science

La Station spatiale internationale approche de la fin de sa vie, selon le chef de Roscosmos

La Station spatiale internationale (ISS) a dépassé toutes les conditions d’existence autorisées et approche la fin de ses travaux, a déclaré le directeur général de Roscosmos, Yuri Borissov, citant l’agence TASS et l’AFP.

« Vous savez que la Station spatiale internationale approche de la fin de son existence », a déclaré Borissov dans une interview télévisée. « Malheureusement, elle a déjà dépassé tous les délais autorisés. »

Le chef de Roscosmos a souligné que 80% des équipements russes de la Station spatiale internationale ont dépassé toutes les conditions de garantie permettant de maintenir le fonctionnement du laboratoire orbital, dans l’entretien duquel Moscou joue un rôle majeur.

Le 12 avril, Iouri Borissov a informé le président Vladimir Poutine que le gouvernement russe avait prolongé l’exploitation de l’ISS jusqu’en 2028. Plus tard, le chef de l’institution publique a informé les pays partenaires de l’ISS de cette décision.

En avril également, l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, a déclaré dans une interview à Reuters qu’il espérait que la Russie et les États-Unis coopéreraient sur le projet de Station spatiale internationale d’ici 2030.

14 pays participent au projet : Russie, Canada, États-Unis, Japon et 10 États membres de l’Agence spatiale européenne (ESA) – Belgique, Danemark, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Norvège, Espagne, Suède, Suisse.

La construction de la station orbitale – modèle de coopération internationale réunissant principalement les États-Unis et la Russie – a débuté en 1998. L’ISS devait être mise hors service en 2024, mais la NASA a estimé que ses travaux pourraient se poursuivre jusqu’en 2030.

Récemment, des problèmes techniques ont eu lieu dans la partie russe de la Station spatiale internationale, dont trois incidents liés à des fuites, comme celui survenu dans le module « Science » début octobre, qui n’a pas mis en danger l’équipage, rapporte l’Agence France- Rapports de presse.

READ  Âge et taux d'érosion des jeunes roches sédimentaires sur Mars

En juillet 2022, la Russie a annoncé son intention de se retirer de la Station spatiale internationale, où résident en permanence les astronautes. C’est pourquoi la création d’une nouvelle station orbitale russe a été présentée comme une priorité absolue pour Roscosmos.

La première partie de la nouvelle station spatiale russe devrait être mise en orbite en 2027, a déclaré le président russe Vladimir Poutine, s’engageant à poursuivre la conquête de l’espace malgré les récents revers.

Le secteur spatial russe, autrefois une source de fierté pour le pays, est en proie depuis des années à des problèmes de financement, à des scandales de corruption et à des échecs tels que la perte du vaisseau spatial Luna 25 en août.

A l’occasion de l’échec de la mission, Borissov a déclaré que les travaux sur le projet « Luna-25 » avaient duré 16 ans, ce qui, selon ses propres termes, est « une période inacceptable ». Le chef de Roscosmos a ajouté que de tels projets ne devraient pas prendre plus de 5 à 7 ans.

Borisov a noté qu’au cours des travaux sur « Luna-25 », plusieurs générations de développeurs ont changé.

En août, le chef de Roscosmos a annoncé son intention de lancer l’orbiteur Luna-26 en 2027. Initialement, Borisov a déclaré que les lancements des deux prochaines missions russes sur la Lune – Luna-26 et Luna-27 – pourraient être reportés à des dates antérieures. dans un an afin d’obtenir Obtenez les résultats nécessaires le plus rapidement possible.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer