Economy

La France n’a pas réussi à convaincre les sceptiques quant à l’application du taux minimum global d’imposition des sociétés

L’Union européenne n’a pas réussi à s’entendre rapidement sur la manière de mettre en œuvre un impôt minimum mondial sur les sociétés après que les concessions proposées par la France n’ont pas réussi à convaincre les nations réticentes.

Lors d’une réunion des ministres des Finances à Bruxelles, en Pologne, en Suède et à Malte, ils ont toujours refusé de soutenir un règlement, même s’ils ont abandonné leur opposition, y compris la Hongrie.

L’absence de consensus nécessaire est un coup dur pour le président français Emmanuel Macron, qui a fait de l’adoption des nouvelles règles un objectif clé de la présidence semestrielle de son pays de l’Union européenne, qui se termine en juin.

Dans une certaine mesure, le revers reflète la sensibilité politique d’une question qui a entaché des années de négociations internationales sur le renouvellement du système fiscal mondial.

Cependant, la France et d’autres pays de soutien s’attendaient à un passage plus simple en Europe après que tous les États membres ont rejoint le pacte mondial l’année dernière.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, poursuivra les discussions pour obtenir un soutien lors d’une réunion des ministres des Finances en avril.

« Nous sommes dans le dernier centimètre des négociations, ce qui est toujours l’étape la plus difficile à franchir », a-t-il déclaré. « Cela va prendre encore trois semaines et je suis sûr que nous parviendrons à un accord lors du prochain Ecofin. »

Privilèges

La première concession offerte est un délai de cinq ans dans la mise en œuvre obligatoire d’une partie des règles dans les pays où peu d’entreprises sont concernées.

READ  Air France prévoit des changements majeurs sur les routes américaines

Les Français ont également soutenu une proposition visant à retarder la conversion de la directive européenne en lois nationales jusqu’à la fin de 2023 au plus tard.

Malte a déclaré qu’elle aurait encore besoin d’une légère extension pour appliquer les règles et d’une certaine réintroduction de la flexibilité que la version européenne de l’impôt minimum avait perdue.

Le ministre suédois des Finances, Mikael Damberg, a déclaré qu’après avoir discuté avec les législateurs de son pays, il était encore trop tôt pour s’entendre sur une approche.

La troisième concession offerte par la France sera l’inclusion d’une déclaration sur l’application d’une autre partie de l’accord mondial, relative au traitement des entreprises technologiques mondiales, en même temps avec des éléments fiscaux minimaux.

Mais la Pologne a déclaré qu’il devrait y avoir une garantie plus forte et juridiquement contraignante que l’UE ne mettrait en œuvre que la moitié de l’accord mondial.

« Nous sommes prêts à continuer à travailler pour un texte de compromis plus équilibré », a déclaré Magdalena Rzykowska, vice-ministre polonaise des Finances chargée de l’administration fiscale.

« Avec cela à l’esprit, nous ne sommes pas en mesure de nous mettre d’accord », a-t-elle déclaré.

Le ministre des Finances, Paschal Donohue, a déclaré le mois dernier qu’il s’attend pleinement à ce que le taux mondial d’imposition des sociétés de 15% approuvé par l’OCDE pour les grandes multinationales, comme prévu, apparaisse d’ici l’année prochaine, avec des chances que cela devienne probable d’ici là. Clarifié d’ici mai de cette année.

  • Bloomberg et Irish Examiner

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer