entertainment

« Kimi », « jeen-yuhs » et « The French Dispatch »

Jeen-yuhs, Kimi et The French Dispatch sont nouveaux en streaming cette semaine (Netflix/Sky Cinema/Searchlight)

Ce week-end, Sky Cinema sort le dernier film toujours occupé de Steven Soderbergh, Netflix laisse tomber la première partie de son documentaire à succès Kanye West, et Disney+ sort le dernier film de Wes Anderson.

Veuillez noter qu’un abonnement peut être nécessaire pour visionner.

Choix de course de la semaine

Kimi (Maintenant avec un abonnement Sky Cinema à partir du 19 février)

Zoe Kravitz dans le rôle d'Angela Childs dans Kimmy (Sky Cinema/Warner Bros.)

Zoe Kravitz dans le rôle d’Angela Childs dans Kimmy (Sky Cinema/Warner Bros.)

Comme les autres films de Steven Soderbergh après sa retraite, Kimi Il capitalise sur l’excitation du genre pulp comme voie vers une maladie particulière de l’Amérique contemporaine, comme le système de santé dans fouet l’exploitation du travail dans le sport en oiseaux de haut vol Ou concernent la classe de ceinture de rouille dans Logan chanceux.

Se déroulant à Seattle pendant la pandémie de COVID-19, Angela (Zoe Kravitz), une technicienne grégaire, découvre des preuves d’un crime violent tout en examinant le flux de données d’un système de type Siri appelé Kimmy. Confrontée à la résistance de son entreprise, Angela est forcée d’affronter sa peur du plein air, s’aventurant dans une ville où des forces commerciales malveillantes la surveillent à chaque pas.

Lire la suite: Tout nouveau sur Sky en février

À travers Angela, Soderbergh traite de la façon dont la pandémie modifie les frontières de la socialisation, de l’espace numérique, de l’espace personnel et du travail, déconstruisant ces sentiments ainsi que des réflexions sur l’état de la surveillance moderne et la façon dont les entreprises technologiques traitent les données privées comme un actif financier. La peur (souvent justifiée) du plein air d’Angela la tient à l’écart des quelques personnes avec lesquelles elle reste en contact. Son amie sortante a gardé les bras levés à cause de sa frustration face à son style de vie.

READ  La star de Squid Game Lee Jong Jae a fait ses débuts en tant que réalisateur à Cannes

Regardez une bande-annonce pour Kimi

La photographie numérique éclairée naturellement de Soderbergh capture parfaitement l’isolement de l’appartement d’Angela ainsi que sa performance en ligne en tant que personne, sans parler de la façon dont il traite plus tard la stérilité effrayante et inhumaine de l’espace de bureau. Sa couleur simple fait la distinction entre les superpositions jaunes malades de l’imagination d’Angela et son isolement auto-imposé contre le froid, et les teintes des bureaux et des oppresseurs de ses employeurs.

je n’ai pas encore donné Kimi Créditez à quel point c’est vraiment terrifiant. Non seulement en lui rappelant la facilité avec laquelle ces forces écrasantes et impitoyables du capital peuvent accéder à nos vies électroniques les plus privées, mais aussi dans un sens physique immédiat. La peur que l’autre Angela éprouve en public, ou la scène d’enlèvement qui se déroule plus tard dans le film.

Zoe Kravitz dans le rôle d'Angela Childs dans Kimmy (Sky Cinema/Warner Bros.)

Zoe Kravitz dans le rôle d’Angela Childs dans Kimmy (Sky Cinema/Warner Bros.)

Dans ces scènes, Soderbergh publie certaines de ses astuces les plus intéressantes à la caméra, comme un zoom de crash époustouflant qui suit le vol d’Angela depuis ses poursuivants, ou une longue superposition de l’océan d’Angela qui traverse. Dans ces moments, Zoe Kravitz apporte un physique époustouflant et bien développé au rôle, alors qu’elle passe d’un rétrécissement minuscule et littéral des autres à une position plus sûre d’elle, voire héroïque. Toutes ces technologies font revivre le thriller gracieux et chimio-inducteur, un outil de plaisir de masse raconté économiquement mais néanmoins incroyable.

Aussi nouveau sur Sky/NOW : Nettoyant pour toujours

Jin Yeo Acte 1 : Vision (Netflix)

Jane Yeohs : la trilogie Kanye (Netflix)

Jane Yeohs : la trilogie Kanye (Netflix)

Au milieu des querelles publiques avec toute personne associée à Pete Davidson, des menaces contre Billie Eilish et de sa récente rupture avec Julia Fox, ce n’est peut-être pas le moment idéal pour la sortie de la première partie du très attendu documentaire de Kanye. Jin Yeo. Mais, après tout, au-delà des petites querelles auxquelles nous assistons aujourd’hui, dit le documentaire « Il y a de nombreux aspects de Kani que les gens ne connaissent pas. »

Lire la suite: Quoi de neuf sur Netflix en février

Réalisé par Coodie Simons et Chike, qui ont côtoyé Ye pendant la majeure partie de sa carrière, la portée inégalée révèle les différentes facettes de quelqu’un qui est peut-être la figure la plus célèbre du hip-hop. Coodie s’investit personnellement dans la révélation de ces aspects de lui, expliquant la fraternité qui s’est développée entre eux et réitérant même la frustration des fans à propos du grattage de Ye, faisant référence au souvent cité « Le vieux Kanye me manque ». Une grande partie des premières séquences numériques obscures du film sont liées au récit de Coodie sur la façon dont sa vie a croisé Ye et comment le documentaire lui-même a vu le jour.

Regardez une bande-annonce pour Jin Yeo

Coodie raconte la montée en puissance de Kanye sur la scène hip-hop de Chicago, et Ye, 19 ans, avec une confiance contagieuse (dont ses amis se moquent avec amour). Des moments incroyables s’accumulent rapidement pour les fans de hip-hop et montrent à quelle vitesse et à quelle vitesse l’activité de production de Kanye s’est propagée parmi les plus grands présentateurs de l’époque. Des plans comme Mos Def, Talib Kweli et Collab Black Star s’émerveillent devant les airs que Ye a cuisinés. dans un « Partie 1 : La vision« Il y a une grande arrivée à Ye qui est sur le point d’apparaître sur la scène en tant qu’artiste solo, avec des tubes comme »tout tombe’ Et ‘deux mots’ Juste être regroupés. L’enthousiasme des personnes présentes dans la salle est contagieux.

De charmants clichés d’instant en instant comme Kanye se moquant de « c’est mon meilleur ami et mon pire ennemi » à propos du producteur Just Blaze répondant « comme le professeur X et Magneto ». Ou plus tard, Kanye courait dans les bureaux de Roc-a-Fella en jouant avec tout le mondetout tombe’ Et il le chante personnellement pour tenter de faire ses preuves. Cette détermination et cette confiance en soi sont plus charmantes que frustrantes comme à l’ère moderne, mais elles sont tempérées par la conscience de soi. Une fois, il a regardé la caméra et a dit : « Ce matériel documentaire est peut-être un peu narcissique, mais c’est mesquin, peu importe. »

Jane Yeohs : la trilogie Kanye (Netflix)

Jane Yeohs : la trilogie Kanye (Netflix)

Au milieu de Kanye parlant de ses rêves et se battant pour ce qu’il est, et essayant d’amener les maisons de disques à le prendre au sérieux en tant que rappeur et producteur, il y a d’autres moments vraiment incroyables. Vous voyez la décision personnelle (relativement inexpliquée) d’un fiancé record à son ancien mentor Dug Infinite à son sujet, ce qui se traduit par une clarification émotionnelle parlant de son amour et de son respect pour lui. Pas de finale.

Rétrospectivement, la visite de sa mère Donda était tout aussi touchante et déchirante de voir leur proximité devant la caméra. Atteindre le côté humain d’un rappeur plutôt que les querelles générales est vraiment inestimable pour les personnes qui voient leur ego en premier. A part ça, la partie 1 de Jin Yeo Une partie incroyable de l’archive, le reste semble très prometteur. L’épisode complet est de la poussière d’or pour celui que j’aime décrocher du collègesurtout s’ils tombent amoureux du Kanye actuel.

Aussi nouveau sur Netflix : Massacre à la tronçonneuse

Expédition française (Disney+)

La dépêche française

La dépêche française

Cette anthologie de nouvelles de Wes Anderson est le dernier film du réalisateur américain à briser les idées de résistance et de protestation (entre autres thèmes) à travers l’histoire imaginaire d’une nation fictive. Ce nouveau film suit l’équipe d’une publication européenne appelée The French Dispatch, calquée sur The New Yorker.

Lire la suite: Tout nouveau sur Disney + en février

Le personnel a décidé de publier une édition commémorative en l’honneur de leur éditeur récemment décédé (joué par Bill Murray) qui met en lumière les trois meilleures histoires de la dernière décennie : un artiste condamné à la prison à vie, une émeute étudiante et un enlèvement résolu par un chef.

Regardez une bande-annonce pour Expédition française

Anderson a été accusé (à tort) de faire des films qui sont tous du théâtre et sans âme, ce qui Expédition française Il relève le défi avec son travail époustouflant et sa cinématographie méticuleuse qui évoque la profonde malice, peut-être même la grâce, de ses personnages. Ce n’est pas seulement le théâtre qui gagne, mais les performances sincères qu’Anderson tire de sa distribution massive de stars. Dans ce segment, Jeffrey Wright a peut-être donné sa plus grande performance en tant que fusion de James Baldwin avec le journaliste new-yorkais A.J. Liebling. A voir absolument, l’un des meilleurs de l’année dernière.

Aussi nouveau sur Disney+ : prédateur, prédateur 2

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer