Top News

La France interdit la « thérapie de conversion » gay avec une nouvelle loi

La France a une nouvelle loi qui interdit les thérapies dites de conversion et autorise des peines de prison et des amendes pour les praticiens qui utilisent la pratique scientifiquement discréditée pour tenter de changer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre des personnes LGBTQ

PARIS – La France a une nouvelle loi qui interdit les soi-disant thérapies de conversion et autorise des peines de prison et des amendes pour les praticiens qui utilisent la pratique scientifiquement discréditée pour tenter de changer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre des personnes LGBTQ.

L’Assemblée nationale a approuvé la nouvelle loi à l’unanimité, votant 142-0 mardi soir.

La législation prévoit des sanctions pénales pour les personnes reconnues coupables d’avoir tenté de «convertir» les personnes LGBTQ à l’hétérosexualité ou aux attentes traditionnelles en matière de genre.

La loi ouvre également la possibilité aux militants d’intenter des poursuites civiles au nom des victimes, une avancée saluée au parlement comme une percée pour les personnes qui ou sont incapables d’alerter la police elles-mêmes.

La législatrice Laurence Vanceunebrock, qui a contribué à l’adoption de la loi par le Parlement, a déclaré qu’elle ciblerait « tous ceux qui assimilent une identité ou une orientation sexuelle à la maladie ».

« Il n’y a rien à guérir », a-t-elle déclaré à l’Assemblée nationale.

La ministre de l’égalité et de la diversité du gouvernement français, Elisabeth Moreno, a qualifié les thérapies dites de conversion de « barbares » et a déclaré aux législateurs que les souffrances qu’elles infligent « laissent très souvent des marques permanentes sur les corps et les esprits ».

READ  France: il suffit de manger pour embaucher des CDI

En vertu de la nouvelle loi, les efforts soutenus « qui visent à modifier ou à réprimander l’orientation sexuelle ou l’identité de genre » et qui ont un impact sur la santé physique ou mentale des victimes sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros (34 000 $) d’amende.

La peine peut aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende (50 000 $) pour les tentatives impliquant des mineurs ou d’autres personnes particulièrement vulnérables.

La loi entrera en vigueur dans les 14 prochains jours avec la signature du président Emmanuel Macron. Macron a salué son passage.

« Soyons-en fiers », a tweeté le dirigeant français. « Parce qu’être soi n’est pas un crime. »

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer