World

La Nouvelle-Calédonie vote contre l’indépendance de la France

Cette histoire a été publiée à l’origine RNZ.co.nz Il est republié avec autorisation.

Les électeurs en Nouvelle Calédonie Ils ont massivement rejeté l’indépendance de la France lors d’un référendum boycotté par le camp indépendantiste.

Les résultats officieux montrent que plus de 96 pour cent ont voté contre l’indépendance lors du troisième et dernier référendum de ce type dans le cadre de l’Accord de Nouméa de 1998.

La participation était d’un peu moins de 44 pour cent, contre plus de 85 pour cent l’an dernier.

Les partis indépendantistes avaient appelé leurs partisans à ne pas voter après que la France eut refusé de reporter le référendum en raison de l’impact de la pandémie sur la population indigène kanak.

Les électeurs de la Nouvelle-Calédonie ont massivement rejeté l'indépendance de la France lors d'un référendum boycotté par le camp indépendantiste.

Clotilde Rechalet / IP

Les électeurs de la Nouvelle-Calédonie ont massivement rejeté l’indépendance de la France lors d’un référendum boycotté par le camp indépendantiste.

Lire la suite:
* L’ouragan Ruby devrait frapper la côte nord de la Nouvelle-Calédonie
* Pourquoi je ne voterai pas pour l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

L’habituel Sénat kanak avait décrété dimanche jour de deuil pour les 280 personnes décédées dans l’épidémie.

Le haut-commissariat français a déclaré que le vote s’était déroulé dans le calme et qu’il n’y avait eu aucun incident.

Toutes les communes ont voté contre l’indépendance, y compris celles dont plus de 90 pour cent ont voté l’an dernier pour l’indépendance.

A Pelep, le taux de participation a été de 0,6%, tandis qu’à Levu, également sur l’île Kanak, certains bureaux de vote n’avaient pas un seul électeur.

Les dirigeants anti-indépendantistes ont salué le résultat.

Philip Michel, membre du Congrès depuis 1999, a déclaré que le verdict de l’électorat est indiscutable.

La victoire n’est pas seulement juridique, mais aussi politique car ce sont les partis indépendantistes qui ont exigé un troisième référendum, a déclaré Gil Brial, président du Comité de politique monétaire.

Cette victoire signifie que les Néo-Calédoniens conservent leurs passeports français, a déclaré Nina Jolie de Generations NC.

Le taux de participation a été d'un peu moins de 44%, contre plus de 85% l'année dernière.

Clotilde Rechalet / IP

Le taux de participation a été d’un peu moins de 44%, contre plus de 85% l’année dernière.

Avant le vote, les partis indépendantistes ont déclaré qu’ils ne reconnaîtraient pas le résultat et ont exclu toute négociation sur un futur statut avant l’élection présidentielle française d’avril prochain.

Ils ont également exclu une rencontre avec le ministre français des Affaires étrangères Sébastien Licornu, arrivé à Nouméa ce week-end pour des négociations post-référendaires.

Le mécanisme de décolonisation, en jeu avec deux accords majeurs depuis 1988, est arrivé à son terme officiel sans la pleine participation des peuples colonisés au cœur du processus.

Le long chemin vers le troisième référendum

La Nouvelle-Calédonie est inscrite sur la liste des Nations Unies pour la décolonisation depuis 1986.

Les partis indépendantistes ont déclaré avant le référendum qu’en cas de troisième non, ils chercheraient des pourparlers bilatéraux directs avec Paris sur la décolonisation du territoire.

La date du référendum de décembre a été choisie par Licornu en juin après avoir rejeté les appels des partis indépendantistes à organiser le référendum fin 2022.

Sa position fait écho au consensus selon lequel la date du référendum ne doit en aucun cas interférer avec la période de campagne pour les élections présidentielles et législatives françaises prévues pour l’année prochaine.

Lors des deux précédents référendums dans le cadre de l’Accord de Nouméa, la proportion de personnes ayant voté Non est passée de 56,7% en 2018 à 53,3% en 2020.

A la suite du référendum de 2018, le Premier ministre français de l’époque Edouard Philippe s’est dit satisfait que tout le monde s’accorde sur le caractère incontestable du résultat de ce référendum.

Avec un « non » écrasant, la décision référendaire de cette année impose une fois de plus à la France la charge de trouver une nouvelle manière d’accommoder le droit des Kanaks à l’autodétermination.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que la France est plus belle parce que la Nouvelle-Calédonie a décidé d'en faire partie.

Domenico Steellis/AFP

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que la France est plus belle parce que la Nouvelle-Calédonie a décidé d’en faire partie.

Le président français Emmanuel Macron s’est félicité du résultat, affirmant que la France est plus belle parce que la Nouvelle-Calédonie a décidé d’en faire partie.

Avec la fin de l’Accord de Nouméa, a-t-il dit, la région est libre du choix binaire entre oui et non.

Macron a dit qu’un nouveau projet commun doit maintenant être construit avec la dignité de tous reconnue et respectée.

READ  Boris Johnson présente son plan de déconfinement pour le Royaume-Uni, qui débutera le 2 décembre

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer