World

Le « Misery Index » annuel est terminé

Le «Misery Index» annuel a été publié et montre que la Nouvelle-Zélande a progressé dans la liste.

Steve Hanke, professeur d’économie appliquée à l’Université Johns Hopkins, cCompile l’indice annuel de la misère (Hami).

C’est la somme du chômage (multiplié par deux), de l’inflation et des taux d’emprunt bancaires moins la variation annuelle en pourcentage du PIB réel par habitant.

Selon l’indice, le Zimbabwe est le « plus misérable », devant le Venezuela, la Syrie et le Liban.

Hankey a déclaré que les batailles du Zimbabwe contre l’inflation étaient la raison de son classement.

« Le Zimbabwe souffre d’une inflation endémique depuis l’ère Mugabe, y compris deux périodes d’hyperinflation, où le taux d’inflation (une composante du HAMI) a été supérieur à 50 % par mois pendant 30 jours ou plus », a déclaré Hankey.

« L’année dernière n’a pas été bien meilleure, avec une inflation annuelle de 243,8 % et des taux de prêt emboîtant le pas à 131,8 %. »

La Suisse était le « plus heureux » des 157 pays de la liste, suivie du Koweït et de l’Irlande.

La Nouvelle-Zélande est arrivée 104e, alors qu’en 2021, elle était 151e sur 156 pays.

Le taux de prêt est mis en évidence comme le principal facteur affectant son classement.

taux de change officiel

La Reserve Bank mettra à jour demain taux de change officielqui est actuellement à 5,25 %.

On s’attend à ce qu’il augmente à nouveau, mais la réaction au budget de la semaine dernière et aux chiffres de l’immigration signifie que certains économistes pensent que ce ne sera pas le pic, comme prévu.

« La déclaration de politique monétaire imminente de la RBNZ semble maintenant être sur le fil du rasoir », a déclaré Nick Toffley, économiste en chef chez ASB, à NZME.

READ  Pour Jacinda Ardern, travailliste, l'avenir du changement climatique doit être maintenant

« Nous pensions auparavant que la RBNZ ferait une dernière augmentation de 25 points de base le 24 mai. Après le budget, nous prévoyons maintenant une hausse de 50 points de base en mai.

« Nous pensons que ce sera le cas, mais la RBNZ signalera le risque d’un autre rallye.

« Il y a un changement clair dans la pression inflationniste et des effets de politique monétaire à la traîne qui ne se sont pas encore matérialisés. Mais il y a deux autres lubrifiants dans la pommade de l’inflation : les pressions budgétaires et l’impact inflationniste incertain de la migration ».

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer