Top News

Le chef de cabinet de Macron accusé pour son association avec le géant maritime MSC

PARIS (Reuters) – Le directeur de cabinet du président français Emmanuel Macron a été inculpé par le procureur de la République pour délits financiers pour conflit d’intérêts lié à ses liens présumés avec la compagnie maritime italo-suisse MSC, a annoncé le parquet.

Alexis Koehler, le conseiller le plus proche et le plus influent de Macron, siège au sommet de la hiérarchie administrative de l’Elysée, et la nouvelle de sa condamnation – une décision judiciaire qui le met sous enquête officielle en France – est un coup dur.

« Cela confirme qu’Alexis Koehler, l’actuel secrétaire général de la présidence française, fait l’objet d’une enquête officielle pour prélèvement d’avantages illégaux », a indiqué le bureau du procureur général dans un communiqué.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le bureau de Macron n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Le journal Le Figaro a déclaré que Macron avait décidé de maintenir Koehler à son poste malgré l’enquête.

« Il (Alexis Koehler) conteste avec véhémence la commission de tout crime. Les procédures ultérieures auxquelles il peut accéder maintenant lui permettront de prouver son innocence », a déclaré à Reuters son avocat, Eric Dzios.

Le bureau de Macron a précédemment déclaré qu’à aucun moment Koehler n’avait caché ses liens familiaux avec la famille Aponte, qui a fondé et détient toujours MSC.

L’enquête intervient après que le groupe anti-corruption Anticor a déposé une plainte accusant Kohler d’avoir enfreint les règles sur les conflits d’intérêts après qu’il est apparu qu’il avait des liens familiaux avec les propriétaires italiens de MSC, pour qui il travaillait entre deux emplois gouvernementaux.

READ  Macron exhorte les «plus gros émetteurs» à intensifier leur action pour le climat

MSC, qui exploite des navires de croisière, est l’un des plus gros clients du chantier naval français Chantiers de l’Atlantique, le constructeur du Queen Mary 2, que le gouvernement français a tenté de restructurer à plusieurs reprises au cours des dernières décennies.

La plainte allègue un conflit d’intérêts basé sur les relations de Koehler avec MSC alors qu’il travaillait pour l’agence des participations du gouvernement français en 2012-2014, puis en tant que haut fonctionnaire de l’équipe de Macron au ministère des Finances en 2014-2016.

Koehler a quitté le ministère des Finances en 2016 lorsque Macron a démissionné de son poste de ministre de l’Économie. Il a ensuite déménagé à Genève pour occuper un poste au sein du conseil d’administration de MSC. Neuf mois plus tard, Koehler a démissionné de ce poste pour rejoindre l’Elysée après l’élection de Macron en 2017.

En droit français, une enquête formelle signifie qu’il existe des preuves de l’implication d’un suspect, mais ne signifie pas que la personne faisant l’objet de l’enquête a été inculpée.

La personne peut être inculpée ultérieurement si d’autres preuves apparaissent contre elle, ou l’enquête peut être abandonnée.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage supplémentaire de Benoit van Overstraten, Elizabeth Pinault et Michelle Rose; Montage par JVD Clerc, Bernadette Baum et Josie Kao

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer