entertainment

La censure se dispute alors que l’armée indienne retient un film sur un soldat gay

New-Delhi (AFP) – Le réalisateur indien Oner, acclamé par la critique, voulait faire un film inspiré par un pionnier de l’armée gay qui a démissionné et s’en est sorti dans une vague de publicité – mais malgré le statut démocratique du pays, l’armée a interrompu sa production.

Le gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi a été accusé à plusieurs reprises d’avoir intensifié la censure dans une attaque systématique contre l’opposition – y compris la répression des militants des droits de l’homme, des journalistes et des ONG – depuis son arrivée au pouvoir il y a huit ans.

En 2020, il a publié une ordonnance conseillant aux cinéastes de demander une autorisation préalable pour tout texte à caractère militariste, une décision que les militants de la liberté d’expression ont qualifiée d’orwellienne et d’inconstitutionnelle dans la plus grande démocratie du monde.

Onir, qui n’utilise qu’un seul nom, est lui-même gay et a été parmi les premières grandes personnalités de Bollywood à reconnaître publiquement sa sexualité.

Mieux connu pour ses films sur la vie de groupes socialement marginalisés, le cas du Major J. Suresh, qui a fait la une des journaux nationaux en 2020 après sa démission de l’armée et a déclaré : « Sortez !! Fier !! Libérez !! »

« Je suis gay – et je suis très fier d’être gay », a écrit l’ancien officier de l’armée – qui a servi dans certaines des régions les plus troublées de l’Inde, dont le Cachemire – sur son blog.

Plus tard, il a donné une interview révolutionnaire à la télévision nationale qui s’est propagée dans le pays socialement conservateur.

READ  France Télévisions nomme un directeur de Disney pour soutenir les activités cinématographiques | Nouvelles

Le texte d’Onir, « Nous », raconte quatre histoires, les histoires d’une femme transgenre, gay et bisexuelle et d’un homme bisexuel, et un récit fictif de l’amour entre un officier gay et un garçon cachemiri.

Le gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi a été accusé à plusieurs reprises de resserrer la censure. SUJIT JAISWAL AFP

Mais lorsqu’il a demandé au ministère de la Défense un « certificat de non-objection » – sur lequel la plupart des studios, des plateformes de streaming et des producteurs insistent désormais pour s’assurer qu’il n’y a pas d’obstacles juridiques ou administratifs – il a été refusé.

« Ils m’ont dit (…) que le fait que je décrive l’homme de l’armée comme étant gay est illégal », a-t-il déclaré à l’AFP.

La mesure du patriotisme

L’Inde n’a décriminalisé les relations sexuelles homosexuelles que dans une décision de la Cour suprême de 2018, mais l’homosexualité et l’adultère restent une infraction punissable en vertu de la loi sur l’armée, avec des peines de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans.

Onir, qui n'utilise qu'un seul nom, est lui-même gay et a été parmi les premières grandes personnalités de Bollywood à reconnaître publiquement sa sexualité
Onir, qui n’utilise qu’un seul nom, est lui-même gay et a été parmi les premières grandes personnalités de Bollywood à reconnaître publiquement sa sexualité SUJIT JAISWAL AFP

Dans le même temps, l’Inde a également une longue histoire de censure des films de post-production, et les inquiétudes concernant la liberté d’expression ont été soulevées par la nouvelle réglementation des médias sociaux l’année dernière.

Le jeune ministre de la Défense du pays, Ajay Bhatt, a confirmé la semaine dernière au Parlement que le film d’Oner s’était vu refuser l’autorisation en raison de « la description d’une relation amoureuse entre un soldat de l’armée servant au Cachemire et un garçon local jetant l’armée indienne sous un mauvais jour et soulevant des problèmes de sécurité ».

READ  Rumeur: Disney développe un film d'animation 2D basé sur le conte de fées français "Bluebird"

Insistant sur le fait que le processus de présélection n’était ni inconstitutionnel ni un déni de la liberté d’expression, il a déclaré que le gouvernement avait pris en compte des facteurs tels que la sécurité nationale, le sentiment populaire et l’image des forces armées pour s’assurer que l’armée n’était pas représentée de manière voie qui mène à la réputation.

Mais Oner, 52 ans, qui est basé à Mumbai, a noté que les films dans lesquels des officiers tombent amoureux de femmes n’ont jamais été rejetés.

« Pourquoi la sexualité d’un individu est-elle une mesure de son patriotisme ou de sa capacité à défendre la nation? » Demandé.

« Tout le monde semble offensé par la moindre chose mais qu’en est-il de la créativité ou des sentiments des artistes ? » il ajouta. « ce n’est pas important ».

Plusieurs de ses films traitent de thèmes homosexuels, dont « Mon frère… Nikhil », l’histoire du champion de natation indien Dominic D’Souza qui a été arrêté dans les années 1980 après avoir été testé séropositif au VIH.

L'homosexualité et l'adultère restent des infractions punissables en vertu de la loi sur l'armée indienne, avec des peines de prison pouvant aller jusqu'à 10 ans
L’homosexualité et l’adultère restent des infractions punissables en vertu de la loi sur l’armée indienne, avec des peines de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans DIPTENDU DUTTA AFP / DOSSIER

J’ai rassemblé quatre histoires traitant de relations homosexuelles et d’autres sujets tabous tels que le don de sperme et la maltraitance des enfants.

Il a été nommé meilleur film indien aux National Film Awards 2012, qui sont l’équivalent national des Oscars, mais même alors, les chaînes satellite ont refusé de le diffuser.

Dans sa vie privée, il a déclaré: « J’ai toujours été à l’extérieur. Je n’ai jamais eu un seul moment pour sortir ou une crise à propos de qui je suis. »

READ  Les fans de Hannah Gadsby critiquent Dave Chappelle pour avoir dit que ce n'était pas drôle

« fenêtre nationale »

Certains des films et séries Web les plus populaires de l’Inde ces dernières années ont été des histoires héroïques nationalistes pleines d’armes de soldats, notamment « Uri: The Surgical Strike », inspirée de l’opération de Modi en 2016 au Cachemire sous contrôle pakistanais.

Certains des films et séries indiens les plus populaires sur le Web ces dernières années ont été des récits nationalistes pleins d'armes sur l'héroïsme des soldats.
Certains des films et séries indiens les plus populaires sur le Web ces dernières années ont été des récits nationalistes pleins d’armes sur l’héroïsme des soldats. SUJIT JAISWAL AFP

La vision populiste du Premier ministre d’une Inde forte à majorité hindoue lui a valu de nombreuses victoires aux élections, et il bénéficie d’un fort soutien dans les forces armées, dont les budgets et les avantages se sont considérablement améliorés.

Mais les critiques disent que donner à l’armée le contrôle de la façon dont elle est représentée est fondamentalement inapproprié dans un pays démocratique.

« C’est problématique », a déclaré Hartosh Singh Pal, rédacteur politique de Caravan. « Comment les militaires peuvent-ils décider comment les gens le décrivent, le voient ou le critiquent ? »

L’armée indienne est traditionnellement restée assez à l’écart de la politique intérieure, contrairement à celles du Pakistan, du Bangladesh et du Myanmar voisins, qui ont tous connu de multiples coups d’État.

Mais Pal a déclaré que le gouvernement de Modi avait « invoqué à plusieurs reprises l’armée pour la politique intérieure » et que maintenant les hauts généraux avaient « commencé à faire des commentaires politiques ».

« Je peux penser à un parallèle démocratique où l’armée est autorisée à contrôler la liberté d’expression : de l’autre côté de la frontière, au Pakistan », a-t-il ajouté. Mais personne dans ce gouvernement n’aime cette comparaison.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer