Top News

L’ancien président français Sarkozy fait appel après avoir été condamné à une peine de prison pour corruption

Publié en:

Son avocat a déclaré que l’ancien président français Nicolas Sarkozy reprendrait sa condamnation pour corruption et abus d’influence, qui l’a condamné lundi à trois ans de prison.

L’avocate de Sarkozy, Jacqueline Laffont, a qualifié le verdict de “extrêmement sévère” et “sans fondement et injustifié”, ajoutant que l’ancien président était “calme mais déterminé à continuer à prouver son innocence”.

La décision du tribunal français de lundi a fait de Sarkozy le deuxième chef d’État de la France moderne à être reconnu coupable de corruption.

Sarkozy, qui a dirigé le pays de 2007 à 2012, a été reconnu coupable d’avoir offert à un juge le poste de prune à Monaco en échange d’informations privilégiées sur une enquête sur les finances de sa campagne.

Il a été condamné à trois ans de prison, dont deux ans avec sursis.

La décision signifie qu’il est peu probable que Sarkozy aille physiquement en prison, une peine généralement appliquée en France à des peines de prison de plus de deux ans.

Le tribunal a déclaré que Sarkozy avait le droit de demander qu’il soit détenu chez lui avec un bracelet électronique.

Le même verdict a été rendu pour les autres accusés – l’avocat Thierry Herzog et le juge Gilbert Seibert.

L’ancien président et son avocat ont été condamnés pour avoir cherché à corrompre le juge Azibert pour obtenir des informations sur une enquête sur des allégations selon lesquelles l’ancien président aurait reçu des paiements illégaux de l’héritière de L’Oréal, Lillian Bettencourt, lors de sa campagne présidentielle réussie de 2007.

L’affaire de l’État était basée sur l’écoute électronique des pourparlers entre Herzog et Sarkozy, dans lesquels les procureurs l’ont accusé d’avoir “utilisé des lignes téléphoniques secrètes” pour dissimuler sa tentative d’infiltration dans le tribunal.

Les procureurs ont déclaré qu’il était établi “avec certitude” que le juge Ezebert avait officieusement transmis des informations classifiées sur l’affaire Bettencourt à son ami Herzog.

Selon eux, l’un des entretiens a montré “à une écrasante majorité” que Sarkozy avait promis d’intervenir pour nommer Azibert à Monaco.

Azibert, qui était conseiller principal à la plus haute cour d’appel de France à l’époque, n’a pas obtenu le poste à Monaco.

Les avocats de Sarkozy ont déclaré que cela indiquait une absence de corruption, mais les procureurs ont déclaré que la loi française ne faisait pas la distinction entre une tentative de corruption réussie et une tentative ratée.

D’autres problèmes sont en suspens

Sarkozy, qui a finalement été acquitté de tout acte répréhensible dans l’affaire Bettencourt, est toujours confronté à une foule d’autres problèmes juridiques.

Les allégations selon lesquelles il aurait reçu des millions d’euros du dictateur libyen Mouammar Kadhafi en échange de sa campagne électorale de 2007 font toujours l’objet d’une enquête, et il est accusé de dépenses excessives frauduleuses dans son échec de réélection en 2012.

En janvier, les procureurs ont ouvert une autre enquête sur les allégations selon lesquelles Sarkozy avait exploité son influence sur ses activités de conseil en Russie.

Le site d’information mediapart a déclaré que l’enquête visait un paiement de 3 millions d’euros de l’assureur russe Reso-Garantia en 2019 alors que Sarkozy travaillait en tant que consultant, longtemps après son départ.

Les problèmes juridiques de longue date de Sarkozy ont aidé à contrecarrer sa tentative de retour à l’élection présidentielle de 2017, mais il a déclenché une vague de popularité depuis l’annonce de sa retraite de la politique en 2018.

Un seul autre président français, le mentor politique de Sarkozy, Jacques Chirac, a été jugé après avoir quitté ses fonctions, mais il a été soulagé d’avoir à assister à un procès pour corruption en 2011 en raison de problèmes de santé.

Chirac a été condamné à deux ans de prison avec sursis pour avoir créé des emplois fantômes à la mairie de Paris pour financer son parti alors qu’il était maire.

(France 24 avec l’AFP, l’Associated Press et Reuters)

READ  Actualités françaises et vues en anglais

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer