World

La Nouvelle-Zélande félicite le nouveau Premier ministre des Fidji

Les Fidji ont élu un nouveau gouvernement lors de leurs élections, mettant fin à un règne de 16 ans du parti Fiji First de Frank Bainimarama.  (photo d'archive)

Chris McCain/personnel

Les Fidji ont élu un nouveau gouvernement lors de leurs élections, mettant fin à un règne de 16 ans du parti Fiji First de Frank Bainimarama. (photo d’archive)

Ministre des Affaires étrangères Nanaya Mahuta ont félicité Sitiveni Rabuka et sa nouvelle alliance pour gagner les Fidji Élections générales.

Mahuta a publié un message de félicitations sur Twitter après que le parti du faiseur de rois, le Parti social-démocrate libéral (SUDILPA), ait pris la décision de former le prochain gouvernement fidjien avec Rabuka mardi.

Les élections aux Fidji se sont terminées par un parlement suspendu après que le président sortant, Franck BainimaramaLe Fiji First Party et la coalition de Rabuka avec le National Union Party se sont retrouvés avec 26 sièges chacun.

La SODELPA détenait la clé prochain gouvernement leurs trois places.

Lire la suite:
* Les commandes américaines pour le yacht de luxe russe sont traitées dans les chambres
* Le ministre des Affaires étrangères Nanaya Mahuta a déclaré que les dirigeants du Pacifique pourraient avoir besoin de se rencontrer alors que les Îles Salomon se préparent à signer un pacte de sécurité avec la Chine.
* COVID-19 : la Nouvelle-Zélande achète des vaccins pour les Fidji, alors que les troubles politiques exacerbent la crise

Un parti peut former un gouvernement s’il remporte 28 sièges ou plus au Parlement de 55 membres des Fidji.

« Félicitations à l’Autorité palestinienne – NFP – SODELPA / Sitiveni Rabuka pour avoir formé une coalition pour diriger le peuple », a tweeté Mahuta.

Elle a déclaré qu’elle était impatiente de travailler ensemble pour renforcer davantage les relations chaleureuses entre les Fidji et la Nouvelle-Zélande.

READ  Philippe de Belgique: rencontre surprise du roi avec sa demi-sœur Delphine Boël
Nouveau Premier ministre des Fidji, Sitiveni Rabuka.

fourni

Nouveau Premier ministre des Fidji, Sitiveni Rabuka.

C’est la deuxième fois que Rabuka est Premier ministre des Fidji, ayant pris le pouvoir par un coup d’État en 1987 avant de légitimer son gouvernement lors d’élections démocratiques en 1992.

Il est resté au pouvoir jusqu’en 1999.

Sociologue politique à l’Université de Canterbury Dr Stephen Ratova Il a déclaré que le nouveau gouvernement aurait beaucoup à faire pour permettre plus de liberté dans un pays qui a été sous une seule règle pendant près de deux décennies.

Bainimarama, qui a renversé le gouvernement lors d’un coup d’État en 2006, est au pouvoir depuis 16 ans.

Ratova a déclaré qu’il espérait que le nouveau gouvernement envisagerait de réformer la législation et les politiques impopulaires.

« Il y en a beaucoup, et il y a beaucoup de choses qui doivent être corrigées, comme le système éducatif qui s’est vraiment effondré en termes de qualité et de mode de fonctionnement », a déclaré Ratova.

« Le système de santé des Fidji est l’un des pires au monde en termes de soins de santé primaires, et il a l’un des taux d’amputation les plus élevés au monde. »

Ratova a déclaré que les lois agricoles, les médias et le système judiciaire doivent être améliorés.

Toute l’idée est de permettre une plus grande liberté, inclusion et équité, par exemple dans la nomination des conseils d’administration – qui était largement basée sur le clientélisme.

« Il doit y avoir beaucoup plus de diversité et de représentation des différents segments de la société en termes de genre, de qualifications professionnelles, etc. »

Les Fidjiens sont descendus dans la rue et sur les réseaux sociaux pour célébrer le nouveau gouvernement après l’annonce de mardi soir.

READ  Quelles sont les répercussions économiques de l'explosion humaine dans le monde ?

Ratova a déclaré que l’alliance tripartite peut fonctionner car toutes les parties ont travaillé ensemble auparavant.

« A trois extrémités, ils ont beaucoup de professionnels hautement qualifiés parmi d’anciens hauts fonctionnaires, des gens du secteur public, des universitaires et une foule d’esprits différents et divers qui se réunissent. »

Il a dit que le parti de Bainimarama constituerait une grande opposition parce qu’ils avaient appris l’art de gouverner et comment diriger un pays.

« Ils pourront présenter une opposition très forte, dynamique et bien informée. Parfois, une bonne opposition est utile au gouvernement pour s’assurer qu’il est sur la bonne voie. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer