Economy

Le Pakistan met en garde contre les « conséquences graves » de l’effondrement économique de l’Afghanistan

délivré en :

Islamabad (AFP) – Le Pakistan a mis en garde dimanche contre de « graves conséquences » pour la communauté internationale si l’effondrement économique de l’Afghanistan se poursuit, exhortant les dirigeants mondiaux à trouver des moyens de s’engager avec les dirigeants talibans dans le pays pour aider à prévenir une catastrophe humanitaire.

S’exprimant lors de l’ouverture d’une réunion spéciale des 57 pays de l’Organisation de la coopération islamique à Islamabad, le ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi a déclaré que les répercussions de l’aggravation de la crise pourraient signifier une famine massive, des flux de réfugiés et la montée de l’extrémisme.

« Nous ne pouvons pas ignorer le risque d’effondrement économique complet », a-t-il déclaré lors de la réunion, qui comprenait le ministre taliban des Affaires étrangères Amir Khan Mottaki ainsi que des délégations des États-Unis, de la Chine, de la Russie, de l’Union européenne et des Nations Unies.

La réunion est la plus grande conférence majeure sur l’Afghanistan depuis la chute du gouvernement soutenu par les États-Unis en août et le retour des talibans au pouvoir.

Depuis lors, la communauté internationale a gelé des milliards de dollars d’aide et d’avoirs, et le pays de 38 millions d’habitants fait face à un hiver rigoureux.

Les Nations Unies ont averti à plusieurs reprises que l’Afghanistan était au bord de la pire urgence humanitaire au monde en raison d’une crise alimentaire, énergétique et monétaire.

Qureshi a déclaré que l’OCI avait été invitée à envisager un plan en six points pour aider l’Afghanistan qui s’engagerait avec les autorités talibanes pour aider à alléger la pression sur leur pays.

READ  Les conseils disent que la conférence sur l'immobilier sur la Côte d'Azur valait chaque centime

Il comprendra la coordination de l’aide, l’augmentation des investissements, l’aide à la reconstruction des institutions afghanes et la fourniture d’experts techniques pour gérer l’économie.

Les promesses d’aide doivent être annoncées dimanche soir.

Aucun pays n’a encore officiellement reconnu le gouvernement taliban, et les diplomates sont confrontés à la tâche délicate de canaliser l’aide vers l’économie afghane meurtrie sans le soutien des islamistes purs et durs.

Presque tous les orateurs d’ouverture ont souligné la nécessité pour les talibans de protéger les droits des minorités et de permettre aux femmes et aux filles le droit au travail et à l’éducation.

Bien que les talibans aient promis une version plus douce de la règle de la ligne dure qui a marqué leur premier mandat au pouvoir de 1996 à 2001, les femmes sont largement exclues des emplois gouvernementaux et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.

On ne s’attendait pas à ce que la réunion de l’Organisation de la conférence islamique donne au nouveau gouvernement taliban la reconnaissance internationale officielle dont il a désespérément besoin.

Plus tôt, Qureshi a déclaré qu’il y avait une différence entre « la reconnaissance et l’engagement » avec le nouveau régime de Kaboul.

« Poussons-les par la persuasion et les incitations à aller dans la bonne direction », a-t-il déclaré aux journalistes avant la réunion.

« La politique de coercition et d’intimidation n’a pas fonctionné. Si cela avait fonctionné, nous ne serions pas dans cette situation. »

Le Pakistan, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis étaient les trois seuls pays à avoir reconnu le précédent gouvernement taliban.

READ  Pfizer acquiert une participation de 8,1% dans la société française de vaccins Valneva

La réunion se déroule sous haute sécurité, Islamabad étant enfermé, entouré de clôtures en fil de fer barbelé et de barrages routiers pour les conteneurs maritimes où la police et les soldats montaient la garde.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer