Top News

La « primaire populaire » soutient Christiane Taubira comme candidate aux élections de la gauche française | La France

Une « primaire populaire » de quatre jours a choisi l’ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira comme favorite pour diriger la campagne électorale présidentielle de la gauche française, mais des doutes subsistent quant à sa capacité à gagner un soutien plus large en tant que figure unificatrice.

Au total, 467 000 personnes se sont inscrites pour le vote en ligne, qui a débuté jeudi. Il leur a été demandé de classer cinq politiciens professionnels et deux candidats de la société civile sur une échelle allant de « très bon » à « insuffisant ».

Taubira, qui était entré dans le concours en tant que favori, s’est imposé comme le seul candidat avec un classement « mieux que bien ».

Viennent ensuite Yannick Jadot des Verts, le brandon d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, l’eurodéputé Pierre Larrouturou, avec la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, en dernier.

L’exercice a été lancé par des politiques, notamment des écologistes, des féministes et des groupes antiracistes. Il a été conçu pour favoriser l’émergence d’un candidat capable de rallier tous les autres espoirs et leurs électeurs derrière lui, donnant à la gauche une chance de renverser le président Emmanuel Macron lors des élections d’avril.

Mais la primaire a été entravée par de sérieux inconvénients. Le plus important a été le refus a priori des têtes de liste Mélenchon, Jadot et Hidalgo de prêter la moindre attention à son résultat.

« En ce qui me concerne, la primaire populaire est un non-départ et ce depuis un certain temps », a déclaré Jadot samedi, tandis que Mélenchon a qualifié l’initiative d' »obscure » et de « farce ».

Taubira, cependant, a déclaré dès le départ qu’elle accepterait le verdict de la primaire, qui, selon les analystes, pourrait maintenant l’inciter à déclarer une candidature officielle à la présidence.

READ  Le fils du procureur de Pernik pourrait être libéré

« Nous voulons une gauche unie, nous voulons une gauche forte et nous avons une grande route devant nous », a-t-elle déclaré après le résultat dimanche, ajoutant qu’elle appellerait désormais les autres candidats à « créer l’unité ».

Les sondages prédisent que tous les candidats de gauche seront éliminés au premier tour de l’élection présidentielle en avril.

Macron, qui n’a pas encore déclaré sa candidature à la réélection, est le favori pour gagner, selon les sondages, Marine Le Pen d’extrême droite étant la deuxième plus probable. Mais les sondeurs disent que le paysage politique reste instable et que le résultat du vote est très difficile à annoncer.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer