Economy

La justification de l’augmentation des taux d’intérêt par la Banque centrale européenne s’est « affaiblie après la hausse des rendements obligataires ».

François Villeroy de Galhau, responsable politique à la Banque centrale européenne, a déclaré que les arguments contre une nouvelle hausse des taux d’intérêt s’étaient renforcés après la hausse des rendements obligataires à long terme.

La Banque centrale européenne a relevé son taux d’intérêt directeur le mois dernier à un niveau record de 4 % après 10 hausses consécutives visant à ramener l’inflation à son objectif de 2 % d’ici 2025.

Villeroy de Galhau, qui est également gouverneur de la Banque de France, a déclaré que, même si elle peut être excessive, la récente hausse des rendements obligataires à long terme resserre les conditions de financement.

« Depuis lors, nous avons eu de bons chiffres d’inflation et en parallèle une hausse des taux d’intérêt à long terme… qui pourrait être considérée comme excessive mais qui contribue à resserrer les conditions de financement de l’économie européenne », a déclaré Villeroy au journal économique allemand Handelsblatt. .

« Je ne pense donc pas aujourd’hui qu’une augmentation supplémentaire des taux d’intérêt de la part de la Banque centrale européenne soit justifiée », a-t-il déclaré.

Villeroy a déclaré que les taux d’intérêt allaient désormais probablement rester élevés si nécessaire et que les attentes de baisses de taux sur les marchés des deux côtés de l’Atlantique avaient été par le passé trop optimistes.

Le coût implicite des emprunts pour les gouvernements européens a légèrement diminué jeudi après avoir augmenté ces derniers jours.

Le rendement ou le taux d’intérêt des obligations d’État allemandes à 10 ans s’échangeait à 2,86 %, les obligations irlandaises à 10 ans se négociaient à 3,32 % et les obligations équivalentes au Royaume-Uni se négociaient à 4,53 %.

READ  Macron s'approche d'un accord sur un avion Rafale aux Emirats Arabes Unis

Le président de la Bundesbank, Joachim Nagel, a déclaré que l’inflation dans la zone euro était en baisse, mais que la bataille n’était pas encore gagnée et que le taux élevé de croissance des prix de base restait préoccupant.

« L’inflation est à nouveau en baisse, mais le ‘monstre avide’ n’a pas encore été vaincu », a déclaré Nagel dans un discours.

« Ce qui est inquiétant, c’est que le taux de base reste très élevé. »

L’inflation de la zone euro a fortement chuté en septembre et pourrait approcher 3 % d’ici la fin de l’année, mais elle devrait rester stable l’année prochaine avant de reprendre la tendance à la baisse vers l’objectif de 2 % de la banque en 2025.

« La BCE doit maintenir une position restrictive afin que nous puissions garantir que l’inflation revienne à notre objectif à moyen terme de 2% », a déclaré Nagel.

Les marchés voient peu de chances de relever à nouveau les taux d’intérêt alors que la croissance économique stagne et s’attendent à ce que la prochaine décision de la BCE soit une baisse, juin ou juillet étant considérés comme la date probable pour commencer à inverser les hausses.

Nagel a également rejeté les appels, notamment ceux de Fabio Panetta, membre du Conseil des gouverneurs de la BCE et futur gouverneur de la Banque d’Italie, à ce que la zone euro crée une capacité budgétaire centrale.

Une certaine forme de budget commun permettrait à la BCE de lutter plus efficacement contre l’inflation, dans la mesure où une politique monétaire unique doit désormais être alignée sur 20 budgets nationaux différents, une tâche complexe qui désynchronise souvent les politiques monétaire et budgétaire.

READ  Le déficit budgétaire français pour 2021 a été inférieur aux attentes à 7% du PIB - Ministère

Reuters

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer