World

La Commission européenne n'est pas encline à parvenir à un compromis avec la Bulgarie sur l'euro – Bulgarie

Bien L'Europe attend de la Bulgarie qu'elle remplisse tous les critères pour accepter l'euro et n'est pas encline au compromis. Cela a été clairement démontré dans une interview menée par le commissaire européen aux Affaires économiques et financières Paolo Gentiloni avec Yordan Borzhakov et le photographe Pavel Pavlov.

En juin sera publié le rapport de convergence entre la Banque centrale européenne et la Commission européenne, dans lequel on saura si notre pays répond aux critères d'entrée dans la zone euro début 2025, Nova.

La Bulgarie fera-t-elle partie de la zone euro à partir du 1er janvier 2025 ?

-Je pense que le processus se déroule très bien. Nous avons récemment signé des accords avec le gouvernement sur la manière de coopérer dans le processus de transition. Quant à savoir quand le processus va démarrer, comme vous le savez, nous avons un certain nombre de critères, quatre critères. Nous publierons prochainement un rapport sur les critères dits de convergence. Nous pensons que la Bulgarie en remplira certainement trois. Le quatrième, qui concerne l’inflation, n’est peut-être pas encore atteint. Mais nous sommes optimistes que d’ici la fin de l’année, la Bulgarie sera en mesure de respecter les normes en matière d’inflation. Cela signifie que l’année prochaine, si le critère de convergence inflationniste est rempli dans un délai que nous pouvons convenir avec le gouvernement, cela pourrait devenir possible.

Il doit être clair pour nous qu’il n’y a aucune chance que la date soit fixée au 1er janvier 2025 en raison des normes d’inflation. Est-ce que je vous ai bien compris ?

READ  VIDÉO. États-Unis: deux kayakistes "avalés" par une baleine

– Cela sera officiellement mentionné dans notre rapport de convergence. Ce n'est pas mon opinion personnelle, mais elle sera publiée prochainement. Et mon évaluation, et ce que j’attends, et ce que la Commission attend également, c’est que, sur la base des chiffres que nous avons de la Bulgarie et d’Eurostat, nous sommes sur la bonne voie pour réduire l’inflation, mais nous n’y sommes pas encore. La raison pour laquelle je dis que nous sommes sur la bonne voie est que je suis optimiste quant au fait que les objectifs pourront être atteints d’ici la fin de l’année. C'est donc une question de quelques mois. Je vous assure que toute la famille de la zone euro est très heureuse de la perspective de l'adhésion du vingt et unième membre, la Bulgarie, l'année prochaine.

La Bulgarie ne remplit pas les critères d’inflation, mais pas la Croatie non plus. Certains en Bulgarie prétendent que la Commission, la Banque centrale européenne et les ministres des Finances de la zone euro sont parvenus à un accord avec la Croatie, mais ils ne le feront pas avec la Bulgarie. Y a-t-il des différences entre les deux cas ?

– aucune différence. J'ai eu l'occasion de m'entretenir au cours de ces mois avec plusieurs ministres des Finances de Bulgarie et avec le gouverneur de la Banque nationale bulgare. Je n'ai jamais entendu une telle attitude. Ils savent donc très bien, et nous le savons très bien, que les normes que nous utilisons sont objectives. Il n’est pas conçu spécifiquement pour la Bulgarie, la Croatie ou tout autre pays. Il est publié. S’il y a de la curiosité, il est facile de les identifier. Comme les autorités bulgares le savent bien, dans notre coopération, nous n'avons pas encore atteint les repères convergents en matière d'inflation. Mais nous pourrons les atteindre bientôt. Il n’y a pas de différence de traitement entre les pays candidats à la monnaie unique.

Nous avons un retard important dans notre plan de relance et dans l’argent dont nous avons besoin pour investir. Que se passe-t-il?

READ  La victime d'une attaque de requin à Sydney pratiquait la natation caritative

– Eh bien, le problème, vous le savez, c'est que nous discutons avec les États membres de la possibilité de fournir un financement public important. Ce n’est pas de l’argent qui vient du ciel. Ils viennent des marchés. Il s’agit d’une question de dette commune dirigée par la Commission et convenue par les États membres. Une part importante pour la Bulgarie – 6 milliards d'euros. Nous discutons de questions qui restent ouvertes. Le plan bulgare comporte plusieurs aspects très importants. L’un concerne la décarbonation et l’autre l’état de droit. Je n’entrerai pas dans les détails, mais ce sont les deux grands dossiers dont nous discutons avec les autorités bulgares. J’étais également optimiste quant au fait que nous n’étions pas loin de solutions. Bien sûr, nous devons désormais respecter le processus démocratique. Les élections arrivent dans trois semaines. Je suis convaincu que cette discussion aura lieu avec le nouveau gouvernement après les élections.

Regardez l'interview complète de « ReVizia » sur NOVA NEWS.

Ne manquez pas les actualités les plus importantes – suivez-nous sur Galerie d'actualités Google

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer