World

La recherche révèle une discrimination alarmante à l’égard des personnes âgées dans le secteur de la santé

De nouveaux résultats de recherche sur la santé ont lancé un avertissement concernant les futures embauches dans le secteur des soins aux personnes âgées.

Samantha Heath est professeure adjointe de soins infirmiers à Unitec à West Auckland.

Sa recherche qui sera bientôt publiée montre que 30 % des infirmières stagiaires interrogées à l’échelle nationale ne veulent pas travailler dans les soins palliatifs.

Heath dit que c’est un chiffre inquiétant étant donné qu’un quart des résidents néo-zélandais devraient avoir 65 ans et plus au cours de la prochaine décennie.

Elle dit qu’il est urgent d’agir pour stimuler l’intérêt pour les emplois infirmiers dans les soins aux personnes âgées et lutter contre les signes d’âgisme révélés par ses recherches.

« Nous devons préparer nos élèves à voir des aînés partout où ils sont affectés », dit Heath.

« Nous avons tiré des leçons sur la manière dont nous régulons l’exposition des étudiants aux milieux cliniques. Dans une partie de l’étude, nous avons constaté que nous abusions des soins résidentiels pour personnes âgées et que nous sapions vraiment les leçons qui devaient y être apprises. »

La recherche a également révélé des signes d’âgisme dans les attitudes locales envers les personnes âgées.

Le vieillissement est un problème mondialement reconnu et ne se limite pas aux personnes âgées ou au secteur de la santé.

Pourtant, Heath dit qu’elle a été surprise par la façon dont les attitudes radicales ont émergé dans ses recherches.

Elle dit que mettre en œuvre le changement le plus tôt possible serait mieux pour préparer la main-d’œuvre pour l’avenir.

READ  Une prison à haut risque de Vanuatu est fermée après avoir été jugée inapte aux prisonniers

« Ce que nous avons découvert, c’est qu’il y avait du travail à faire dans l’espace », dit-elle. « Nous pouvons réduire l’âgisme que nous voyons chez nos étudiants. »

Te Whatu Ora Health NZ estime que 46% du budget de la santé est actuellement dépensé pour soutenir les personnes âgées de 65 ans et plus.

L’entité sanitaire s’attend à ce que ce pourcentage passe à 54 % d’ici 2032/33. Ses données démographiques prévoient que 21 % de la population aura 65 ans et plus d’ici 2035.

Te Whatu Ora met en œuvre un programme d’action pour soutenir une population vieillissante dans le pays, qui comprend un meilleur soutien aux personnes atteintes de démence, la réduction des disparités salariales entre les travailleurs des soins aux personnes âgées en établissement et le personnel hospitalier et un examen des services de soutien aux personnes âgées.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer