Top News

La Russie annonce le retrait de 10 000 soldats après des exercices près de l’Ukraine

délivré en :

La Russie a annoncé samedi que plus de 10 000 soldats ont effectué un exercice d’un mois près de l’Ukraine, au milieu des accusations occidentales selon lesquelles Moscou envisage d’envahir son ancien voisin soviétique.

Le ministère de la Défense a déclaré dans un communiqué que les exercices des forces du district militaire du sud ont été menés dans un groupe de régions du sud, dont Rostov, Krasnodar et la Crimée, que Moscou a saisies à l’Ukraine en 2014.

Mais les exercices ont également eu lieu plus loin, notamment à Stavropol, Astrakhan, les républiques du Caucase du Nord et même dans le Caucase, allié de la Russie, l’Arménie.

Le ministère de la Défense a déclaré que les forces retourneraient dans leurs bases permanentes et que les unités de réserve seraient prêtes pour les vacances du Nouvel An.

Les pays occidentaux accusent la Russie de rassembler plus de 100 000 soldats près de l’Ukraine avant une éventuelle invasion hivernale.

Selon les estimations de Kiev, le nombre de forces russes le long de la frontière ukrainienne est passé d’environ 93 000 en octobre à 104 000 aujourd’hui.

La Russie dit qu’elle est libre de déplacer ses forces sur son sol comme bon lui semble et nie qu’elle planifie une attaque à grande échelle.

Il a présenté à l’Occident des exigences de sécurité radicales, disant que l’OTAN ne devrait pas accepter de nouveaux membres et cherchant à empêcher les États-Unis d’établir de nouvelles bases dans les anciennes républiques soviétiques.

Rencontre germano-russe

Les tensions ont atteint un point d’ébullition mercredi lorsque le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la Russie prendrait des mesures militaires « de représailles appropriées » en réponse à ce qu’il a appelé la « position agressive » de l’Occident.

READ  Softbank enregistre un record japonais de 45 milliards de dollars de bénéfice net annuel

Mais il a baissé le volume le lendemain, affirmant avoir vu une réaction « positive » des États-Unis aux propositions de sécurité de la Russie, et a déclaré que des pourparlers auraient lieu le mois prochain.

Un haut responsable américain a déclaré que Washington était « prêt à s’engager dans la diplomatie dès début janvier », à la fois bilatéralement et par « plusieurs canaux ».

Un responsable du gouvernement allemand a déclaré samedi que Moscou et Berlin s’étaient mis d’accord pour se rencontrer « début janvier ».

Les dirigeants allemands Olaf Schulz et Poutine ont convenu jeudi lors d’un appel téléphonique de rencontrer le conseiller diplomatique du chancelier Jens Ploetner et le responsable du Kremlin chargé des relations avec l’Ukraine, Dmitry Kozak.

Dans une interview vendredi, un haut responsable de la sécurité ukrainienne a déclaré à l’AFP qu’il n’y avait aucun danger d’une invasion russe imminente.

Kiev se bat depuis un certain temps contre les séparatistes pro-russes après que Moscou a annexé la Crimée en 2014 dans un conflit qui a fait plus de 13 000 morts.

L’Occident accuse depuis longtemps le Kremlin de fournir un soutien militaire direct aux séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine. La Russie nie les allégations.

(AFP)

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer