Home World Le faible taux de participation aux élections locales françaises raconte une désillusion

Le faible taux de participation aux élections locales françaises raconte une désillusion

20
0
Le faible taux de participation aux élections locales françaises raconte une désillusion

Des problèmes de santé, une campagne prolongée en raison d'un vote retardé, d'un rejet massif des institutions de l'État et d'une désillusion écrasante à l'égard des politiciens ont conduit à une faible participation électorale presque record au deuxième tour des élections municipales françaises de 2020 dimanche.

France & # 39; s vague verte fait la une des journaux après le vote de dimanche, avec le parti français de la protection de l'environnement, Europe Ecologie Les Verts (EELV), qui a gagné dans les grandes villes comme Marseille, Bordeaux, Lyon et Strasbourg. Mais derrière le balayage vert au deuxième tour de la élections municipales est une autre histoire: la faible participation électorale.

Alors que la France a traditionnellement un taux de participation plus élevé que les États-Unis, le Royaume-Uni et de nombreux pays développés, le niveau d'abstention du dernier sondage est alarmant par rapport aux normes françaises. Près de 60% des 16,5 millions d'électeurs du pays sont restés à l'écart des urnes, soit environ 12 points de plus qu'au deuxième tour des élections municipales de 2014.

"Les abstentions sont le fil conducteur de cette soirée", a conclu Chloé Morin, responsable de l'Observatoire des Opinions de la Fondation Jean-Jaurès, lors de la soirée électorale spéciale de FRANCE 24. Elle a atteint des records dans des villes où le Parti socialiste a gagné, comme Nantes (71, 42%), Rennes (68,32%) et Lille (60%). A Lyon, où les Verts ont gagné, les abstentions étaient estimées à 62%.

"Peur de contamination"

Le malaise civil était clairement lié à la pandémie de Covid-19, qui a déclenché une participation électorale 15 mars premier tour, lorsque seulement 55,4% des électeurs nationaux ont voté. ont déclaré des observateurs.

"Le contexte de crise sanitaire des électeurs n'est pas encore terminé", souligne Bruno Cautrès, chercheur au Centre de recherche politique de Sciences Po (CEVIPOF) sur la chaîne d'information française Franceinfo. & # 39; La peur de la contamination dans les bureaux de vote & # 39; était, malgré les mesures sanitaires prises, "l'un des principaux obstacles à la participation", a expliqué M. Cautrès.

Pour beaucoup, le premier tour de scrutin, qui a eu lieu deux jours avant que la France ne se retrouve dans un blocus national du coronavirus, a été "plutôt traumatisant", a déclaré Morin.

Selon un sondage Sopra Steria, 43% des personnes interrogées ont indiqué que le risque d'attraper Covid-19 était la principale raison de leur abstinence.

Le deuxième tour des élections, qui a généralement lieu une semaine après le premier, a été reporté de trois mois cette année, ce qui a eu un impact supplémentaire sur le niveau de mobilisation. "Le fil de l'élection a été rompu", a indiqué M. Morin.

De nombreux observateurs voient le taux d'abstinence élevé comme un rejet des maires, bien que les sondages montrent qu'ils sont encore les plus appréciés par les Français parmi ceux qui occupent des postes politiques.

La plus longue saison de campagne de l'histoire de l'après-guerre

Le second tour des élections municipales a également été marqué par une campagne inhabituelle, la plus longue de l'histoire de l'après-guerre en France. "Les candidats et les responsables du parti n'ont pas pu faire campagne sur les marchés locaux, tenir des réunions, des rassemblements ou frapper aux portes", a expliqué Pierre Jacquemain, rédacteur en chef du magazine Regards, FRANCE 24.

Dans le cadre des mesures de fermeture et de distance sociale, les candidats ont été contraints de faire campagne en ligne, mais "cela n'a pas suffisamment mobilisé" les élections ou les médias ", a poursuivi Jacquemain.

En revanche, le taux d'abstention – pas un record pour la France d'après-guerre, qui a culminé à 69,8% lors du référendum présidentiel de 2000 – ne s'est pas reflété dans les villes contestées. La participation était élevée dans plusieurs villes, dont la ville méridionale de Perpignan (52,8%) et la ville française de l'est de Nancy (57,9% contre 62,9% au premier tour).

Mais le faible taux de participation, disent les experts, est le résultat d'une tendance plus large à la saturation politique. "A l'exception des élections du Parlement européen de mai 2019, qui ont vu une reprise de la participation électorale, nous assistons progressivement à une forme de démocratie basée sur les abstentions en France", a prévenu M. Cautrès, notant que si le taux de participation à la présidentielle est élevé, d'autres les élections n'incitent pas les électeurs à voter.

Dans l'enquête Sopra steria, 38% des répondants ont déclaré qu'ils n'avaient pas voté parce qu'ils pensaient que les élections ne changeraient pas leur vie quotidienne, tandis que 27% ont déclaré que c'était parce qu'ils n'aimaient pas un candidat ou une liste.

"Rébellion froide contre les institutions du pays"

Président Emmanuel Macron a exprimé sa "préoccupation", selon un communiqué du Palais présidentiel de l'Elysée, déclarant que le faible taux de participation n'était "pas une très bonne nouvelle".

Le leader du Sénat français, Gérard Larcher, du parti de centre droit Les Républicains, était moins diplomate. "Encore une fois, les abstentions françaises l'emportent", a-t-il dit, regrettant que la "méfiance" règne dans le pays.

Jean-Luc Mélenchon, leader populiste de l'extrême gauche en France La France Insoumise Le parti (France Unbowed), préoccupé par la "grève civile", l'a qualifiée de "forme de soulèvement froid contre les institutions du pays". L'abstinence & # 39; est une forme de retrait & # 39; qui se retourne désormais "contre les règles que les gens n'acceptent plus", at-il dit.

Mais le propre France de Melenchon, France Unbowed et régnant La République en Marche (LREM) ont été les plus grands perdants des sondages de dimanche, ce qui a incité Morin à noter que le discours de haute abstinence parmi ces politiciens était "un moyen de minimiser leur défaite. ". Reste à savoir si les politiques français en tireront des enseignements.

Cet article a été traduit du original en français.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here