entertainment

Le ballet n’est pas aussi psychologique que le disent les danseurs français dans Tiny Pretty Things

Professeurs sadiques et niveaux de compétition meurtriers: De “Black Swan” à “Small Nice Things”, le monde du ballet ne semble être qu’un bon endroit pour les psychopathes si l’on en croit les rendus d’écran. (Image: Netflix / Premier plan)

  • Le ballet a tendance à avoir une mauvaise réputation dans la culture populaire, cygne noir tome Belles petites choses.
  • Les danseurs ont commencé à faire une exception à ce stéréotype.
  • Hugo Marchand, star de l’Opéra de Paris, vient de sortir un livre intitulé “Dancer” dans lequel il raconte la douleur et l’émotion qui l’ont propulsé dès son plus jeune âge, et les tensions dans les compagnies.

Professeurs sadiques et niveaux de compétition meurtriers: De “Black Swan” à “Small Nice Things”, le monde du ballet ne semble être qu’un bon endroit pour les psychopathes si l’on en croit les rendus d’écran.

Cependant, les danseurs du monde réel en France en sont un peu exclus.

Alistair Madden, danseur à l’Opéra de Paris, a déclaré: “Oui, j’ai vu des garçons et des filles prendre des anti-inflammatoires pour danser et pousser la douleur à l’extrême, mais ce n’est pas notre quotidien.”

“Et oui, il y a de la concurrence car il est difficile de se faire signer par une compagnie, mais on ne s’entre-tue pas. La promotion de ces clichés ternit la réputation de la danse.”

Il a dit qu’il ne pouvait pas passer le premier épisode de Netflix qui a frappé “Tiny Pretty Things”, dans lequel les stars de ballet pleines d’espoir étaient au bord de la dépression nerveuse, confrontées à des troubles de l’alimentation, à des rivalités brutales et même au meurtre.

READ  Les combattants seront-ils soumis sur Netflix, Hulu, Prime et Crunchyroll?

«C’est comme s’il y avait une liste de contrôle chaque fois que quelqu’un faisait un film ou une série sur le ballet», a déclaré Adeline Scheffer-Bossu, qui étudie la littérature américaine et la danse à l’Université de Clermont-Auvergne dans le centre de la France.

“Il y a toujours de la souffrance physique, avec un gros plan obligatoire des ongles des pieds. Il y a la magie de la relation masochiste entre professeurs et élèves, ou une mère très indulgente.”

La série oscarisée “Black Swan” et la série américaine “Flesh and Bone” et même la préférée des enfants “Ballerina” ont recyclé ces métaphores – que Chevrier-Bosseau retrace dans les dessins d’art et de littérature du XIXe siècle, comme les peintures d’Edgar Degas sur ” les petits “rats de l’Opéra”.

«La ballerine est toujours soit corrompue, soit réprimée sexuellement et elle ne pense à rien d’autre», a déclaré Scheffer-Bossu.

“Un tel fantasme sur le ballet.”

Hugo Marchand, star de l’Opéra de Paris, vient de sortir un livre intitulé “Dancer” dans lequel il raconte la douleur et l’émotion qui l’ont propulsé à un jeune âge, et les tensions dans les entreprises, notamment lorsqu’il s’agit de blesser.

Mais il a déclaré à Radio France Inter cette semaine que l’image populaire des actions bizarres dans les coulisses était souvent largement exagérée.

Il a dit: “Il y a une telle imagination dans le ballet. Nous sommes plus calmes qu’on ne l’imagine.”

Une partie de la réputation provient des récits de l’époque de la guerre froide sur la rivalité intense entre les danseurs soviétiques – des histoires sur des danseurs mettant des éclats de verre dans les pointes de leurs concurrents, etc.

READ  Jenifer touchée par le coronavirus, "quelques difficultés pour trouver la grande forme"

L’attaque à l’acide du directeur artistique du Bolchoï, Sergey Velin en 2013, dans laquelle un danseur mécontent était impliqué, indique que l’atmosphère est restée plutôt toxique dans le monde de la danse de Moscou.

Astrid Boatel, ancienne étudiante en danse à l’Opéra de Paris, a déclaré que le monde du ballet était en partie responsable de sa réputation, ayant favorisé une culture du secret, ainsi que le silence sur la douleur physique, qui n’a commencé que dans ce siècle.

“Ce n’est pas parce que c’est compétitif – comme tout sport de haut niveau – que les gens essaient toujours de se déchirer”, a-t-elle déclaré. “J’ai toujours ressenti une immense solidarité entre les danseurs.”

Elle est la coordinatrice technique d’un nouveau programme français “Opera” qui sortira ce printemps, qui s’engage à montrer “la vérité du métier”.

Mais elle admet aussi qu ‘«elle est complètement inséparable des mythes».

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer