Top News

Le retour du Championnat de France GAA

Écrit par Sean O’Connell

Ce mois-ci dans la région 500 joueurs ont participé au Championnat de France GAA. Le fait que seulement 10% soient nés en Irlande met en évidence le travail que font les clubs en France.

Stephen Hegarty vit à Caen. Son père est originaire de Kerry, mais dès l’âge de trois ans, Hegarty s’est plongé dans les activités des Jeux gaéliques. Aujourd’hui, Hegarty est joueur et administrateur, travaillant comme secrétaire pour France GAA.

Les Jeux mondiaux FRS GAA du mois prochain à Derry seront occupés par plusieurs équipes françaises. La blessure met Hegarty hors du terrain, mais des tâches importantes seront effectuées hors du terrain.

Les Championnats de France, en présence du président du GAA Larry McCarthy, ont captivé l’imagination. « Nous étions vraiment heureux d’avoir des gens à l’événement », a déclaré Hegarty. « C’était annulé depuis trois ans, deux ans à cause du covid puis à cause de la canicule à Bordeaux où il faisait 44 degrés.

« Nous avons donc dû annuler l’événement, nous étions vraiment heureux que l’événement soit organisé. Nous avions Larry McCarthy et l’ambassadeur d’Irlande en France, donc c’était génial qu’ils soient à l’événement. »

Une base solide a été établie en France. L’intérêt grandit, mais Hegarty reste catégorique sur le fait que davantage de progrès peuvent être réalisés. « Nous sommes vraiment au top en ce qui concerne les locaux qui jouent le jeu ici en France », a déclaré Hegarty.

« Nous espérons même augmenter cela dans les années à venir, nous faisons de notre mieux pour le faire passer dans les médias ici.

« Il s’agit d’amener plus de gens à jouer, mais cela prend du temps. Pourtant, cela en vaut la peine, car les gens aiment vraiment les jeux une fois qu’ils commencent à jouer. »

Le Championnat de France GAA s’est déroulé à Nantes la semaine dernière. Les progrès se poursuivent. « Nous avions 25 équipes masculines et 10 ou 11 équipes féminines », ajoute-t-il.

READ  Le rappeur MF Doom est mort

Leo Blancchamp de France GAA célèbre pendant les Jeux mondiaux de 2016 à Croke Park. Photo par Eóin Noonan / Sportsfile

« Le but du championnat de France est de rassembler tous ceux qui jouent pour pouvoir jouer les uns contre les autres. On a du mal à avoir assez de terrains, il y a beaucoup d’organisation derrière ça quand on a autant d’équipes impliquées.

« Nous avons vraiment dû le diviser en trois sites cette année, généralement sur le même site. Nous aurons généralement six ou sept terrains les uns à côté des autres, mais cette fois-ci, nous avons dû changer cela. »

Cependant, Hegarty reconnaît que c’est une bonne idée d’essayer de trouver des solutions car cela montre que les jeux gaéliques sont en plein essor. « J’ai participé avec une équipe qui se trouvait à une demi-heure ou 45 minutes de Nantes où se déroulaient les finales – l’équipe féminine était à un endroit et l’équipe masculine à un autre », a déclaré Hegarty.

« Nous voulons donc pouvoir maintenir ce format aussi longtemps que possible, mais lorsque le jeu se développera, ce sera impossible. Nous devons commencer à examiner les options, ce qui est probablement une bonne chose car cela montre que plus de gens jouent au jeu. jeu ici.

Pourquoi y a-t-il un pourcentage aussi élevé de Français de souche sur 500 joueurs ? Hegarty répond: « Le premier club a été fondé par des expatriés irlandais vivant à Paris, donc il y avait une communauté irlandaise, mais ce qui s’est passé dans les années qui ont suivi, c’est que des clubs se sont formés en Bretagne ».

« C’était à cause de la culture celtique là-bas, ils avaient toujours un œil sur l’Irlande. Vous aviez donc des clubs à Rennes puis à Brest. Cela a continué à se développer par la suite avec de plus en plus de clubs. Donc, plus de gens se sont lancés dans le jeu et maintenant ils ont leurs propres ligues. » .

READ  Comment surveiller le téléphone de l'enfant et le contrôler à distance

« Pendant l’année, les équipes bretonnes jouent les unes contre les autres. Uniquement dans les ligues françaises lorsqu’elles jouent contre des équipes d’autres endroits en France comme Paris, Bordeaux ou Lyon. La Bretagne est donc le centre du football gaélique.

« Maintenant, beaucoup de gens qui vivaient en Bretagne ont déménagé. Alors ils ont créé des clubs dans différentes régions et différentes villes. C’est ainsi que le jeu se développe en France, en gros. »

Mais à travers la France, le calendrier des rencontres varie. « C’est très différent de ce à quoi les gens sont habitués en Irlande », ajoute Hegarty. « Nous n’avons pas de match chaque semaine, c’est un peu plus confortable. Nous avions l’habitude de jouer une fois par mois ou une fois toutes les trois semaines et nous jouons généralement dans le championnat quelque part.

« Vous allez affronter quelques équipes dans la journée, et c’est comme ça. En Bretagne où la distance entre les deux équipes est plus courte, ils jouent de vrais matchs avec des mi-temps de 30 minutes, comme en Irlande. C’est un peu différent entre la Bretagne et le reste de la France. »

Hegarty se souvient des visites d’enfance à Kerry. Les matchs étaient surveillés, mais ce n’est que depuis quelques années que le GAA est devenu partie intégrante de sa vie. « Mon père est de Kerry, mais il a déménagé en France il y a 45 ans », dit Hegarty.

Joueurs de France GAA lors de la parade d'ouverture des Jeux Mondiaux de 2019. Photo de Piaras Ó Mídheach/Sportsfile
Joueurs de France GAA lors de la parade d’ouverture des Jeux Mondiaux de 2019. Photo de Piaras Ó Mídheach/Sportsfile

« J’ai toujours connu le football gaélique parce que j’avais l’habitude de rendre visite à ma famille là-bas, mais je n’y ai jamais joué. Je n’ai commencé à jouer qu’il y a trois ans, j’ai 35 ans, mais j’ai toujours joué au football ici. Il y avait un club dans lequel j’habitais à fondé par des gens qui jouaient en Bretagne.

« J’avais besoin de lui donner une chance, j’ai vraiment adoré le jeu. J’avais vu des matchs à la télévision quand je partais en vacances pour rendre visite à ma famille, et c’est le seul lien que j’avais. Maintenant, je suis vraiment impliqué et j’ai vraiment J’aime ça. Il y a un vrai potentiel ici en France.

READ  Air France boycotte le service client sur Twitter

Hegarty espère qu’il sera présenté à Derry lors des prochains Jeux mondiaux. « Nous aurons des équipes dans la compétition locale », dit-il. « Cela signifie que seuls les joueurs nés en France participeront, je devais jouer moi-même, mais je me suis récemment blessé au LCA.

« J’aurais été le seul joueur d’origine irlandaise. Tous les autres joueurs n’ont aucun lien avec l’Irlande. Ils ne jouent au jeu que depuis quelques années. »

Nous aurons cinq équipes de la Fédération française. Nous alignerons deux équipes masculines, une équipe championne, identique à l’équipe senior, et une équipe réserve pour les joueurs ou les plus jeunes, qui viennent de débuter et qui peuvent avoir 35 ans. J’étais capitaine de l’équipe réserve aux Jeux européens de Galice car je venais de débuter.

« Nous ferons de même avec les équipes féminines, mais nous enverrons également notre première équipe au hurling. J’espère que le hurling se développera également. Les équipes régionales joueront aussi, et je pense que nous aurons environ 13 à 15 équipes participantes. . Nous aurons le plus grand groupe de joueurs d’un seul pays. »

Hegarty assume les fonctions de gestion. « Surtout avec la blessure, j’ai maintenant beaucoup plus de temps libre », rigole-t-il.

« Je vais voyager avec les équipes de France aux Jeux mondiaux, les aider avec la logistique et faire la traduction également. J’ai vraiment hâte de rencontrer des gens avec le GAA là-bas, pour leur montrer qu’il y a un réel intérêt pour la France. .”

Le but et la passion ne manquent pas.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer