Top News

Le musicothérapeute NRI basé en France veut que les gens fassent de l’environnement leur priorité absolue

Le Dr Sunny Sandhu, actuellement âgé de 42 ans, a obtenu son MBBS de l’AIIMS à New Delhi en 2006. Originaire du district de Tarn Taran au Pendjab, Sandhu était un étudiant brillant et a obtenu le premier à l’examen pré-médical au Pendjab (PMT) et classé 3e à l’examen d’entrée AIIMS en 1999. Actuellement, le Dr Sandhu dirige un centre de santé à St Paul de Vence, en France.

Pendant ses études de médecine, Sandhu a réalisé l’importance de la musicothérapie, du yoga et de la conservation des ressources naturelles. « Mon objectif s’est entièrement déplacé de la médecine pure à l’environnement et aujourd’hui je vis en France en tant que musicien, musicothérapeute, professeur d’éducation environnementale et interprète », a déclaré Sandow. Il a déménagé en France en 2013 après avoir épousé un artiste français, qu’il a rencontré pour la première fois lors d’un festival de musique à Goa. Le Pendjab est visité chaque année pour célébrer la Journée mondiale des zones humides. Sandhu était également au Pendjab en février. Il a invité le célèbre chanteur soufi Rabbi Shergill sur les rives du Beas dans la circonscription de Zira du district de Ferozepur et sur les rives du Sutlej près de la forêt de Matiwara à Ludhiana pour célébrer l’occasion.

Nous devons sauver nos rivières, car le nom de notre État signifie aussi le Pays des Cinq Rivières. Je suis préoccupé par l’étude du Pendjab pour exploiter nos corps fluviaux… Je veux développer des projets de sciences techniques et environnementales pour faire comprendre aux gens l’importance de l’environnement pour nous tous. Je tends la main aux écoliers le long de la rivière Peas et j’essaie de les aider à comprendre leur patrimoine environnemental, qui peut créer de nouveaux emplois verts, a déclaré Sandhu.

READ  Le conseil d'administration d'Air France KLM se prépare à se réunir lundi pour renflouer le pays

Il a ajouté : « Le système fluvial doit être transformé en l’espace merveilleux qu’il était avant la Révolution verte. Le dauphin de rivière doit être sauvé. Si le dauphin de rivière – Bulan – est vivant, nous le ferons aussi ».

Il a déclaré qu’après avoir terminé son MBBS en 2006, il a étudié l’ayurveda, la naturopathie, la méditation et le yoga à l’institution Sooryayog au Kerala de 2007 à 2011. Il a également étudié le Dhrupad sous la direction du professeur Asad Ali Khan de 2009 à 2011.

« Au milieu des années 90, j’ai vu des aigles et des oiseaux disparaître du ciel. Le cancer courait dans les familles. J’entendais qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec l’environnement, mais personne ne semblait faire quoi que ce soit pour le corriger. En faisant mon MBBS, je a été initié au yoga grâce au travail du Dr Pilani, professeur de physiologie qui a passé de nombreuses années à rechercher ce sujet difficile. « Sa passion a aidé beaucoup d’entre nous à rapprocher l’Orient et l’Occident dans nos vies », a-t-il déclaré, ajoutant que « le yoga, la naturopathie, l’Ayurveda et l’agriculture naturelle m’ont aidé à renouer avec la terre et à comprendre les problèmes auxquels nous sommes confrontés. En 2010, je suis revenu au Punjab et j’ai commencé à passer du temps dans les marais de Harike et la rivière Beas qui traverse mes districts de Tarn Taran… Ici, j’ai eu une merveilleuse rencontre avec les dauphins de rivière. J’ai été choqué parce que j’ai grandi en allant à la meilleure école de médecine et il m’a fallu 30 ans pour les voir s’en sortir. J’ai réalisé que notre modèle éducatif est imparfait et qu’il construit une communauté qui n’est pas connectée à l’écologie locale.

READ  La France met en garde la Russie contre des sanctions si le critique du Kremlin Navalny meurt

Il a ajouté : « J’ai proposé un projet pour la conservation et l’éducation des dauphins de rivière appelé Pometra… et j’ai commencé à emmener des gens et des écoliers faire des excursions d’observation des dauphins. Bien que j’ai déménagé en France en 2013, je visite constamment l’Inde pour promouvoir ce projet. »

Le rabbin Shergill a également rendu visite à Bez avec son équipe lors de l’un des voyages organisés par Sandhu en 2017 et a inspiré Sandhu à écrire une chanson intitulée Bulanaji pour eux. « Un musicien est né à River Peas », a-t-il ajouté. En France, il enseigne une nouvelle méthode de médecine qui associe le chant dhrupad à l’Ayurveda. Il vend également des peintures d’art tribal indien.

Revenant au River Dolphins Project, il a déclaré : « Le plus grand défi pour la conservation des dauphins de rivière est de s’attaquer au modèle de développement agricole et industriel. L’agriculture chimique utilise beaucoup d’eau et met beaucoup de produits chimiques dans le sol. Depuis 2011, je suis impliqué dans des mouvements d’agriculture biologique au Pendjab et en Inde, appelant au changement.

Il a dit que de nombreuses personnes partageant les mêmes idées ont rejoint Bhumitra depuis l’Inde. Il a ajouté que l’idée de Pometra est de promouvoir le bien-être environnemental en utilisant la musique et les arts et de progresser vers une agriculture durable.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer