Top News

La France à la traîne en matière d’action pour le climat – EURACTIV.fr

La France prend du retard sur la voie de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, selon un rapport parlementaire adopté mercredi dans lequel elle préconise également la mise en place d’une « véritable planification environnementale ».

Le rapport s’appuie sur une mission d’information « rapide » confiée à la députée de la Renaissance Laurence Heidel Greller et au député de droite Antoine Vermorel-Marquis dans le but d’évaluer les progrès de la France par rapport aux objectifs fixés par l’Accord de Paris – à savoir le maintien d’une moyenne températures mondiales inférieures à 2 degrés et limiter l’augmentation de la température à 1,5 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

La France a soutenu l’objectif de l’UE pour 2030 de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 55 % par rapport aux niveaux de 1990, ont noté les co-rapporteurs du rapport, Vermorel Marques et Greller.

Ils ont ajouté qu’il avait également honoré son obligation de rendre compte de ses progrès en matière de protection du climat dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat.

Sous-développement et absence de débat public

Mais « la France est en retard sur les réductions d’émissions », ce qui signifie que le rattrapage nécessitera « d’accélérer le rythme de baisse » de -4,7 % en moyenne annuelle. Vermorel Marquez a expliqué que c’était « pour rester dans le cadre de l’Accord de Paris ». France Inter.

Ceci est confirmé par les chiffres enregistrés par l’organisme public français qui comptabilise les émissions de gaz à effet de serre en France, le Citepa, début avril – bien que le Haut Conseil Climat (HCC) ait conclu en juin 2022 La France a atteint ses objectifs nationaux dans le cadre de sa stratégie nationale bas carbone, qui n’est pas en ligne avec ceux de l’Union européenne.

READ  La France va déduire 10 millions de familles qui n'ont pas payé assez

De plus, le rapport parlementaire n’a pas pris en compte les émissions du transport aérien et maritime international, mais a noté qu’elles ont « augmenté d’environ 50% depuis 1990 ».

Les co-rapporteurs ont également déploré l’absence de débat public sur les questions climatiques, arguant que le travail de la commission n’est pas assez visible et que les élus aux niveaux local et national ne sont pas suffisamment formés aux questions climatiques.

Il faut « donner une vision aux entreprises et aux collectivités qui ont besoin de savoir, d’ici dix ans, où on va », a déclaré Vermorel Marques. France Inter.

« une véritable planification environnementale »

Mais tout n’est pas perdu.

Selon les rapporteurs adjoints, « il devrait y avoir une stratégie de planification environnementale qui permette de définir des objectifs, de les mettre à jour et d’identifier les moyens pour les atteindre ».

Le rapport recommandait également de renforcer le rôle du parlement à travers un débat annuel, d’adopter une loi de planification environnementale pluriannuelle et d’améliorer les connaissances des parlementaires en la matière. Le rapport suggère également que toutes les parties prenantes concernées s’engagent dans un « dialogue environnemental » pour renforcer la participation des citoyens.

En raison du mauvais bilan de la France, le pays risque une « nouvelle condamnation » de l’inaction climatique, comme cela s’est produit en février 2021 lorsque l’administration parisienne a reconnu « l’échec lamentable » du pays dans la lutte contre le réchauffement climatique.

[Paul Messad contributed to this article]

(Théo Bergère | EURACTIV.fr)

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer