Top News

La France commence à promouvoir le vaccin Covid mi-septembre, malgré l’absence d’approbation de l’UE

émis en :

La campagne de rappel du vaccin français contre le Covid pour les personnes vivant dans des maisons de soins débutera à la mi-septembre, bien qu’un troisième coup n’ait pas encore été approuvé par le régulateur européen des médicaments.

Les personnes vivant en Ehpad, calle Ehpad ou EHPAD, ainsi que les personnes de plus de 80 ans vivant à domicile, seront éligibles à un troisième vaccin Covid le 13 septembre, a annoncé jeudi le Premier ministre français Jean Castex. semaine a confirmé que des renforts seront bientôt disponibles.

Les rendez-vous ouvriront le 1er septembre pour les personnes de 65 ans et plus, ou présentant des conditions les rendant plus vulnérables aux cas graves de Covid, qui recevront leur troisième vaccin contre la grippe, lorsque la campagne débutera fin octobre.

Un supporteur est nécessaire pour Protéger les groupes les plus vulnérables à l’infection par le virusAvec un vaccin, une personne a « huit fois moins de chances de contracter une infection et 11 fois moins de chances de se retrouver à l’hôpital », a déclaré Castex, se référant aux statistiques montrant qu’avec un vaccin, une personne est « huit fois moins susceptible de être infecté et 11 fois moins susceptible de se retrouver à l’hôpital.”

L’Union européenne demande plus de données avant d’approuver des renforts

La décision d’administrer le rappel était basée sur l’avis de l’autorité médicale française, la HAS, qui a déclaré que ses recommandations étaient “conditionnées à l’approbation de l’Agence européenne du médicament”.

L’Autorité de réglementation des médicaments de l’Union européenne a déclaré que Il a besoin de plus de données avant d’accepter l’utilisation de renforçateurs.

READ  Gérald Darmanin défend sa politique et réitère son "soutien indéfectible à la police"

Parmi eux, la France, huit pays européens ont décidé de délivrer une troisième grève, et d’autres pays discutent de la question.

La Commission européenne a averti jeudi que les pays européens qui ont décidé d’utiliser des boosters pourraient faire face à des risques juridiques accrus en cas d’effets secondaires inattendus qui pourraient être liés aux chocs.

Elle a déclaré que les États membres pourraient être en jeu pour les conséquences juridiques et les demandes d’indemnisation, bien que les sociétés pharmaceutiques soient toujours responsables des effets secondaires des problèmes de fabrication.

L’Union européenne dispose d’une réserve de milliards de doses de nombreux vaccins à utiliser en rappel dans les années à venir, ou à donner aux pays pauvres.

L’Organisation mondiale de la santé a appelé les pays développés à Reporter la gestion des boosts Jusqu’à ce que les pays en développement reçoivent leurs premières doses.

(avec fil)

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer