Economy

La proposition de loi française sur le climat est source de division

Le principal lobby patronal, le mouvement des entreprises français, ou Medef, qui représente les plus grandes entreprises de France, a parcouru ligne par ligne les propositions des groupes de citoyens, mettant en avant celles jugées les plus dures et recommandant des versions réduites du texte, selon le Journal. du Dimanche, un hebdomadaire.

Le Medef était particulièrement opposé à l’idée de faire du «génocide environnemental» – défini comme une pollution intentionnelle et permanente – un crime. Geoffroy Rowe de Pisio, président de Medev Il a dit dans une partie du SénatSes membres craignaient que cela ne stigmatise les entreprises et ne punisse l’activité économique. Il a déclaré que les législateurs, et non les citoyens au hasard, devraient rédiger les lois.

François Aslin, président de la Fédération des petites et moyennes entreprises, a déclaré à la commission que des règles plus strictes pourraient entraver les entreprises affaiblies par la pandémie. “Veillez donc à ne pas les laisser à genoux avec des mesures très restrictives”, a-t-il déclaré.

BASF, une multinationale allemande de produits chimiques et important producteur de pesticides opérant en France, était encore plus sévère. à Une fonction Sur son site Internet, elle a souligné les recommandations du comité de citoyens pour réduire les pesticides et les engrais dans l’agriculture, affirmant qu’elles “reflètent une profonde ignorance de la réalité”.

“Dans un effort pour revigorer la démocratie”, a-t-elle ajouté, faisant référence aux propositions des citoyens, “ne risquons-nous pas d’affaiblir nos institutions démocratiques et d’alimenter le populisme?”

La critique peut avoir un impact. Dans la législation adoptée par l’Assemblée nationale, le «génocide environnemental» est passé du statut de crime, comme le suggérait le Comité des citoyens, à un crime civil. Cela pourrait encore conduire à une peine de prison.

READ  RTL Today - Education: Macron annonce un plan de diversification de l'école française de formation élite ENA

La proposition d’interdire les voyages courts interdisait à l’origine les voyages qui pouvaient être couverts en quatre heures de train. Après que les compagnies aériennes et les aéroports se sont opposés, la règle a été réduite pour inclure uniquement les vols qui pouvaient être échangés contre un trajet en train de 2,5 heures – un changement qui n’interdisait que huit itinéraires. Une mesure qui aurait rendu plus difficile le nettoyage des champs vides et de nombreux entrepôts de style Amazon exempte désormais les entreprises de commerce électronique.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer