sport

Le ski alpin français espère créer la surprise dans les épreuves de vitesse

BEIJING, 2 février (Reuters) – Après avoir placé deux podiums lors d’une descente de Coupe du monde à Kitzbühel le mois dernier, la France espère créer la surprise dans les épreuves de vitesse en ski alpin aux Jeux olympiques de Pékin sur une piste sur laquelle personne n’aura couru.

Le vétéran Johan Clarey a pris la deuxième place à Kitzbuhel devant son coéquipier Blaise Giezendanner pour remonter le moral de l’équipe masculine avant les Jeux.

« Mon ambition, mon rêve est de ramener une médaille. C’est pourquoi je suis ici. Je ne suis pas parmi les favoris car il y a beaucoup de gars qui sont plus rapides que moi mais j’arrive aux Jeux avec un élan et un beaucoup de confiance », a déclaré Clarey aux journalistes mercredi.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« De plus, je n’ai aucun problème physique. Mais je vais quand même avoir besoin d’un peu de chance pour obtenir quelque chose de bien, ce qui signifie une médaille, car tout le reste ne signifie rien », a ajouté le joueur de 41 ans, qui compte neuf championnats du monde. Il termine sur le podium de la Coupe et a remporté l’argent en super-G aux championnats du monde 2019.

Clarey, cependant, n’a jamais terminé au-dessus de la 18e place en super-G ou en descente lors des trois Jeux précédents et aucun skieur français n’a remporté de médaille dans les épreuves de vitesse depuis qu’Antoine Deneriaz a remporté l’or en descente aux Jeux de Turin en 2006.

Aucune épreuve test n’a eu lieu sur la piste de Yanqing en raison de la pandémie de COVID-19, ce qui signifie qu’aucun skieur n’a encore descendu la piste olympique et qu’ils n’auront que trois séances d’entraînement pour se familiariser avec la piste et la neige artificielle abrasive.

READ  Les journalistes sportifs français portent des armes

Cela égalise le terrain de jeu, bien que Giezendanner, qui a terminé quatrième du super-G aux Jeux olympiques de 2018 à Pyeongchang, pense que les meilleurs gagneront toujours.

« La descente est une discipline dans laquelle l’expérience compte », a-t-il déclaré.

« Je ne suis donc pas sûr que cela va tout chambouler. Il y aura peut-être quelques surprises lors des deux premiers entraînements, mais à la troisième session, l’ordre sera rétabli.

« C’est à nous, outsiders, de créer la surprise. »

Matthieu Bailet estime que même si les Français ne figurent pas parmi les grands favoris pour la descente de dimanche, tout peut arriver, surtout sur un parcours sur lequel l’entraîneur-chef David Chastan a déclaré que le vent pouvait impacter les performances.

« C’est une course d’une journée dans des conditions que nous ne connaissons pas. L’idée est de profiter au maximum de cette opportunité », a déclaré Bailet.

(Cette histoire se refile pour changer le moment en élan au paragraphe 3)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Julien Pretot ; Montage par Christian Radnedge

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer