Top News

Le Sénat français approuve le projet d’Emmanuel Macron de supprimer les redevances de diffusion télévisée | France

La France supprimera les droits de licence de diffusion télévisée après que le Sénat a approuvé la promesse électorale d’Emmanuel Macron de réduire la taxe sur la radiodiffusion publique afin de stimuler le pouvoir d’achat des ménages.

Mais lors d’un débat houleux au Sénat qui a duré jusqu’aux petites heures de mardi matin, les opposants de gauche ont soulevé ce qu’ils ont appelé des inquiétudes importantes concernant le financement futur et l’indépendance de la télévision et de la radio publiques, mettant en garde contre le risque d’affaiblissement de la radiodiffusion publique.

Certains de droite ont également critiqué, appelant à un véritable débat sur une réforme plus large de l’audiovisuel public, estimant que la qualité du débat au Sénat était « médiocre ».

Lorsque Macron s’est présenté pour un second mandat à la présidence ce printemps, il a fait valoir que l’élimination des droits de licence de diffusion était logique car il voulait continuer à réduire les impôts. L’extrême droite Marine Le Pen, battue par Macron lors du vote final, voulait aller de l’avant, non seulement en supprimant les redevances, mais en privatisant la télévision et la radio publiques françaises.

La redevance française est de 138 € (115 £) par an en France métropolitaine et s’applique à environ 27 millions de foyers qui annoncent un téléviseur. En comparaison, une licence de télévision britannique coûte 159 £.

À court terme, la ministre de la Culture, Rima Abdel-Malik, a déclaré que le gouvernement protégerait les budgets de la télévision et de la radio publiques tout en établissant une « feuille de route » pour l’avenir de la radiodiffusion publique. Le projet de loi actuel allouerait, à court terme, une « petite partie de la taxe sur la valeur ajoutée » à l’audiovisuel public, environ 3,7 milliards d’euros, soit le montant que rapporte actuellement la redevance.

READ  12 candidats en lice pour les élections présidentielles françaises

Abonnez-vous à la première édition, notre newsletter quotidienne gratuite – tous les matins en semaine à 7h GMT

Mais les sénateurs de plusieurs partis différents, de droite à gauche, ont attaqué ce qu’ils décrivent comme l’absence d’une stratégie concrète sur la façon d’assurer le financement à long terme. Certains ont déclaré qu’ils étaient d’accord pour dire que la redevance, basée sur la possession d’un téléviseur, était obsolète et « obsolète » et que « les Français ne la manqueraient pas ». Mais ils ont averti que le projet de loi avait été précipité et mal préparé.

Il y a un « problème de timing », a déclaré Jean-Raymond Huguenet du parti de droite La République. Le projet de loi était démagogue et a été poussé très rapidement sans stratégie de diffusion publique. « Nous avions un président qui voulait être réélu et il a proposé quelque chose de très populaire : abolir une taxe terne et injuste dont personne ne veut plus », a-t-il déclaré. Huguenet a déclaré qu’il reste du travail à faire sur les futurs mécanismes de financement.

« Les enjeux sont importants dans notre société, où il y a une grande concentration de chaînes privées et de plateformes étrangères, ce qui signifie qu’il faut dynamiser l’audiovisuel public », a déclaré le sénateur socialiste David Assoulin. Il a déclaré que le ministre de la Culture « louait la gloire » de l’audiovisuel public français mais « créait les conditions pour l’affaiblir ».

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer