Economy

Le nouveau gouvernement pakistanais se dit prêt à réduire les subventions aux carburants

émis en : Modifié:

Washington (AFP) – Le nouveau ministre pakistanais des Finances a approuvé vendredi les recommandations du Fonds monétaire international visant à réduire les subventions aux carburants et à mettre fin à un programme d’amnistie fiscale pour les entreprises, s’engageant à poursuivre les réformes structurelles pour stimuler l’économie touchée par la crise.

Le Fonds monétaire international a approuvé en 2019 un prêt de 6 milliards de dollars sur trois ans au Pakistan, mais le décaissement a ralenti en raison des inquiétudes concernant le rythme des réformes.

Le ministre des Finances Miftah Ismail, qui a pris ses fonctions ce mois-ci après qu’un gouvernement précédent a perdu un vote de défiance, a déclaré qu’il avait eu de « bonnes discussions » avec le Fonds monétaire international lors d’une visite lors des réunions annuelles de printemps du prêteur basé à Washington.

« Ils ont parlé de la suppression des subventions sur les carburants. Je suis d’accord avec eux », a déclaré Ismail, un ancien économiste du FMI, au Conseil de l’Atlantique.

« Nous ne pouvons pas nous permettre notre soutien. Nous devons donc réduire cela », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que l’ancien Premier ministre Imran Khan, cherchant à éviter d’être évincé, avait tendu un « piège » à ses successeurs avec des subventions massives au carburant et à l’électricité, ainsi qu’un programme d’amnistie fiscale des entreprises – des mesures qui ont entravé le décaissement du prêt du FMI. .

« Il a donné l’amnistie aux entreprises pour qu’elles créent des usines afin qu’elles n’aient pas à payer d’impôts, ou même si elles se soustraient aux impôts, c’est bien », a déclaré Ismail aux journalistes lors d’un événement organisé par l’ambassade du Pakistan.

READ  Un ministre français demande à l'Irlande de "réfléchir" aux taux d'imposition

Mais Ismail a ajouté que certaines subventions ciblées devraient rester pour le Pakistan le plus pauvre dans un contexte de forte hausse des prix mondiaux.

Le nouveau Premier ministre du pays, Shahbaz Sharif, s’est engagé à lancer une économie moribonde et sera certainement un enjeu majeur lors des élections prévues l’année prochaine.

Le Pakistan a sollicité à plusieurs reprises un soutien international et souffre d’une assiette fiscale chroniquement faible.

Ismail a déclaré que le Pakistan, le cinquième pays le plus peuplé du monde, doit passer à un nouveau modèle économique en supprimant les obstacles et en stimulant les exportations vers le monde.

« Nous avons un pays qui profite de l’élite au point où presque tous les soutiens dont vous pouvez parler vont en fait aux personnes les plus riches », a-t-il déclaré.

Ismail a déclaré que son objectif immédiat était de contenir l’inflation à deux chiffres – un objectif complexe en supprimant les subventions aux carburants – et de commencer à créer des emplois.

Il a nié que le Pakistan risquait de faire défaut sur sa dette, avec des réserves de change s’élevant actuellement à 10 milliards de dollars, et qu’une grande partie de sa dette bilatérale concernait des pays amis tels que la Chine, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Sharif a un peu plus d’un an avant de devoir déclencher des élections générales, laissant les observateurs se demander si l’éviction de Khan serait contre-productive, car son gouvernement a hérité d’une crise économique qui prendra du temps à surmonter.

Mais Ismail a dit, « il n’y a jamais eu de mauvais moment pour faire la bonne chose ».

READ  Viber a lancé un nouveau service pour la Bulgarie

« Si ce que nous prétendons est vrai et que nous sommes en fait plus efficaces, alors nous devrions être en mesure de faire la différence dans quelques mois. Et si nous ne le faisons pas, nous serons licenciés par des gens, ce qui est bien. »

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer