Economy

La Nouvelle-Calédonie face à l’incertitude de sa sortie de l’Accord de Nouméa

La Nouvelle-Calédonie est désormais confrontée à une période de forte incertitude, qu’elle soit politique, économique ou institutionnelle, estime le professeur de droit de Nouméa.

Matthias Chauchat a déclaré que les électeurs du référendum leur avaient fait croire qu’avec le « non » d’hier, les dispositions de l’Accord de Nouméa de 1998 étaient devenues invalides.

Professeur Matthias Schauchat, Université de Nouvelle-Calédonie
Photo: RNZ Pacifique / Walter Zoeville

L’Accord de Nouméa est devenu caduc avec le troisième référendum organisé hier sur la pleine souveraineté.

Cependant, Chauchat a déclaré à Caledonia TV que même après le rejet de trois votes, les structures établies par l’Accord de Nouméa existent toujours car la constitution française prévoit leur non-retour.

Il a déclaré que la campagne du Non promeut à ses partisans le rêve de pouvoir les changer comme une loi fondamentale comme cela est possible dans tous les autres départements et territoires français d’outre-mer.

Mais Schuchat a déclaré que pour modifier les termes de l’accord, il doit d’abord y avoir une majorité de 60 pour cent à la fois à l’Assemblée nationale et au Sénat pour amender la constitution, ce qui est difficile dans la situation politique actuelle.

Il a déclaré que les articles couvrent l’ensemble de la structure politique, y compris la formation du registre électoral, des conseils et du gouvernement collectif, ainsi que le rééquilibrage économique au sein du territoire.

Schuchat a déclaré que le gouvernement français pourrait prétendre que la fin de l’accord le rendrait obsolète, mais a déclaré que cela aboutirait à la Cour constitutionnelle française, où les partis indépendantistes poursuivraient leur lutte pour le respect de l’accord.

READ  Bistro propose une cuisine d'inspiration française | Affaires

En conséquence, a-t-il dit, la Nouvelle-Calédonie est désormais confrontée à l’instabilité, notamment en ce qui concerne les projets d’ouverture des listes électorales aux nouveaux arrivants de France, qui ne peuvent pas voter aux élections provinciales en vertu de l’Accord de Nouméa.

Francis Lamy, superviseur du référendum en Nouvelle-Calédonie

Francis Lamy, superviseur du référendum en Nouvelle-Calédonie
Photo: RNZ Walter Doute

Le résultat du sondage a été confirmé

Le superviseur français du troisième et dernier référendum sur l’indépendance en Nouvelle-Calédonie affirme que le niveau élevé des abstentions n’a eu aucun effet sur la sincérité du vote.

Francis Lamy, qui a présenté le résultat officiel, a déclaré que les règles ne rendent pas le vote obligatoire et qu’il n’y a pas de participation minimale requise.

Le taux de participation était de 43,9%, contre 86% l’année dernière, suite au boycott du camp indépendantiste.

96,5% ont voté contre l’indépendance.

Lamy a également déclaré qu’il n’y avait pas eu d’irrégularités majeures et que le vote était calme.

Son évaluation était basée sur les rapports de plus de 250 juges et fonctionnaires déployés dans les bureaux de vote à travers le territoire.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer