Top News

Le géant américain des données Palantir a pour mission de séduire les start-up françaises

La société américaine d’analyse de données Palantir, connue pour être l’une des entreprises les plus secrètes et les plus controversées au monde, a pour mission de séduire les start-up françaises.

La société a annoncé jeudi un partenariat avec Station F, le plus grand incubateur de start-up au monde dont le siège est à Paris.

Le partenariat permettra aux startups européennes d’accéder à l’initiative Foundry For Builders, qui leur donnera accès à l’expertise data de Palantir par le biais de mentorat, d’ateliers et d’événements. Il fonctionnera sous la forme d’un abonnement à un prix préférentiel.

L’objectif est d’aider les utilisateurs à voir, comprendre et analyser leurs données. La plateforme permet également de développer des produits et d’utiliser cet outil comme brique de base de la solution finale proposée par l’entreprise.

Plaidoyer pour les startups en Europe

« Nous croyons à l’excellence française et à l’excellence européenne », a déclaré à Euronews.next Wim Gharbi, responsable du développement de Palantir France.

« Nous savons qu’il y a beaucoup de talent et beaucoup d’innovation et nous voulons fournir la technologie qui permet de créer un peu plus de place pour cette innovation. »

Le partenariat durera un an mais Palantir espère le prolonger.

« Nous voulons fournir le meilleur cadre pour créer une architecture pour cette idée de stratégie internationale sur l’avancement de l’intelligence artificielle en France », a déclaré Gharbi.

L’initiative est en préparation depuis un an et environ 20 startups bénéficient du service dans divers secteurs tels que les technologies de la santé, la fintech, la blockchain et les énergies renouvelables.

Le partenariat durera un an mais Palantir espère le prolonger.

READ  La France renforce le système de défense aérienne des Émirats arabes unis, y compris les avions Rafale, après les attaques de drones

Gharbi dit que les avantages de l’utilisation du logiciel sont qu’il soutiendra la croissance des entreprises dans les premiers stades et leur permettra de consacrer moins de temps et de ressources à l’utilisation de données et d’intelligence artificielle (IA).

Les startups peuvent également utiliser la plate-forme pour améliorer la façon dont elles construisent leurs propres produits autour des données.

Risque de sécurité?

L’entreprise publique Palantir a été surnommée l’une des sociétés les plus secrètes au monde.

La société a été lancée en 2003 avec le soutien de l’investisseur technologique de droite Peter Thiel et de la Central Intelligence Agency (CIA) américaine. À cette époque, elle a commencé à travailler avec des soldats américains en Irak et en Afghanistan. Elle fournit désormais son logiciel aux services de police, aux agences d’espionnage et aux entreprises du monde entier.

L’entreprise a aussi mis la main sur les données de santé. Le gouvernement britannique a fait face à un contrecoup plus tôt cette année après qu’il a été révélé que le National Health Service (NHS) du Royaume-Uni avait conclu un accord confidentiel avec Palantir pour les données COVID-19 sans aucune contribution des parties prenantes du NHS.

Vous avez mentionné OpenDemocracy Que le gouvernement britannique a secrètement signé un accord de 23 millions de livres sterling (26 millions d’euros) avec la société de technologie en décembre de l’année dernière, ouvrant la voie au rôle de Palantir dans le NHS post-COVID-19.

Mais Gharbi affirme que la plate-forme de partenariat Station F est « ouverte, aucun outil n’est appliqué, et l’entreprise cliente reste propriétaire des algorithmes développés et détient les droits de propriété intellectuelle sur la manière dont l’outil est utilisé ».

READ  Les annonces automobiles en France doivent obligatoirement mentionner la marche ou le vélo - Actualités

Elle a expliqué que les données ne sont pas stockées sur la plate-forme Foundry mais peuvent être stockées sur le système cloud de la startup, ou n’importe où ailleurs. La société peut également récupérer tout ce qui a été fait sur la plateforme en cas de rupture du contrat avec Palantir.

« Nous avons une plate-forme ouverte qui croit vraiment à l’interopérabilité et nous ne forçons pas le choix du stockage ou le choix de l’algorithme », a déclaré Gharbi.

« C’est vraiment une brique technologique, une sorte de système d’exploitation et nous espérons vraiment ajouter de la valeur à ces entreprises innovantes et continuer à être le partenaire d’innovation de demain. »

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer