entertainment

La capitale népalaise interdit les films en hindi pour protester contre un film hindou

Les critiques n’étaient pas d’accord avec les lignes de dialogue dans « Adipurush », qui a été publié vendredi dans le monde entier en hindi et dans quatre autres langues indiennes.

L’inspiration du Ramayana est centrée sur la tentative du roi Rama de sauver sa femme kidnappée, Sita.

On pense que Sita est née dans le district de Janakpur au sud du Népal, mais le film indique qu’elle est née en Inde, ce qui a provoqué l’indignation à Katmandou.

Avant la sortie du film, le maire de Katmandou, Balindra Shah, a averti qu’il ne serait pas montré si cette section restait, et les censeurs ont coupé les dialogues offensants pour le public népalais.

Mais comme le film est resté inchangé en dehors du Népal, Shah a émis une interdiction plus large en signe de protestation.

« Interdire ce film uniquement dans la municipalité de Katmandou tout en le montrant dans d’autres parties du pays et à l’étranger établira un fait trompeur », a écrit Shah sur les réseaux sociaux dimanche.

« Par conséquent, à partir de demain (lundi), tout film hindi sera interdit de projection dans la municipalité de Katmandou à moins que la partie répréhensible du film ne soit supprimée. »

La société de distribution du film au Népal, Shree Byankatesh Entertainment, a déclaré lundi que les cinémas de plusieurs autres villes et villages avaient reporté les projections d' »Adipurush » en raison de « problèmes de sécurité ».

Nakimuddin, fondateur de QFX Cinemas, la plus grande chaîne de cinéma du Népal, a déclaré qu’ils défiaient l’interdiction.

« La publicité a perturbé la projection de films indiens à Katmandou, mais nous allons la contester en justice », a déclaré Odin à l’AFP lundi.

READ  ses habitudes dégoûtantes et dégoûtantes choquantes pendant le tournage de ses collèges pendant

En Inde, Adipurush a également suscité la controverse, notamment ses représentations du dieu singe Hanuman, Rama et Sita.

Le scénariste Manoj Muntashir Shukla et les producteurs du film ont déclaré que certains dialogues « répréhensibles » seraient modifiés.

« J’ai écrit plus de 4 000 dialogues dans Adiporush, et les émotions ont été endommagées par environ cinq », a écrit Shukla sur Twitter dimanche.

Lourd en effets spéciaux, le film a coûté environ 61 millions de dollars à réaliser et en a collecté près de la moitié au cours des deux premiers jours de sa sortie.

Le Népal a interdit les films en hindi à plusieurs reprises dans le passé.

En 2009, le film de Bollywood « Chandni Chowk en Chine » a été interdit après des protestations contre son affirmation selon laquelle Bouddha, qui serait né au Népal, est né en Inde.

En 2012, un parti communiste radical a exigé que les cinémas cessent de montrer des films de Bollywood pour freiner ce qu’ils considéraient comme l’influence de New Delhi dans le pays himalayen.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer