Top News

La France interdit les vols intérieurs court-courriers

  • La loi interdit essentiellement les vols intérieurs publics entre les destinations françaises lorsqu’un trajet en train de moins de 2 heures et 30 minutes est disponible.
  • Le Fonds mondial pour la nature décrit l’impact environnemental de l’aviation comme « l’une des sources d’émissions de gaz à effet de serre à la croissance la plus rapide à l’origine du changement climatique mondial ».

Avion dans le ciel de France. Le gouvernement veut réduire les vols court-courriers dans le pays pour réduire les émissions.

Alan Beaton | Norphoto | Getty Images

Une interdiction française des vols intérieurs court-courriers lorsqu’il existe des trajets en train alternatifs est entrée en vigueur cette semaine, un législateur la décrivant comme une « étape essentielle » dans les efforts du pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

loi publiée par décretLes vols intérieurs généraux entre les destinations françaises sont essentiellement interdits lorsqu’un trajet en train de moins de 2 heures et 30 minutes est disponible.

La France abrite un vaste réseau ferroviaire à grande vitesse. Selon une traduction de CNBC, la substitution de vol ne s’applique que lorsque le voyage en train « fournit un service alternatif satisfaisant ».

Cela signifie que les vols publics de passagers entre Paris-Orly et des villes comme Bordeaux, Nantes et Lyon, sont concernés par la loi. Les vols de correspondance ne sont pas concernés.

dans déclaration Traduit par CNBC, le ministre des Transports Clement Bonn a qualifié cette décision « d’étape fondamentale et de symbole fort dans la politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

READ  Sarkozy risque l'emprisonnement et nie le pacte de corruption

Bunn a également déclaré que l’interdiction était « une première mondiale qui est pleinement conforme à la politique gouvernementale visant à encourager l’utilisation de modes de transport qui émettent moins de gaz à effet de serre ».

En savoir plus sur les voitures électriques du CNBC Pro

Le Fonds mondial pour la nature décrit l’impact environnemental de l’aviation comme « l’une des sources d’émissions de gaz à effet de serre à la croissance la plus rapide à l’origine du changement climatique mondial ».

Le WWF affirme également que les voyages en avion sont « actuellement l’activité la plus intensive en carbone qu’un individu puisse entreprendre ».

Les nouvelles de France surviennent alors que le débat plus large sur les tarifs des jets privés se poursuit. En mars 2023, Analyse publiée par Greenpeace Il a montré que le nombre de vols de jets privés en Europe l’année dernière a bondi de 64% pour atteindre un record de 572 806.

L’utilisation de jets privés par les super-riches suscite beaucoup de discussions.

pendant Entretien avec la BBC Plus tôt cette année, le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, a été invité à donner son avis sur l’accusation selon laquelle l’utilisation d’un jet privé par un militant du changement climatique était hypocrite.

Gates, qui était interviewé au Kenya, a répondu: « Eh bien, j’achète l’étalon-or du financement (société d’élimination du dioxyde de carbone) Climeworks pour faire une capture directe de l’air qui dépasse de loin l’empreinte carbone de ma famille. »

« Et je dépense des milliards de dollars pour… l’innovation climatique. Alors, vous savez, devrais-je simplement rester à la maison et ne pas venir au Kenya et en savoir plus sur l’agriculture et le paludisme ? »

READ  Army Bratz Reunion: Les anciens élèves du lycée américain de Rochefort (France) organisent une rencontre à Leavenworth | Article - Marchandise

Le milliardaire a ajouté qu’il était « à l’aise avec l’idée que je ne fais pas seulement partie du problème avec le paiement, mais aussi avec les milliards que Breakthrough Energy Group dépense, et que je fais partie de la solution ».

Bien que le secteur de la capture directe de l’air ait des partisans notables, il est également confronté à des défis. L’Agence internationale de l’énergie note que la capture du dioxyde de carbone dans l’air « nécessite plus d’énergie et est donc plus coûteuse que sa capture à partir d’une source fixe ».

Il ajoute que des technologies telles que la capture directe de l’air « ne remplacent pas la réduction des émissions ou ne constituent pas une excuse pour une action tardive, mais elles peuvent constituer une partie importante de la suite d’options technologiques utilisées pour atteindre les objectifs climatiques ».

– Sam Meredith de CNBC a contribué à ce rapport

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer