World

Joe Biden dit à Emmanuel Macron qu’il a rejeté l’accord sur les sous-marins pour la France « un imbécile »

Mondialisme

La Première ministre Jacinda Ardern a déclaré qu’elle ne s’attendait pas à ce que la Nouvelle-Zélande soit obligée d’adhérer au nouvel accord de sécurité AUKUS. Vidéo / Rassemblement

Le président américain Joe Biden a qualifié de « maladroite » la gestion tripartite de l’accord sur les sous-marins, qui a eu d’importantes répercussions diplomatiques avec la France.

Le mois dernier, l’Australie, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont formé un nouveau partenariat – AUKUS – ce qui signifie que Canberra annulera son accord de 95 milliards de dollars sur les sous-marins avec Paris en faveur des technologies nucléaires fournies par Londres et Washington.

Mais la France a été choquée par l’accord après avoir été notifiée à la veille de l’annonce d’AUKUS. En conséquence, les ambassadeurs de Canberra et de Washington ont été retirés.

Alors que Biden a pu calmer les relations, Morrison a eu plus de difficultés à réparer la relation.

S’exprimant lors du sommet des dirigeants du G20 à Rome, Biden a mis de côté leur première réunion en face à face depuis la signature de l’accord et a reconnu que la situation aurait pu être mieux gérée.

« C’était … maladroit … pas fait avec beaucoup de grâce », a déclaré Biden.

« J’ai eu l’impression que la France avait été informée bien avant que l’accord n’allait pas se produire… que certaines choses s’étaient produites et ne s’étaient pas produites. »

Lorsqu’on a demandé à Macron si les relations avec les États-Unis avaient été rétablies, il a déclaré : « Ensemble, nous avons clairement indiqué ce que nous devons clarifier.

READ  Commerce Australie-Chine: Scott Morrison dit que l'OMC devrait punir la coercition économique de la Chine
Le président américain Joe Biden ne s'est pas excusé auprès du président français Emmanuel Macron mais a déclaré que la gestion de l'Université américaine du Kosovo était maladroite.  Photo/AP/Evan Vucci
Le président américain Joe Biden ne s’est pas excusé auprès du président français Emmanuel Macron mais a déclaré que la gestion de l’Université américaine du Kosovo était maladroite. Photo/AP/Evan Vucci

Cela survient après que Morrison a finalement parlé à Macron par téléphone à l’aube de son vol vers l’Europe jeudi.

Alors que la lecture de l’appel de Paris indiquait que Macron s’attendait à ce que l’Australie fasse plus pour reconstruire sa relation, Canberra a déclaré que le dialogue était « productif ».

Selon l’Elysée, Macron a déclaré à Morrison que la décision « avait ruiné » la confiance entre les deux pays.

« Il appartient désormais au gouvernement australien de proposer des actions concrètes qui incarnent la volonté des plus hautes autorités australiennes de redéfinir les bases de nos relations bilatérales », peut-on lire dans le communiqué.

À son tour, un porte-parole de Morrison a décrit l’appel téléphonique comme une « discussion franche ».

Le ministre australien de la Défense, Peter Dutton, a indiqué vendredi que la raison pour laquelle la France continue d’être amère à propos de l’accord est l’imminence des élections.

« Les politiciens et les élections sont toujours une combinaison intéressante. Je pense qu’une fois que nous aurons terminé l’année prochaine, nous espérons pouvoir poursuivre les étapes pour normaliser la relation », a déclaré Dutton.

Morrison, qui est arrivé à Rome, rencontrera Macron face à face au sommet des dirigeants du G20, avant de se rendre à Glasgow pour le sommet sur le climat COP26.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer