Top News

Le deuxième mandat est au bord de l’échec et la porte des élections est grande ouverte

Ce qui est possible et impossible au Parlement : un gouvernement d'experts, l'unité contre le Parti social-démocrate ou des élections

Elvan Gyurkas du DPS montre le panneau de vote

© Velko Anguélov

Elvan Gyurkas du DPS montre le panneau de vote

L'échec du gouvernement du projet « Zeliyazkov » et les revendications politiques formulées au cours des discussions ont fait de la tenue d'élections anticipées à l'automne le scénario le plus probable. Théoriquement, les forces politiques pourraient tenter de former un gouvernement au cours de l’un des deux prochains mandats, mais leurs lignes rouges et les secousses dans les formations elles-mêmes rendent cette hypothèse peu probable.

Mercredi 3 juillet, le leader des Citoyens pour les pays baltes, Boïko Borissov, a annoncé une nouvelle fois que son parti ne soutiendrait pas un deuxième ou un troisième mandat exploratoire pour former un gouvernement. Sa position sur cette question est restée constante depuis les élections, puisqu'il a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'y avait qu'une seule chance de former un gouvernement normal lors de la 50e Assemblée nationale, qui est le premier mandat.

La position du Parti social-démocrate, qui représente actuellement la deuxième force politique, a subi un coup d'État. Dans la salle plénière, Yordan Tsonev a déclaré que le mouvement fera tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir un gouvernement, que ce soit pour un deuxième ou un troisième mandat. Cependant, après la scission lors du vote au sein du Parti social-démocrate, le coprésident Deljan Peevski a déclaré que « nous allons aux élections » car « un second mandat ne peut plus avoir lieu ». Il est probable que le nombre de députés du Parti social-démocrate ne restera que de 30, après que 15 députés du peuple ont voté « contre » le gouvernement Jelezkov et la volonté de Peevsky.

READ  le policier heurté par un véhicule BAC est mort

De nombreux représentants de « Continuer le changement – Bulgarie démocratique » ont déclaré jusqu'à présent, formellement et officieusement, qu'ils n'avaient pas l'intention de tenter de former un gouvernement ou de participer au gouvernement. S’ils obtiennent un mandat, il est désormais presque certain qu’ils n’y parviendront pas. Ils n'ont pas précisé mercredi s'ils proposeraient de former un gouvernement même en l'absence de soutien.

Vazrazdani insiste sur une majorité « anti-PDP » ou, si les partis ne parviennent pas à régler leurs différends, à organiser de nouvelles élections, ce qui équivaudrait à une « purge ».

Le BSP veut former un « gouvernement de salut national » et, selon le président par intérim Atanas Zafirov, il existe une chance de former un gouvernement, à condition qu'il ne soit pas étroitement partisan.

« Il existe un tel peuple », s'est-il déclaré « un gouvernement d'experts doté d'un programme clair et d'un large soutien parlementaire ».

Seul le plus petit groupe parlementaire, Felice, soutiendra le gouvernement programme.

Même si les quatre partis, autres qu'Ennahdha et le Parti social-démocrate, parviennent à s'unir autour d'une formule de gouvernement, quelle que soit la formation qui reçoit un mandat du président, leurs voix ne s'élèvent qu'à 85 voix, ce qui n'est pas suffisant pour obtenir une majorité. Il faudra donc soutenir au moins un des premiers groupes. Le GERB, le DPS et We Keep Changing – Bulgarie démocratique ont déjà rejeté l'option de soutenir un gouvernement pour un troisième mandat.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer