Top News

La France, l’Allemagne et le Japon s’unissent dans la mission Mars Rover

Au salon du Bourget, les agences spatiales française, allemande et japonaise ont signé un accord permettant à un rover robotique franco-allemand d’embarquer à bord de la Mars Lunar Exploration Mission (MMX) et d’atterrir à la surface de la lune martienne Phobos.

Bien que la planète rouge ait été visitée par une petite flotte de sondes robotiques au cours d’un demi-siècle, aucune n’a pu atterrir sur les lunes de Mars Phobos et Deimos. Il y a eu plusieurs tentatives d’atterrissage à la surface de la lune intérieure Phobos, mais elles ont échoué.

Cependant, cela n’était pas dû à un manque d’intérêt. Bien que Phobos ne mesure que 22 km de diamètre, elle intrigue depuis longtemps les astronomes depuis sa découverte en 1877. La lune exacte reste un mystère, ce qui a conduit à des théories farfelues et sérieuses. Dans les années 1950, les étranges paramètres orbitaux de Phobos alors qu’il tournait autour de Mars trois fois par jour et son intensité lumineuse ont amené un scientifique à affirmer qu’il s’agissait d’un satellite construit dans un passé ancien par une race martienne décédée depuis longtemps.

Concept d’artiste du MMX

JAXA

Aujourd’hui, il existe deux théories principales sur Phobos. La première est qu’il s’agit d’une collection de débris laissés par la formation de Mars ou ramassés par le passage d’astéroïdes. L’autre est que la lune a été créée par un corps massif entrant en collision avec Mars dans les premiers jours du système solaire.

Pour trouver des réponses, l’agence spatiale japonaise JAXA lancera sa mission MMX l’année prochaine lorsque Mars sera dans sa meilleure position pour un rendez-vous. Lorsque MMX atteindra la planète, il lancera des survols de la lune extérieure Deimos et se mettra en orbite autour de Phobos. Cependant, « orbite » n’est pas tout à fait le bon mot. Phobos n’a que 1/1000e de la gravité terrestre et le vaisseau spatial ne peut pas entrer sur une véritable orbite autour de lui, il ira donc dans ce qu’on appelle une orbite quasi-satellite (QSO) qui lui permettra de rester en station avec la lune.

READ  Les préparatifs de la France pour la Ligue européenne des Nations déterminés par Mbappe et Benzema, des retrouvailles heureuses et la tristesse de Deschamps

Pendant son séjour à Phobos, MMX déploiera l’engin construit par le Centre aérospatial franco-allemand (Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR)) et l’agence spatiale française, le CNES.

Intégration IDEFIX

Désormais officiellement appelé IDEFIX d’après le nom français du petit chien fougueux dans les bandes dessinées d’Astérix, le rover ne pèse que 25 kg et ressemble à une petite boîte noire reposant sur quatre roues qu’il utilise pour se déplacer. Ce détour ne sera pas facile. La gravité de Phobos est si faible que n’importe qui pourrait sauter en orbite, donc IDEFIX ne roulera pas autant qu’il ne rebondira, ce qui est minimisé par ses roues conçues pour creuser dans la surface. De plus, IDEFIX s’appuiera sur un système autonome dédié à la navigation.

La mission solaire d’IDEFIX consiste à utiliser le radiomètre miniRAD et le spectromètre RAX pour étudier les propriétés thermiques et la composition minérale de Phobos. Il utilisera également ses caméras pour repérer des sites sur la Lune où MMX effectuera plusieurs atterrissages afin de collecter 10 g (0,35 oz) d’échantillons à l’aide d’un bras robotisé. Les échantillons seront renvoyés sur Terre dans un module de retour spécial, qui arrivera en juillet 2029.

La sonde subit actuellement l’intégration finale de ses composants, qui devrait être achevée dans les deux mois, avant d’être livrée au Japon pour être fixée au vaisseau spatial MMX à l’aide d’un ensemble de connecteurs spécial.

« Nous sommes très heureux de collaborer avec le CNES et le DLR dans le cadre de la mission MMX, qui vise à élucider l’origine des lunes martiennes et le processus évolutif de la sphère martienne en collectant des échantillons de l’une des deux lunes de Mars – Phobos – pour une première fois dans l’histoire », a déclaré Hiroshi Yamakawa, président de la JAXA. Espace.  » « Le Japon partage un souvenir précieux avec la France et l’Allemagne concernant la coopération lors de la mission de retour d’échantillons Hayabusa2, sur laquelle a volé l’atterrisseur conjoint CNES-DLR MASCOT. Nous sommes impatients de rassembler à nouveau nos efforts pour une mission MMX réussie.

READ  Déménagement : avez-vous pensé à tout ?

source: DLR

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer