Top News

L’Algérie arrête quatre dissidents réfugiés en France

Dossier- Après sa sortie de prison, Amira Bouraoui a été reçue le 2 juillet 2020, devant la prison de Kolea, près de la ville de Tipaza, à 70 km à l’ouest de la capitale, Alger. Agence France Presse

Les autorités algériennes ont détenu quatre personnes dans l’attente de leur procès pour le départ « illégal » de la militante franco-algérienne Amira Bouraoui, ont annoncé mardi les procureurs.

Un groupe de défense des droits des prisonniers a déclaré que la mère de Barawi, âgée de 71 ans, avait également été détenue mais ensuite libérée sous contrôle judiciaire.

Barraoui, un médecin de 46 ans, a été arrêté le 3 février en Tunisie et risquait d’être expulsé vers l’Algérie voisine, mais s’est rendu en France le 6 février.

L’Algérie a accusé la France d’avoir aidé son « infiltration secrète et illégale » à travers la Tunisie, déclenchant une querelle diplomatique entre l’Algérie et son ancien dirigeant colonial.

Les procureurs algériens ont déclaré mardi qu’elle était partie « illégalement » avec l’aide d’un « réseau criminel » qui comprenait un chauffeur de taxi, un journaliste, des gardes-frontières et des proches.

El-Barawi était une figure de proue du mouvement de protestation de 2014 contre la candidature du président de l’époque Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat, et il a également participé au mouvement de protestation Hirak qui l’a renversé en 2019.

Elle a été condamnée en juin 2020 à deux ans de prison avant d’être libérée provisoirement le mois suivant, mais interdite de sortie d’Algérie.

Le groupe de défense des droits des prisonniers CNLD a déclaré qu’al-Barawi était poursuivi pour avoir organisé des manifestations ainsi que pour « insulte à l’islam » et insulte au président.

READ  Rester en France, le ministre exhorte Mbappe

Le parquet a indiqué que cinq détenus ont comparu dimanche devant le parquet, où ils ont notamment été inculpés « d’immigration clandestine par un réseau criminel organisé ».

Parmi eux, a indiqué le CNLD, figurent le journaliste Mustapha Bendjemaa, le cousin de Bouraoui Yacine Bentayeb et Raouf Farah, analyste de l’Initiative mondiale contre le crime organisé transnational (GI-TOC).

L’organisation de défense des droits humains a déclaré que la mère d’Al-Barawi était parmi eux, mais elle a ensuite été libérée.

L’Algérie et la France ont traversé une crise diplomatique fin 2021 mais ont commencé à raccommoder leurs relations avec une visite très médiatisée du président Emmanuel Macron en août dernier.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer