuses étoiles nouvellement formées ne sont plus entourées d’assez de poussière pour être détectées dans l’infrarouge moyen. Au lieu de cela, MIRI surveille les jeunes stars qui n’ont pas encore secoué leurs « manteaux » poussiéreux. Ce sont les orbes cramoisis vers les pointes des piliers. En revanche, les étoiles bleues qui parsèment le paysage vieillissent. Cela signifie qu’ils ont déjà perdu la plupart de leurs couches de gaz et de poussière.

Piliers de la création (Photo par Webb NIRCam)

Les piliers de la création sont placés dans un kaléidoscope de couleurs dans le spectacle de lumière proche infrarouge du télescope spatial James Webb de la NASA. Les colonnes ressemblent à des arcs et des tours s’élevant d’un paysage désertique, mais elles sont remplies de gaz et de poussière translucides, et elles changent constamment. C’est une région où de jeunes étoiles se forment – ou sortent à peine de leurs cocons poussiéreux alors qu’elles continuent à se former. Crédit : NASA, ESA, ASC, STScI ; Joseph DePascal (STScI), Anton M. Cuquemore (STScI), Alyssa Pagan (STScI).

La lumière infrarouge moyen est particulièrement adaptée à l’observation de gaz et de poussière dans les moindres détails. Ceci est également indubitable en arrière-plan. Les nuances de gris les plus sombres sont les régions de poussière les plus intenses. La zone rouge vers le haut, qui forme un V perçant, comme un hibou aux ailes déployées, est l’endroit où la poussière se répand et se refroidit. Notez qu’aucune galaxie d’arrière-plan n’apparaît – interstellaire interstellaire Dans la partie la plus dense de[{ » attribute= » »>Milky Way’s disk is too swollen with gas and dust to allow their distant light to penetrate.

How vast is this landscape? Trace the topmost pillar, landing on the bright red star jutting out of its lower edge like a broomstick. This star and its dusty shroud are larger than the size of our entire solar system.

This scene was first captured by NASA’s Hubble Space Telescope in 1995 and revisited in 2014, but many other observatories, like NASA’s Spitzer Space Telescope, have also gazed deeply at the Pillars of Creation. Astronomers gain new information with every observation. Through their ongoing research, they build a deeper understanding of this star-forming region. Each wavelength of light and advanced instrument delivers far more precise counts of the gas, dust, and stars, which inform researchers’ models of how stars form. As a result of the new MIRI image, astronomers now have higher resolution data in mid-infrared light than ever before, and will analyze its far more precise dust measurements to create a more complete three-dimensional landscape of this distant region.

The Pillars of Creation is set within the vast Eagle Nebula, which is located around 6,500 light-years away from Earth.

The James Webb Space Telescope is the most powerful space telescope ever constructed and the world’s premier space science observatory. It will solve mysteries in our solar system, look beyond to distant worlds around other stars, and probe the mysterious structures and origins of our universe. Webb is an international program led by NASA with its partners, ESA (European Space Agency) and CSA (Canadian Space Agency).

READ  Découvrez la diversité inimaginable de la vie sous la banquise antarctique

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer