World

L’ambassadeur chinois « incapable de dire la vérité » après avoir nié les violations des droits de l’homme

Un ressortissant ouïghour néo-zélandais, dont le frère est emprisonné au Xinjiang depuis des années, a réagi avec une profonde indignation au démenti par l’ambassadeur chinois des violations documentées des droits de l’homme.

L’ambassadeur de Chine en Nouvelle-Zélande, Wang Xiaolong, dans une interview diffusée par TVNZ x + un Ce week-end, il a plutôt noté que le pays « avait bien fait de protéger son peuple, y compris ses droits religieux ».

Le Parti communiste chinois a nié pendant des années des preuves crédibles selon lesquelles il aurait systématiquement abusé des Ouïghours – une minorité musulmane de la province occidentale du Xinjiang en Chine – par la surveillance, l’emprisonnement de masse et le travail forcé. Parlement néo-zélandais déclarées « violations flagrantes des droits de l’homme » Le gouvernement exprime régulièrement sa préoccupation concernant l’utilisation abusive des déclarations diplomatiques dirigées contre la Chine.

Wang a également nié que son ambassade avait intimidé et n’avait pas aidé les Ouïghours de Nouvelle-Zélande, Rizwangul Nur Muhammad, qui était Impossible de contacter son frère détenu au Xinjiang.

Lire la suite:
* Organisme britannique indépendant : la Chine a commis un génocide au Xinjiang
* Qui sont les Ouïghours et que deviennent-ils en Chine ?
* La Nouvelle-Zélande achète davantage à la région chinoise liée au travail forcé

Noor Mohamed a reçu depuis août 2019 des appels téléphoniques intimidants prétendument de l’ambassade de Chine.

« Laissez-moi vous dire en termes très clairs et sans ambiguïté. Aucune de ces choses, qui ont été revendiquées, ne s’est réellement produite, car aucun de mes employés n’a appelé l’une de ces personnes, à propos de quoi que ce soit », a déclaré Wang.

READ  Le président élu Joe Biden vacciné

« S’il y a une demande d’aide, si nous sommes contactés, nous nous en occuperons. »

L'ambassadeur de Chine en Nouvelle-Zélande, Wang Xiaolong, prend la parole lors du China Business Summit à Auckland plus tôt cette année.

Ricky Wilson/personnel

L’ambassadeur de Chine en Nouvelle-Zélande, Wang Xiaolong, prend la parole lors du China Business Summit à Auckland plus tôt cette année.

Noor Muhammad, dans une interview, a déclaré qu’il n’était pas surprenant d’entendre l’ambassadeur nier clairement les abus qui ont lieu au Xinjiang.

« Des familles ouïghoures ont été détruites… Pas une seule famille ouïghoure n’a été touchée – ma famille n’est qu’un exemple.

L’ambassadeur chinois ou d’autres hauts fonctionnaires parlent littéralement en fonction de ce que le gouvernement chinois leur propose de dire. Ils connaissent peu la situation locale ou sont incapables de dire la vérité.

Nur Muhammad a déclaré que les autorités chinoises surveillaient, arrêtaient et détenaient constamment les Ouïghours pour des raisons telles que porter une barbe ou un foulard, ou suggérer à quelqu’un d’arrêter de fumer ou de boire de l’alcool.

Son frère, Mulan, semble avoir été arrêté pour un voyage en Turquie en 2014.

« Ils nient, mais ce qui se passe, ce que nous vivons et dont nous parlons, c’est vrai.

Je n’ai pas entendu ni vu la voix de mon frère depuis janvier 2017. Il a été arbitrairement arrêté et emprisonné.

Rzwangul Noor Muhammad , un citoyen néo-zélandais dont l'emprisonnement du frère a fait l'objet d'une enquête dans le documentaire Stuff Circuit Deleted .

cercle de choses

Rzwangul Noor Muhammad , un citoyen néo-zélandais dont l’emprisonnement du frère a fait l’objet d’une enquête dans le documentaire Stuff Circuit Deleted .

Elle a dit qu’elle continuait parfois à recevoir des appels téléphoniques effrayants prétendant être des fonctionnaires chinois, lui disant que l’ambassade avait des documents qu’elle devait récupérer. L’ambassade lui a dit que les appels étaient faux.

READ  Covid-19 : Hackathon crée un moyen plus rapide de trouver un vaccin Covid-19 près de chez vous

« Je suis Néo-Zélandais et mon droit fondamental d’avoir une conversation normale avec ma famille a été perturbé.

Je demande à l’ambassade de le faciliter pour mon frère et j’ai un appel vidéo. Ce n’est pas difficile pour eux de le faire s’ils sont prêts à aider deux frères et sœurs à se rencontrer en ligne une fois tous les cinq ans et demi.

Wang a également déclaré que la conclusion d’un expert de l’ONU selon laquelle le travail forcé avait lieu au Xinjiang était « sans fondement » et « une tactique de distorsion », et a déclaré que la Chine s’était engagée à « éliminer » le travail forcé.

Un rapport publié la semaine dernière par le rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur l’esclavage a déclaré qu’il était « raisonnable de conclure » que des minorités ethniques, y compris les Ouïghours, étaient soumises au travail forcé au Xinjiang.

Un porte-parole de l’Organisation de solidarité ouïghoure à Aotearoa en Nouvelle-Zélande, Sam Vincent, a déclaré que l’ambassadeur avait fait une « déformation flagrante » du rapport de l’ONU.

« Quand il lui a dit que le gouvernement chinois s’était engagé à éliminer le travail forcé en Chine, rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité. C’est un mensonge pur et simple », a déclaré Vincent.

« Le travail forcé est une composante massive de ce qu’ils font au peuple ouïghour. »

Il a déclaré que le gouvernement devrait interdire l’importation de produits fabriqués au Xinjiang, à moins qu’il n’y ait suffisamment de preuves que les produits ont été « contaminés » par le travail forcé, comme l’ont fait les États-Unis.

READ  GERB-SDS : Nous irons à de nouvelles élections si le PP-DB ne veut pas partager le pouvoir d'ici demain à midi - dans le monde et dans notre pays

« Cela créerait une déclaration très forte, et cela aurait un impact énorme car il y aurait beaucoup de produits qui ne pourraient pas sortir en conséquence… coton, panneaux solaires, produits à base de tomates. »

Il a déclaré que le gouvernement devait également s’assurer que sa législation moderne sur l’esclavage, qui est encore en cours d’élaboration, exige fortement des entreprises néo-zélandaises qu’elles veillent à ce que les produits importés ne soient pas fabriqués par le travail forcé.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer