Top News

Le rugby australien s’apprête à revoir les restrictions de test sur les joueurs étrangers

émis en : la moyenne:

Sydney (AFP)

Rugby Australie envisage d’assouplir ses règles qui interdisent à la plupart des joueurs basés à l’étranger de représenter les Wallabies après la récente défaite de la Nouvelle-Zélande, ont déclaré dimanche des responsables.

En vertu de la “loi du ghetto”, introduite en 2015, les joueurs étrangers ne peuvent porter un maillot australien que s’ils ont eu au moins 60 sélections et joué au moins sept saisons à domicile en Super Rugby.

Mais avec de plus en plus de personnes acceptant des contrats lucratifs en Europe, ainsi que l’émergence de clubs japonais en tant que puissance financière, la migration des talents s’aggrave.

Cet entraîneur des Wallabies handicapé Dave Rainey, dont l’équipe inexpérimentée est tombée deux fois contre les All Blacks ce mois-ci, d’abord par 33-25, puis avec un record de 57-22.

Le directeur général de Rugby Australie, Andy Marinos, a déclaré qu’il était temps de réexaminer les critères d’éligibilité pour les aligner davantage sur d’autres pays comme l’Afrique du Sud.

“Ils ont accès et la possibilité de choisir leurs meilleurs joueurs quel que soit l’endroit où ils jouent”, a-t-il déclaré au Sydney Morning Herald.

“Nous devons examiner l’éligibilité. Je ne dis pas que ce sera alpha et oméga. Mais cela apportera certainement beaucoup d’expérience et plus de profondeur à tous les niveaux.”

Marinos était directeur du rugby pour l’Afrique du Sud lorsqu’ils ont pris la décision d’abandonner leurs règles pour les joueurs étrangers et que les Springboks, champions du monde, ont récolté les fruits.

READ  Faites de la place dans le salon avant d'accueillir la PS5

“Je ne dis pas que ce qui a fonctionné en Afrique du Sud est la recette ici”, a-t-il déclaré. “Mais nous devons examiner l’éligibilité pour nous assurer que nous avons les meilleurs joueurs disponibles pour jouer semaine après semaine.”

Une option envisagée, selon le journal, consiste à réduire le nombre de tests requis pour se qualifier à 15 ou 20.

L’autre chose est de permettre à Renee de choisir plus de deux joueurs étrangers actuellement autorisés.

L’une ou l’autre option pourrait ouvrir la porte à des joueurs comme Rory Arnold, Will Skelton, Tolo Lato, Samu Kerifi et Shawn McMahon, qui ne respectent actuellement pas la règle des 60 tests.

Mais tout changement pourrait également être controversé, car il pourrait potentiellement affaiblir les équipes australiennes de Super Rugby alors que de plus en plus de joueurs se dirigent vers l’étranger pour un meilleur argent.

“Ce n’est pas la réponse (complète). Mais cela fait partie d’une vue d’ensemble du jeu et de ce que nous devons résoudre”, a déclaré Marinos.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer