Economy

La France peut-elle trouver les talents de la relève ?

Alors que l’équipe de France masculine de basket-ball s’inclinait devant les États-Unis lors du match pour la médaille d’or aux Jeux olympiques de Tokyo, Rudy Gobert n’a pas pu retenir ses émotions.

J’adore Joubert et je pense que c’est un grand basketteur. Montrer ses sentiments n’enlèverait rien à mon respect pour ce Français.

Plus qu’un joueur émotif, je me demande si les larmes ne seraient pas la meilleure chance pour la France et d’autres pays de déloger les Etats-Unis.

Et dire que ce n’était pas une très bonne liste. Des dizaines de stars ont sauté les Jeux olympiques. Imaginez s’ils ne le faisaient pas.

En tant que tels, la défaite pré-olympique contre le Nigeria et l’Australie et la défaite du match d’ouverture contre la France ont été des signaux d’alarme massifs. En fait, lors du match pour la médaille d’or contre la France, à un moment donné, on a pu voir Draymond Green se fâcher contre Kevin Durant pour ne pas avoir gardé son triple tueur à gages. La prochaine fois au sol, Durant a bloqué ce joueur.

Quant aux Français… La génération dorée des joueurs a presque éteint ses baskets. Boris Diao, Tony Parker, Florent Petros, Mikael Gilabali et Geoffrey Louverni ont terminé. Après ces JO, il est possible que Thomas Huertel, Nando de Colo et Nicholas Batum le soient aussi. Il est possible que nous en revoyions un ou deux car les prochains Jeux d’été sont en France. Les Français voudront tout inventer.

La France n’est pas la seule ébranlée par le départ à la retraite de ses stars. D’autres pays ont également vu leurs générations dorées performer.

READ  La distillerie française conclut un accord avec les Britanniques tandis que les Britanniques ignorent le Brexit pour stocker des boissons alcoolisées étrangères

L’Espagne devra corriger sa liste des seniors alors que Pau et Marc Gasol terminent. Tout comme Rudy Fernandez et Sergio Rodriguez. Juan Carlos Navarro, Jose Calderon, Nicolas Mirotic et Felipe Reyes sont tous partis.

Cela laisse Ricky Rubio qui est entré au fil des ans, Willie Hernangomez, Alex Alprinz et Sergio Lull pour tenir le fort pendant qu’ils recherchent des renforts. Serge Ibaka reviendra-t-il ?

L’Argentine est dans le même bateau. Luis Scola a terminé. Il rejoint Mano Ginobili, Andres Nocioni, Fabricio Oberto, Carlos Delfino, Pablo Prigioni et Leonardo Gutierrez à la retraite. C’était une grande équipe et la plupart d’entre eux sont allés à la National Basketball Association.

Ils ont encore Gabriel Beck, Facundo Campazzo, Luca Feldiosa, Nicolas Brussino et Marcos D’Elia. Ils ont remporté les derniers Jeux panaméricains, donc il y a du talent même avec le départ de Scola. Mais ils ne me battent pas – cependant, je dois dire – de la façon dont leur génération dorée s’est cristallisée.

Qui est-ce que j’aime en tant qu’équipe nationale montante – ce doit être l’Australie.

Certains joueurs seront complétés par leur alignement de Tokyo – Chris Golding, Aaron Pines et Joe Ingles. Il est possible que Patti Mills et Matthew Dellavedova offrent une autre opportunité à Paris, mais regardez Ben Simmons, Josh Green, Matisse Thiebol, Dante Exum, Dob Wraith et quelques jeunes comme Dyson Daniels, Blake Jones et Accolda Jack. Ils se levèrent et firent bon compte d’eux-mêmes. Et ils ont toujours Thon Maker (bien qu’il n’ait pas beaucoup de temps de jeu en NBA) et Will Magnay.

READ  Roger Federer se retire de Roland-Garros 2021 avant le quatrième tour

L’Australian Basketball League est devenue une bonne source pour les talents australiens qui veulent aller en NBA ou même dans le circuit universitaire américain. Les anciens élèves de la NBL de la NBA comprennent Andrew Bogut, Chris Anstey, Mills, Golding, Magnay et Delavidova pour n’en nommer que quelques-uns.

Slovénie ? Canada? Serbie?

Ils seront certainement en compétition.

En fait, je me demande pourquoi le Canada – qui je pense est le plus proche de la force, de la profondeur et du talent de l’Amérique – ne s’en sort pas si bien. Ceci est déroutant.

D’autres pays comptent sur la constitution de leurs propres équipes de jeunes qu’ils espèrent figurer aux États-Unis, en Europe ou en Asie.

Les Américains… eh bien, ils ont des équipes de jeunes, mais les groupes de joueurs viennent rarement en équipe. Si vous regardez leur liste olympique et celle de la FIBA, très peu de joueurs ont un deuxième ou un troisième tour avec l’équipe nationale. C’est un témoignage du talent collectif des Américains qu’ils font généralement un très bon travail.

Lors de la Fiba AmeriCup 2017, les États-Unis ont concouru pour la première fois depuis des années et avec une liste pleine de talents de la G League, ils ont battu l’Argentine avec Scola, Campazzo, Beck et tous, 81-76.

Je ne dis pas qu’il est impossible de frapper les Américains. Cela a été fait même si cela ressemblait à des bosses sur la route plutôt qu’à une relève de la garde.

Le reste du monde s’est amélioré en basket-ball, mais quand les Américains veulent jouer, personne ne s’en approche.

READ  Pernod Ricard annonce des résultats records

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer