Top News

La France confirme que l’Iran accueille un touriste depuis mai 2020

Publié en:

La France a confirmé qu’un touriste français était détenu en Iran depuis neuf mois sur des accusations qui, selon son avocat, ne sont pas claires. L’Iran détient maintenant deux ressortissants français, peut-être comme monnaie d’échange pour échanger des prisonniers, ou pour faire pression sur les puissances européennes pour qu’elles accordent un allégement des sanctions.

Le ministère français des Affaires étrangères confirmé Bulletin d’information A propos de l’arrestation d’un citoyen français en Iran, affirmant qu’il était sous protection consulaire et que les responsables, la France et l’Iran sont en contact régulier avec lui et “suivent avec intérêt la condition de notre citoyen”.

Son avocat, Saeed Dehghan, a écrit: “Ce jeune touriste, qui a été illégalement détenu pendant près de neuf mois, fait face à des accusations contradictoires et fausses.” Sur Twitter. Il a déclaré qu’il n’avait pas pu accéder aux dossiers.

l’homme A été défini Rien que par son prénom, Benjamin. Il a conduit une camionnette de la France à l’Iran, y est entré avec un visa touristique. Il a été arrêté en mai 2020 dans le nord-est de l’Iran, près de la frontière avec le Turkménistan.

Dehghan a démenti les informations selon lesquelles son client avait été arrêté après avoir piloté un drone dans le désert, affirmant qu’il exploitait un petit hélicoptère télécommandé, ou hélicoptère, utilisé pour prendre des photos de la nature.

READ  suivez la conférence en direct

Malgré cela, dit le journaliste de RFI, il existe plusieurs bases militaires le long de la route de Téhéran à Mashhad dans le nord-est, y compris des sites de missiles balistiques.

L’homme est détenu à la prison de Wakil Abad à Mashhad et a reçu la visite de fonctionnaires consulaires. Il a réussi à communiquer avec sa famille en France à plusieurs reprises depuis son arrestation.

Les responsables français et sa famille n’ont pas révélé son arrestation, craignant que cela nuise à d’éventuelles négociations.

Échange de prisonniers

Les gardiens de la révolution iranienne ont arrêté des dizaines d’étrangers ou de double nationalité ces dernières années, la plupart d’entre eux pour espionnage.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, dans un discours prononcé lundi devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, a appelé à la libération de l’académie franco-iranienne Fariba Adelkhah, arrêtée en juin 2019. Elle a été condamnée à cinq ans de prison. en mai. 2020 sur des accusations liées à la sécurité, et il est actuellement assigné à résidence à Téhéran, portant un moniteur de cheville.

Son partenaire, le chercheur français Roland Marshall, qui voyageait avec elle, a été libéré l’année dernière après la libération par la France de l’ingénieur iranien Jalal Rouhollah Nejad, qui était détenu en France et détenu pour extradition vers les États-Unis pour des violations présumées de Sanctions américaines contre Téhéran. .

D’autres échanges de prisonniers ont été négociés, mais l’Iran a nié avoir arrêté des gens pour les utiliser comme monnaie d’échange dans les échanges de prisonniers ou les négociations avec les puissances occidentales.

READ  Pourquoi l'Australie a-t-elle changé son hymne national?

Négociations nucléaires

L’Iran a accru la pression sur les pays occidentaux pour qu’ils poussent les États-Unis à lever les sanctions imposées après le retrait de l’ancien président américain Donald Trump de l’accord nucléaire en 2018.

Le président américain nouvellement élu, Joe Biden, a proposé de se joindre aux pays européens dans des pourparlers visant à rétablir l’accord qui empêcherait l’Iran d’acquérir des armes nucléaires.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré le mois dernier qu’il était prêt à reprendre son rôle de médiateur entre l’Iran et les États-Unis.

(Avec des fils)

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer