Economy

La querelle grandissante entre Rome et Paris – Politico

L’Italie ne cache pas sa colère contre la France.

Le Premier ministre italien, Giorgia Meloni, a fustigé la France jeudi lors d’un sommet des dirigeants de l’Union européenne à Bruxelles et a critiqué ses homologues français pour ne pas l’avoir amenée à une réunion avec Volodymyr Zelensky à Paris mercredi soir.

Plus important encore, ses remarques désobligeantes étaient pratiquement sans précédent, venant en réponse à une question sur un sujet différent : s’il était « inapproprié » pour la France et l’Allemagne de représenter l’Europe lors d’une récente visite américaine pour discuter de l’explosion de soutien de Washington.

Elle a répondu : « Honnêtement, j’ai trouvé qu’il était encore plus inapproprié d’inviter Zelensky hier. »

Elle a ajouté : « Je pense que notre force dans ce domaine est la communauté et l’unité, et je comprends les problèmes politiques nationaux ». « Mais il y a des moments où favoriser l’opinion publique nationale se fait au détriment d’un problème, et il me semble que c’était l’un de ces cas. »

La vive réprimande a montré à quel point les relations entre l’Italie et la France ont été difficiles depuis l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite Meloni l’année dernière. Les deux pays se sont d’abord disputés lorsque l’Italie a redirigé un navire de sauvetage transportant 230 migrants vers la France, refusant de le laisser accoster.

À l’époque, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait mis en garde contre des « conséquences très graves » pour les relations entre les deux pays et avait déclaré que Paris suspendrait les projets d’accueil des demandeurs d’asile italiens.

Force est de constater que ces tensions ne se sont pas apaisées, ce qui est devenu problématique pour l’Union européenne, notamment en matière migratoire.

READ  Un tribunal de Scorean emprisonne un descendant de Samsung pour corruption

La France est considérée comme un pont entre les États du sud de l’UE, qui souhaitent envoyer davantage d’arrivées de migrants ailleurs dans l’UE, et l’unité du nord du bloc, qui se concentre davantage sur l’application des règles d’asile existantes, qui obligent les personnes à demander l’asile là où elles se trouvent. d’abord. atteindre l’Europe.

Les diplomates à Bruxelles avaient espéré que la querelle entre l’Italie et la France serait réglée à temps pour un débat clé sur l’immigration lors d’un sommet des dirigeants européens cette semaine.

Mais des diplomates ont indiqué que, signe que les relations sont toujours figées, aucune rencontre bilatérale entre Meloni et le président français Emmanuel Macron n’était à l’ordre du jour. Les journalistes italiens basés à Bruxelles n’ont pas non plus été informés à l’avance que le Premier ministre italien ferait une déclaration avant le sommet, et encore moins utiliserait cette déclaration pour réprimander la France.

Mais elle l’a fait, risquant une nouvelle détérioration des relations franco-italiennes.

Après la chute des deux pays en novembre, même certains responsables de l’UE étaient prêts à admettre que Paris avait réagi de manière excessive, mais cette fois, Meloni pourrait être blâmé. Et certains diplomates ont souligné après les propos de jeudi qu’elle semblait très avide d’attention, notant que Paris ne cherche à dédaigner personne avec son invitation de Zelenskyy.

S’adressant aux journalistes plus tard, Macron a refusé de répondre directement à Meloni. Mais il a fait valoir que la France et l’Allemagne « ont joué un rôle particulier pendant huit ans dans cette question », étant donné que les deux pays ont aidé à négocier un accord de paix qui est désormais futile après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

READ  La France dit parmi 27 morts des femmes enceintes en Manche

Il a ajouté : « Je pense que c’est aussi au président Zelensky d’apprécier les formes qu’il choisit ».

Et même si Meloni n’a pas été entraînée dans le voyage franco-allemand à Washington, ses ministres n’ont pas hésité. Les médias italiens et internationaux ont cité jeudi le ministre italien du Trésor, Giancarlo Giorgetti, critiquant les efforts.

Il a déclaré : « C’est une initiative à deux États, pas une initiative européenne ». cité Selon lui. Nous n’étions pas informés, ce qui ne nous dérange pas. Cela nous surprend. »

Si l’Italie avait fait de même, a-t-il ajouté, « ce gouvernement serait accusé d’être souverain et anti-européen. … Nous serions jugés ».

Dans une tentative de désamorcer les tensions jeudi, un responsable du ministre français de l’Economie a déclaré que les deux parties avaient convenu de se rencontrer à Rome en mars pour discuter des questions économiques et tenter d’accélérer une action commune sur la question.

Giorgio Lyali a contribué au reportage

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer