Top News

La Commission scolaire anglophone de Montréal surmonte la pénurie d’enseignants en embauchant du personnel de France – Montréal

Alors que le Québec est en pleine pénurie d’enseignants, le Commission scolaire anglophone de Montréal Il cherche hors des sentiers battus – hors du continent, en fait – des renforts.

Incapable de trouver suffisamment de personnel ici, le conseil d’administration a commencé à embaucher Professeurs de français en France.

Quelques-uns ont déjà commencé à travailler dans les écoles de l’Ouest, dont Julie Cappelier, 24 ans.

Cappelier a déménagé à Montréal depuis sa maison d’Arras, en France, il y a à peine trois mois pour enseigner à l’école primaire Merton à Côte Saint-Luc.

Elle a déjà fait bonne impression sur ses élèves de CM2.

« Elle est tellement amusante et elle a de bonnes idées de projets », a déclaré Riley Germano, Merton, élève de cinquième année.

Lire la suite: Le Québec affronte les syndicats alors que les négociations contractuelles commencent

Cappelier est l’un des trois enseignants récemment recrutés par la Commission scolaire anglophone de Montréal lors d’une mission de recrutement en France. Avant son arrivée à l’école en novembre, sa classe est enseignée par une mère porteuse.

L’histoire continue sous l’annonce

« Cela aurait été la première année où nous n’avions pas d’enseignant de 5e année », a déclaré la directrice de Merton, Rosanna Kaplan. « Nous étions si heureux qu’elle ait été retrouvée. »

Cappelier dit qu’elle ne s’est jamais vue quitter son pays d’origine, mais quand une opportunité d’enseigner à l’étranger s’est présentée, elle a sauté sur l’occasion.

« C’était un énorme changement », a-t-elle déclaré à Global News. J’ai changé de pays et j’ai quitté ma famille et mes amis. Je suis venu tout seul. »

Alors que Cappelier étudie dans l’un des quartiers les plus anglophones de Montréal, elle parle à peine l’anglais. Le directeur a suggéré que cela semblait inciter les élèves à faire plus d’efforts.

« Cela leur donne évidemment une motivation supplémentaire pour essayer d’utiliser au maximum leurs compétences linguistiques », a déclaré Kaplan.

L’histoire continue sous l’annonce

Cappelir est étonné que les enfants puissent basculer si facilement entre l’anglais et le français en cinquième année. Et d’où ça vient, les étudiants bilingues sont rares.

« Ils parlent français, ils parlent anglais, ils passent d’une langue à l’autre, ce qui est très impressionnant », a-t-elle dit de ses élèves canadiens.

Lire la suite: Les enseignants québécois veulent enseigner l’histoire autochtone différemment dans les écoles

Dans le cadre du « Mois du Français » du conseil d’administration, elle a fait réaliser par son chapitre un projet pour son pays d’origine.

« Elle apporte non seulement la langue française mais aussi la culture française dans la salle de classe, ce qui est intéressant », a déclaré Marie-Claude Bergeron, conseillère en français à la Commission scolaire anglophone de Montréal.

La classe de Caplier et d’autres élèves de la CSEM récemment recrutés en France ont tenu une réunion conjointe Zoom avec le Consul général de France à Québec, Frédéric Sánchez. sLes étudiants ont eu l’occasion d’interroger Sanchez sur la France et son métier.

READ  La Finlande restitue l'art russe confisqué à la frontière ARTnews.com

Caplier espère rester au Canada pendant plusieurs années et la CSEM espère continuer à lutter contre la pénurie d’enseignants en intensifiant ses efforts de recrutement en France.

et copier 2023 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer