entertainment

La France est comme « Karmabhoomi » : Rahul Mishra lors de sa réception du Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres | L’actualité du cinéma indien

Le créateur de mode affirme que ses racines remontent à l’Inde et qu’au fil des années, la France est devenue son « karmabhoomi » ou lieu de travail. Rahul Mishraqui reçut le titre de Chevalier des Arts et des Lettres. MishraLa reconnaissance du gouvernement français reflète le lien magnifique que partagent l’Inde et la France, a déclaré celui qui a présenté sa collection de prêt-à-porter à la Fashion Week de Paris en 2014.
« L’Inde est l’endroit d’où je viens, où je suis né et où je fais tout. La France est presque comme un ‘karmabhoomi’. Paris est la capitale cosmopolite du monde. Paris, d’une certaine manière, m’a donné cette énergie pour tous nos rêves.  » « Pour nous, ce n’est que le début », a déclaré le designer basé à Delhi à PTI dans une interview ici.
Mishra a déclaré que Paris, la capitale de la France, est désormais sa « deuxième maison ». Il a fait ses débuts sur scène en 2006 à la Fashion Week de Lakme en tant que designer émergent dans le cadre de l’initiative Gen Next.
« Si nous voulons créer une marque mondiale en dehors de l’Inde, Paris est le lieu d’où tout doit se diffuser et partir. En ce sens, c’est aussi une belle relation que l’Inde et la France entretiennent en termes d’appréciation de l’artisanat, de la beauté, de la poésie. et l’esprit », a-t-il ajouté. Que les deux pays sont des catalyseurs de cette manière. « C’est une sensation formidable. »
Mishra a reçu mardi le titre de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres lors d’une cérémonie qui s’est tenue au siège de la France ici.
Cette distinction du gouvernement français est décernée aux « personnes qui se sont distinguées par leur créativité dans le domaine de l’art, de la culture et de la littérature ou par leur contribution au rayonnement des arts en France et dans le monde ».
Connu pour mélanger la slow fashion et l’artisanat indien traditionnel, le créateur a acquis une renommée internationale en 2014 lorsqu’il a remporté le prestigieux International Woolmark Prize à Milan.
Ancien étudiant de l’Université de Kanpur, Institut National du Design À Ahmedabad et à l’Istituto Marangoni de Milan, Mishra a été invité à présenter ses créations en tant que designer invité à l’exposition. Semaine de la Haute Couture à Paris En 2020.
L’homme de 43 ans a dédié cet honneur à l’équipe derrière sa marque éponyme.
« Je me sens honoré et reconnaissant. Ce prix n’est pas seulement pour moi, mais pour toute l’équipe. Des milliers de mains se sont réunies pour créer une pièce de Rahul Mishra.
« C’est une grande reconnaissance… Ce en quoi nous croyons depuis le début, c’est l’idée de l’Inde. Comment l’inclusivité se conjugue en termes d’artisanat, de culture et de communautés, alors vous créez une marque comme Rahul Mishra », a-t-il ajouté.
Il a dit qu’il était important pour Mishra d’être en contact avec son pays d’origine.
« Autant que nous sommes une marque mondiale, il est très important pour nous de pouvoir savoir d’où viennent les vêtements. De cette façon, l’identité indienne dans les vêtements est importante. Comment parlez-vous de l’idée de l’Inde si le produit n’est pas connecté aux racines ? »
L’ambassadeur de France en Inde, Emmanuel Lénine, qui a remis la médaille à Mishra pour sa carrière et son association avec la France, a félicité le créateur pour avoir apporté sa « broderie complexe et son expérience combinée » aux habitants de son pays.
« J’aime penser que Rahul s’est également inspiré de nos peintres comme Monet et Henri Rousseau… Quand un si grand artiste se présente à la Fashion Week de Paris, nous nous inspirons beaucoup de lui », a déclaré l’ambassadeur.
Selon Lénine, les perspectives des relations indo-françaises sont « brillantes ».
Il a ajouté : « Il y a beaucoup de créativité dans les deux pays et un respect pour les arts et l’artisanat… »
À l’avenir, Mishra a déclaré qu’il souhaitait pouvoir employer « un million » de personnes pour sa marque.
« Mon rêve est de pouvoir doubler le nombre de personnes qui travaillent avec nous chaque année. Cela peut sembler irréaliste, mais mon rêve est de pouvoir travailler indirectement avec des millions de personnes. Donc, un million est le chiffre de mes rêves. » « Cela me tient à cœur », a-t-il déclaré.

READ  DreamWorks lance une chaîne de divertissement pour enfants et familles en France

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer